Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Après le concours départemental en Gironde qui a récompensé trois associations de sauvegarde de moulins et dont le palmarès a paru ici dans le numéro de janvier 2004, un concours organisé par la Fondation du Patrimoine vient encore d’honorer le monde des moulins. Il s’agit cette fois du concours régional “Sauvons les Merveilles du Patrimoine” ouvert à tous les candidats des Pays de la Loire.

liveau
Moulin du Liveau – photo J. Pierre

Sauvons les Merveilles du Patrimoine

Quelle belle profession de foi que cet appel ! Organisé par la Fondation Régionale du Patrimoine, en partenariat avec la Commission Culture de la Région et le Groupe Ouest-France, ce concours vise à aider les propriétaires à restaurer un élément bâti du patrimoine de proximité. Il invite les participants à déposer un dossier dans un des cinq types de sites suivants : patrimoine rural, patrimoine religieux, patrimoine lié à l’eau, patrimoine urbain et patrimoine industriel. Certes, le moulin du Liveau, situé à Gorges au bord de la Sèvre Nantaise, entre Clisson et Nantes, aurait pu concourir dans la catégorie “patrimoine lié à l’eau, ou bien dans celle du patrimoine rural, mais tous les dossiers de moulins présentés se trouvaient rassemblé dans la catégorie, “patrimoine industriel”. C’est donc dans celle-ci que l’association “Pour les arts graphiques en vallée de Clisson” présentait le sien, conjointement avec la municipalité de Gorges qui vient d’acquérir le site au début de l’année 2004. Outre un dossier complet de candidature, la Fondation demandait aux participants de résumer leur projet en une douzaine de lignes. Voici ce texte :

Pourquoi sauver le Moulin du Liveau

Propriété de la commune de Gorges, le superbe Moulin du Liveau fabriqua du papier au XIXème siècle. Dans le seul moulin papetier de la Région, c’est cette activité que l’association “Pour les arts graphiques en vallée de Clisson” veut faire revivre avec l’aide des collectivités locales. Depuis longtemps porteuse d’un projet pédagogique et touristique, elle organise déjà chaque été à Clisson les “Ateliers et Mémoire du Papier” et possède donc une expérience en matière d’animation. Elle souhaite naturellement associer tous les Gorgeois au devenir de leur moulin. Le projet concernera aussi des établissements scolaires (le lycée Charles Péguy de Gorges collabore déjà avec elle depuis six ans) ainsi que les écoles du bois et les lycées professionnels avec lesquels elle se propose de créer des chantiers/écoles. Le Moulin du Liveau avait été retenu par la Fondation du Patrimoine dans une étude récente. Un magnifique projet à partager : voilà pourquoi sauver le Moulin du Liveau.

Un semblable dossier avait déjà remporté un prix local du Crédit Agricole de Clisson mais cette fois le concours concernait toute la région des Pays de la Loire et la compétition était autrement plus ouverte. Qu’on en juge : aux dires de la Fondation du Patrimoine elle-même, le succès a dépassé ses espérances. Plus de 550 dossiers déposés.  En ce qui concerne le Patrimoine industriel ce sont 82 projets qui se trouvaient mis en compétition. Parmi ces derniers, la grande majorité concernait un moulin. On y trouve des projets de restauration présentés par 41 particuliers, 10 associations, 6 municipalités et un collège.
Cette forte participation témoigne de l’intérêt porté à ces sites mais aussi de la prise de conscience et de la nécessité urgente de sauvegarder un bon nombre d’entre eux menacés de disparition. On imagine la tâche du jury : parmi ces dossiers liés au patrimoine industriel, comment sélectionner les plus méritants, les plus intéressants, les plus attachants ? La minoterie de Barbechat, le moulin à eau d’Allonnes, la forerie de canons de La Montagne, le moulin de la Roche à Fontenay-le-Comte, le four à chaux de Montjean, le moulin de l’Azelier de Bourgneuf-en-Retz, la maison du tisserand d’Olivet, le moulin à papier de Sainte-Suzanne, l’éolienne de l’Homme, le moulin du Fresne-sur-Loire, le four à poterie du Fuilet, la cheminée de Luçon ? Lequel choisir parmi les quatre-vingt-deux dossiers ? À qui le premier prix ? Au moulin du Liveau !

Le palmarès

Les résultats du concours devaient être connus lors d’une soirée organisée à Nantes le 16 septembre dans les murs du Conseil Régional. L’invitation que le président de l’association “Pour les arts graphiques en vallée de Clisson” avait reçue semblait indiquer qu’elle avait remporté un prix, mais lequel ? De plus, la Fondation du Patrimoine avait insisté sur la présence à cette manifestation de monsieur le Maire de Gorges, Gilbert Sorin. Cette demande semblait de bonne augure : on ne fait pas déplacer un édile pour rien, n’estce- pas ? Autre signe prémonitoire : la mise sur pied, un peu précipitée, d’une séquence tournée au moulin par FR3 ce même jour à midi et diffusée aussitôt le soir. Le projet du moulin du Liveau, la commune de Gorges et l’association semblaient bien tenir la corde. La “soirée des césars” devait comporter cinq séquences correspondant aux cinq catégories de projets. L’annonce du palmarès de chacune étant ponctuée d’intermèdes artistiques ou musicaux, chacun d’eux, bien qu’ admirable, retardait les verdicts et ajoutait donc au suspense. Enfin le “patrimoine industriel” vint. On cite d’abord le troisième prix, un four à chaux, bravo. On cite ensuite le second, une rotonde ferroviaire, encore bravo. Et on  cite enfin le premier. Monsieur Sorin,
“propriétaire” est appelé sur l’estrade et dans un discours, comme toujours enthousiaste et volubile, il ne cache pas sa joie. Il ne cache pas non plus sa satisfaction de se voir remettre un chèque ainsi libellé : Monsieur le Maire de la ville de Gorges reçoit la somme de quatre mille euros pour sa contribution à la valorisation du patrimoine des Pays de la Loire. Un peu plus tard, tous les acteurs ayant été primés monteront sur la scène et ce sera au tour du président de l’association de recevoir sa part des applaudissements nourris du public, en particulier ceux du président de notre fédération qui avait fait le voyage. Le prix se montant en réalité à vingt-quatre mille euros (24 000 !), ce premier chèque ne constitue que la partie visible de l’iceberg. Le reste ne sera versé que lorsque les travaux de restauration seront entrepris, ce  que tout le monde attend avec impatience. Au delà de sa satisfaction, voire de sa fierté, l’association retiendra de ce concours la reconnaissance du bien-fondé de l’action qu’elle mène depuis sept ans pour faire avancer ce projet. Le président du jury de la catégorie “patrimoine industriel” nous a confié que celui du Liveau, dans sa forme et dans son fond, a fait l’unanimité des membres du jury. Et de loin. Pourquoi ? Il est certain que, là où la plupart des dossiers concurrents se contentent de proposer la simple restauration d’un édifice, le projet du Liveau va bien au-delà avec sa dimension culturelle et sa vocation d’animation pédagogique. Les membres de l’association ne s’intéressent pas seulement au contenant mais aussi au contenu. Comme ils l’ont toujours dit, la réhabilitation du moulin du Liveau vise l’autonomie financière de son exploitation et doit conduire à
la création d’emplois. C’est cette dimension qui lui a permis de gagner ce premier prix, une récompense dont tous les membres et les habitants de la commune de Gorges peuvent être fiers mais qui doit maintenant très largement déborder du cadre local. La reconnaissance de la pertinence de ce projet doit maintenant permettre d’entraîner les indécis et convaincre les incrédules. Le chemin suivi par nos amis du moulin du Got à Saint-Léonard-de-Noblat doit servir d’exemple pour mener à bien ce nouveau projet. OEuvrer à la réhabilitation d’un moulin, y a-t-il plus passionnante mission ? Ce n’est certes pas ici, au Monde des Moulins, que l’on dira le contraire !

 Jacques Pierre – Article paru dans le Monde des Moulins – N°12 – avril 2005

Voir la fiche du moulin >>

Catégories : Zoom

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *