Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Dans les moulins à vent, l’amateur connaît 3 grands types de moulins : le moulin tour qui est le plus répandu, le moulin pivot présent dans la moitié nord de la France, et le moulin cavier présent dans la vallée de la Loire. Un quatrième type de moulin a également existé, dénommé moulin turquois, peu connu car tombé en désuétude depuis très longtemps. 

turq1
Moulin de Haute Mer Talmont St Hilaire. photo Yves Ruel

Ce type de moulin possédait deux parties : une tour de maçonnerie nommée tonnelle, d’environ 5 mètres, évidée en son centre par un conduit vertical de section ronde, connecté au niveau du sol avec un conduit horizontal. Un couloir permet d’accéder à leur point de rencontre. La partie haute était une cabine en bois un peu comme celle d’un moulin pivot, supportant les ailes et comprenant les meules.
L’escalier servait de queue, comme dans les moulins cavier. La particularité essentielle, est que contrairement au pivot ou au cavier, le pivot est solidaire de la cabine. C’est un moulin à pivot tournant. Celui-ci traverse le conduit vertical, et repose sur une crapaudine insérée dans une poutre horizontale abritée par le conduit horizontal.
Ces moulins sont situés dans l’ouest de la France : Manche, Loire- Atlantique, Maine-et-Loire, Vendée, Deux-Sèvres, Vienne. Son ancienneté exacte n’est pas connue, mais remonte au moins au 14ème siècle. Il fut abandonné précocement, à partir du 16ème siècle en Anjou, sans doute à cause de la difficulté d’y installer un monte-sac. Les représentations de ce type de moulins sont donc extrêmement rares : un plan de la Vie en Vendée daté de 1542, et un dessin d’un moulin près de Nantes exécuté par
Lambert Doomer en 1645. Les détails de construction ne peuvent évidemment pas être connus avec exactitude, seuls quelques pivots subsistent encore.
Il a ainsi progressivement disparu des mémoires, les tours étant parfois considérées à partir du 19ème siècle comme tour à feu à usage de phare en bord de mer, ou à usage de communication à l’intérieur des terres, ou encore tour de guet. Seules une
trentaine subsistent, plus ou moins bien conservées.

turq2
En Vendée, on en connaît quelquesunes au Fenouiller, à Lairoux, au Bernard et à Talmont-Saint- Hilaire. Cette dernière a été acquise par la commune dans un but de sauvegarde. Conseillée par l’Association Vendéenne des Amis des Moulins à laquelle elle a adhéré, la ville compte d’abord restaurer la maçonnerie en respectant les caractéristiques d’origine, pour pouvoir éventuellement restituer la cabine dans un second temps. Cette restauration, même si elle ne concerne pour l’instant que la tonnelle, constitue une première dont on ne peut que féliciter la commune. La revue en donnera des nouvelles en temps voulu.

Stéphane Mary – Article paru dans le Monde des Moulins – N°14 – octobre 2005

Catégories : Histoire

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *