Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Cette sortie nous amena à Varaignes, en Périgord Vert, aux confins de la Charente, de la Haute-Vienne et de la Dordogne. Une cinquantaine de personnes, représentant sept départements de Nouvelle-Aquitaine, ont été accueillies au Château de Varaignes, siège du CPIE du Haut-Périgord
(Centre Permanent d’Initiation à l’Environnement).

Le CPIE est ouvert à tous les publics. Il permet de découvrir les richesses environnementales et patrimoniales du secteur, notamment les multiples facettes de l’énergie hydraulique, autour du musée de plein air du « Lud’eauvive ». La visite du château nous a permis de découvrir le moulin à huile et le Musée des Tisserands. La fabrication des « charentaises » se faisait, il y a encore peu de temps, dans cette région.

Les richesses en eau, minerai de fer et forêts (pour la production du charbon de bois) du Haut-Périgord et de l’Angoumois ont permis le développement, dès le Moyen-Âge, des forges et de la métallurgie.

Christian Magne – Directeur du CPIE.
Photo Elisabeth Cazenave

Monsieur Christian Magne, directeur du CPIE, nous fit visiter l’après-midi le « Moulin Pinard » situé sur la Doue. Il n’est malheureusement plus en activité depuis quelques années, mais possède tout le matériel nécessaire à la production d’huile de noix et de farine, ainsi qu’une magnifique roue à augets. Ce lieu permet aux animateurs du CPIE d’évoquer, auprès du public qu’ils reçoivent, les différents métiers se rapportant aux moulins.

Moulin de Forge Neuve. Photo Elisabeth Cazenave

Notre après-midi s’est poursuivi au Moulin de Forge Neuve à la Chapelle St-Robert, moulin situé sur le Bandiat. Cette forge, acquise au XVIIIe siècle par le Marquis de Montalembert, a permis de couler des canons en fonte pour la Marine Royale : ils étaient ensuite acheminés jusqu’à l’Arsenal de Rochefort. Cette forge possédait deux hauts fourneaux, deux soufflets mus grâce à deux roues verticales. De nombreux bâtiments entouraient la forge, bâtiments de stockage du charbon de bois, bâtiment où l’on forait les canons, une martellerie… Afin de mieux connaître les procédés de fabrication de la fonte et des canons, l’histoire des forgerons, chaque année une campagne de fouilles est organisée par des archéologues et le CPIE. Nous remercions Peter Stagg, propriétaire du site, pour son chaleureux accueil.

Un grand merci à l’équipe du CPIE de nous avoir guidés dans ce Périgord Vert si peu connu, mais si riche en histoire.

Elisabeth Cazenave,
Présidente de l’AMNA

Article paru dans le Monde des Moulins n°70 d’octobre 2019

Catégories : Vie des associations

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *