Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

16 mars 1244- 16 mars 2019
Il y a 775 ans, l’épopée cathare se terminait avec la chute du Château de Montségur (Ariège).
Pour ne pas renier leur foi, plus de 200 Parfaits préfèrent mourir dans les flammes.

Samedi 16 mars 2019, au pied de la stèle érigée, non loin du Prats dels Crémats (Pré des Brûlés), en présence d’une centaine de personnes, Jean-François Laffont de Convergencia Occitana de Toulouse, la cantatrice Muriel Batbie Castell et Mgr Jean-Marc Eychenne, évêque de l’Ariège, égrenèrent le nom des 60 Parfaits répertoriés par l’écrivain Michel Roquebert sur les 225 qui périrent sur le bûcher de l’Inquisition. Parmi eux, il y avait Pons Aïs (Poncius Aicii, Aiz) : croyant à Moissac vers 1214, il se fit parfait et fut meunier à Montségur. À la fin de 1243, Lombarde de Lavelanet lui portait encore son blé à moudre. Il dut donc être brûlé le 16 mars. Hier, les meuniers luttaient pour leur liberté, aujourd’hui, c’est pour la défense des moulins qu’ils oeuvrent.

Patrick Suilhard

Paru dans le Monde des Moulins 68 de avril 2019

68042019-histariege
Au pied de la stèle fut clamé le nom de 60 Parfaits connus sur les 225 qui périrent sur le bûcher de l’Inquisition. Photo Patrick Suilhard .

Catégories : Histoire

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *