Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Le Moulin à papier de Bâle date du XIIe Siècle ; il était l’un des 12 moulins à grain de la zone. Suite à l’invention de l’imprimerie, dix furent transformés en moulins à papier pendant le haut Moyen-Âge. Ainsi, au XVIe et XVIIe siècle, ce quartier fut le plus important lieu de production de papier en Suisse.

Le Moulin à papier de Bâle, côté musée. Photo André Durand.

Le corps principal a servi d’abord de moulin à grains, puis de forge. C’est en 1453 qu’Antonio Galliciani, venu de Turin, en a fait un moulin à papier. Le papier est fabriqué pendant 400 ans, jusqu’en 1850, date de la transformation en usine de tabac. Dans les années 1960, en ruines, il est menacé de démolition. Une initiative des habitants du quartier le sauve et il ouvre ses portes en 1980 en tant que musée du papier, de l’écriture et de l’imprimerie. En 2011, une importante rénovation en fait un lieu pédagogique. C’est un musée où l’on est invité à toucher et à faire soi-même.

La roue à augets en bois. Photo André Durand.

 

À l’arrivée, on est frappé par l’impressionnante roue en bois, de deux tonnes et d’un diamètre de 5 m. Elle actionne la pile à maillets qui sert à fabriquer la pâte à papier.

La pile à maillets. Photo André Durand.

Au-delà du processus de fabrication visible dans tous les moulins à papier européens, le moulin est un véritable musée et possède des collections exceptionnelles, venant parfois d’anciens moulins à papier français, comme des tamis ou des presses.

Cuve et vieille presse. Photo André Durand.

L’exposition permanente retrace l’histoire du papier depuis le papyrus en passant par le parchemin. L’histoire de l’écriture montre le développement depuis les hiéroglyphes jusqu’à Gutenberg. Le scriptorium médiéval est un endroit magique, le visiteur peut s’essayer à la plume d’oie sur un pupitre incliné.
La fonderie de caractères assure la composition typographique à la main, on y voit la confection de caractères au moule à arçon, inventé par Gutenberg.

L’imprimerie. Photo André Durand.

Le papetier au travail. Photo André Durand.

Au deuxième étage se trouve l’imprimerie, très riche en presses ; elle travaille toujours. L’atelier de reliure est également en activité.
Réparti sur quatre étages, ce musée vivant offre une atmosphère fascinante où enfants et adultes sont invités à s’essayer à un artisanat méconnu.

Le musée couvre 60 % de ses frais par les entrées et la vente des prestations. Les 40 % restants sont pris en charge par le Grand Conseil du canton de Bâle-Ville et la Fondation Christoph Merian qui a assuré la restauration des bâtiments. Le musée compte 50 employés et 16 bénévoles.
À côté, se trouve le café BaslerPapiermülhe, un restaurant réputé.

Contact Musée BaslerPapiermühle
Musée suisse du papier, de l’écriture et de l’impression
St. Alban-Tal 37 – CH-4052 Bâle
+41 (0) 61 225 90 90
email : info@papiermuseum.ch

André Durand
Moulin de Brousses-Villaret (Aude)

Article paru dans le Monde des Moulins – N°68 – avril 2019

Catégories : Etranger

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *