Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Nous pensons que le district d’Aveiro occupe une position pertinente au niveau national, en ce qui concerne l’importance de son patrimoine de moulins. Du point de vue de la qualité, de la quantité ou de la diversité, on peut dire que ce district constitue un excellent objet d’étude et un exemple à prendre en considération pour aborder le thème de la Molinologie au Portugal.

Dans certaines régions du pays, la typologie des systèmes de mouture se limite presque entièrement à un ou deux types de moulins, généralement aux moulins à eau ou aux habituels moulins à vent, reléguant à un nombre presque résiduel tous les autres types. Par contre, dans le district d’Aveiro, nous pouvons trouver des documents et des traces de presque tous les principaux systèmes de mouture traditionnels, tant en ce qui concerne leur utilisation à une époque relativement ancienne que leur utilisation encore de nos jours.
Parmi toutes ces typologies, nous aimerions souligner dans cet article le cas des moulins à vent giratoires, c’est à dire qui tournent sur eux-mêmes autour d’un axe, pour permettre leur orientation face au vent (voir figure 1).
Avec une forte présence de ces moulins dans la paroisse civile de Gândara du district d’Aveiro, en particulier dans la partie sud de la municipalité de Vagos, c’est dans cette zone que les derniers exemples de cette typologie ont fonctionné jusqu’aux dernières décennies du XXe siècle.

Figure 1: Dessin du type de moulin à vent giratoire de Gândara. – (C) OLIVEIRA, Ernesto Veiga de, GALHANO, Fernando, PEREIRA, Benjamim, Sistemas de Moagem, col. Etnologia 2, Lisboa, Instituto Nacional de Investigação Científica – Centro de Estudos de Etnologia, 1983.

Compte tenu des caractéristiques orographiques de la paroisse civile de Gândara, avec de faibles reliefs et une pénurie de cours d’eau ayant un débit suffisant pour permettre l’implantation de moulins à eau, on a toujours eu tendance à utiliser ici l’énergie éolienne en bénéficiant des vents qui prédominent en raison de la proximité de la côte.
Parmi les moulins à vent giratoires en bois, la sous-typologie dans laquelle les voiles en tissu habituelles ont été remplacées par des planches de bois a été mise en évidence (voir figure 2). Selon certains auteurs, ce type de voilure aurait commencé à être davantage utilisé après le grand cyclone de 1941, au cours duquel de nombreuses voiles de ces moulins ont été détruites, alors qu’il y avait une grande pénurie de tissu pour pouvoir les remplacer.

Figure 2 : Moulin avec ailes équipées de planches de bois. Photo des années 50/60. – (C) OLIVEIRA, Ernesto Veiga de, GALHANO, Fernando, PEREIRA, Benjamim, Sistemas de Moagem, col. Etnologia 2, Lisboa, Instituto Nacional de Investigação Científica – Centro de Estudos de Etnologia, 1983.

 

Pendant plusieurs décennies, on a assisté à l’abandon et au démantèlement de ces moulins, car ils ne remplissaient plus leur fonction pour la mouture des céréales. Compte tenu du matériau dans lequel ils étaient construits, le bois, ils ont presque tous complètement disparu sans laisser de trace.

Figure 3 : Moulin de Santo António, Vagos. – (C) Armando Ferreira, 2012.

Il y a quelques années, sont apparus les premiers signes positifs en ce qui concerne la préservation de ce patrimoine. L’un des derniers exemplaires de moulin à vent giratoire, resté longtemps inactif dans la municipalité de Vagos, mais dans un état de conservation raisonnable, a été donné par la famille à une association culturelle locale, le Grupo Folclórico de Santo António, qui a entamé sa restauration en 2012. Ce moulin, représenté sur la figure 3, est actuellement situé auprès de la Maison-Musée – Casa Gandaresa, dans l’une des paroisses de la municipalité de Vagos.

Figure 4 : Schéma détaillé du Moulin à vent de Cabecinhas, Vagos. – (C) Dessins de Victor Manuel dos Santos, publiés à l’origine dans FERREIRA, Armando Carvalho, Moinhos do Distrito de Aveiro, Ed. de Autor, 2008.

 

En 2008, on a découvert un autre moulin à vent giratoire qui était également désactivé depuis longtemps, mais cependant dans un état de conservation raisonnable. Ce moulin à vent giratoire était situé au lieu-dit Cabecinhas, également dans la municipalité de Vagos, et avait été bâti par le menuisier Manuel Ferreira Pascoal, qui l’avait installé dans le potager de sa résidence. C’était une solution originale et rare, car le moulin était posé sur un muret et ne tournait pas au ras du sol comme d’habitude. De cette manière, on essayait d’éviter l’interférence du mur qui délimitait la propriété, à côté duquel le moulin était implanté, permettant ainsi au vent d’actionner plus facilement ses voiles.
La figure 4 illustre la constitution du moulin sur son socle. On peut remarquer que le corps du moulin n’est pas centré par rapport à l’axe d’orientation du moulin. La hauteur du moulin est de l’ordre de 3 m et la longueur des ailes avoisine les 2,5 m.
Récemment, on a entrepris la restauration de ce patrimoine de la municipalité de Vagos et de la région d’Aveiro.
Ce Moulin de Ti Pascoal, nom par lequel ce moulin à vent giratoire de Cabecinhas était connu, a été récupéré de l’endroit où il était à l’abandon et où il se dégradait depuis de nombreuses années, pour être reconstruit et connaître une nouvelle vie (voir figure 5).

Figure 5 : L’équipe qui a enlevé le moulin de son emplacement d’origine pour le reconstruire. –
(C) Armando Ferreira, 2018.

 

La reconstruction de ce moulin a été confiée au charpentier de moulins Manuel Gil, fils et petit-fils de charpentiers et de forgerons qui ont construit d’innombrables moulins à vent giratoires dans toute la région de Gândara. Le grand-père de Manuel Gil possédait lui-même un moulin à vent rotatif avec ailes équipées de planches de bois, qu’il aurait personnellement construit en 1893. Manuel Gil, que l’on peut voir sur la photo de la figure 6 pendant la restauration du moulin, reste le dernier des maîtres constructeurs de moulins à vent giratoires dans la région de Gândara qui ait appliqué dans la reconstruction du Moulin du Ti Pascoal les meilleures techniques traditionnelles utilisables pour ce type d’engins.

Figure 6 : Manuel Gil pendant la reconstruction du Moulin de Ti Pascoal. – (C) Charcos & Companhia, 2018.

 

Félicitations à l’Association Charcos & Companhia et aux héritiers de l’ancien propriétaire de ce Moulin de Ti Pascoal pour avoir décidé de le remettre entre de bonnes mains. Félicitations aussi aux organismes publics et privés qui ont soutenu ce projet de restauration.
Actuellement, le moulin, représenté sur la figure 7, est installé dans un lieu public et accessible à tous les visiteurs.

Figure 7 : Le Moulin de Ti Pascoal maintenant reconstruit à Calvão, Vagos. – (C) Armando Ferreira, 2018.

Ces deux exemples illustrent de manière excellente comment il a été possible de restaurer deux de ces moulins à vent giratoires. Ils sont actuellement les seuls moulins à vent (avec ailes équipées de toiles) en état de fonctionnement dans tout le district d’Aveiro.

Armando Carvalho Ferreira
Chercheur et consultant en Molinologie et auteur de plusieurs ouvrages dans ce domaine
moinhosdeportugal@gmail.com

Article paru dans le Monde des Moulins – N°68 – avril 2019

Catégories : Etranger

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *