Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Le dimanche 22 avril 2018, à Bettegney Saint-Brice (Vosges), le président Jean-Louis Thiriet a réuni les membres de l’association qui comprend 35 adhérents.

Association de Sauvegarde des Moulins Vosgiens

Après avoir rempli les formalités statutaires et répondu aux questions inscrites à l’ordre du jour, il a expliqué que les passes à poissons ne seraient plus obligatoires pour les moulins lorsque le décret d’application sera publié.

La visite du Président Macron auprès d’un membre de notre association a été l’occasion de lui remettre la lettre de la FDMF sollicitant la bienveillance de l’administration sur deux points :

  • attirer l’attention du ministre de la Culture et du ministre des Affaires européennes sur les Journées Européennes des Moulins et du Patrimoine Meulier.
  • porter à la connaissance de Stéphane Bern le fait que les moulins font partie du patrimoine.

Un adhérent a demandé pourquoi l’administration lui adresse une enquête annuelle sur la production d’électricité d’un site alors que d’autres adhérents ne reçoivent rien.

La prochaine AG se tiendra le samedi 27 avril 2019. Nous aurons encore l’occasion de nous réunir au cours de l’année. Il est demandé aux membres de notre association s’ils disposent d’archives concernant les moulins cisterciens. Voilà qui fera la transition avec la visite de l’après-midi.

Les questions étant épuisées, le repas a été servi dans une auberge de qualité.

L’après-midi a été consacrée à la visite du moulin de Pierre Gentilhomme à Nomexy (Vosges). Il produit toujours de la farine. Le moulin trouve son origine avec les moines d’Hérival qui ont créé le site de Nomexy, vers 1200, comme en atteste un document d’archives. Le propriétaire actuel a d’abord été locataire avant d’acquérir le moulin.

L’ensacheuse

Le toboggan

Il a été rappelé la catastrophe de Bouzey, lorsque le barrage de la retenue d’eau a cédé le 27 avril 1895. Un tiers des bâtiments a été emporté par les eaux, distants d’une vingtaine de kilomètres de l’origine du sinistre. Comme un grand nombre de moulins, les équipements ont évolué avec le temps. Ce moulin est équipé d’une ensacheuse pour le conditionnement de la farine en kilogramme. Le meunier garde en mémoire la machine à vapeur, rutilante de cuivre, qui fonctionnait au charbon, et la roue à aube. Il a conservé une meule traditionnelle qu’il n’a jamais utilisée et un trieur à graines rondes, dit « toboggan », qui permettait de séparer les graines rondes du blé par la force centrifuge acquise en descendant dans le toboggan.
Ce trieur peut convenir aussi pour le tri des lentilles. Pour terminer cette visite, la question de la pérennité ou de la succession du moulin a été posée…

Jean-Louis Thiriet

Article paru dans le Monde des Moulins n°65 de juillet 2018

Catégories : Vie des associations

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *