Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Le Comté de Foix au 14e siècle

Il est certainement le plus petit et le plus pauvre de France, c’est un pays à dominante montagnarde, à l’agriculture peu rentable. Seul l’élevage et l’exploitation des forêts et des mines de fer apportent un léger revenu au comte de Foix.
L’abondance des eaux vives a permis l’installation de moulins à farine dans chaque communauté.

La personnalité de Gaston III dit Fébus

Froissart, durant son séjour dans le Comté, a manifestement été séduit par « le gentil comte de Foix ». Il a vu en lui, ou voulu voir, le type le plus parfait du chevalier de son époque. Sa cour est luxe, générosité, remplie du bruit des armes ; le tout accompagné de complots et de gestes de cruauté qui font bon ménage avec le faste.

Miniatures

La plus grande chance pour l’historien de Fébus est de disposer de son Livre des oraisons et de son Livre de chasse. Le comte de Foix fut en effet également un homme de lettres, un écrivain de haute volée. Certes le pénitent dialoguant avec Dieu dans le Livre des oraisons ne se livre pas à une véritable confession, mais il lève, par-ci et par-là, un coin du voile sur sa vie privée. Certes le Livre de la chasse est avant tout un admirable traité technique, mais l’homme transparaît en permanence à travers le chasseur.
Si l’essentiel de l’œuvre poétique de Fébus est perdue, nous retrouvons sa main dans les thèmes traités dans un recueil de motets, manuscrit rarissime et célèbre de la bibliothèque du musée Condé à Chantilly.
Le contraste est saisissant entre ce tableau et la lecture des documents d’archives révélant en Fébus un véritable Harpagon d’une avarice de plus en plus sordide avec l’âge. (Source 1)

Il ne faut pas s’étonner qu’il soit à la recherche de subsides importants pour tenir son rang et assouvir le faste de sa cour.

Dénombrement des feux du Comté de Foix sous Gaston Phoebus – Révision des feux en 1390
« En 1366, une révision ou « réparation » des feux eut lieu en Languedoc.
Vers la même époque, Gaston Phoebus fit procéder à une réformation générale de son domaine et on ne saurait douter que ce prince eut recours à cette mesure autant pour connaître le chiffre exact de ses revenus que pour répartir les impôts avec le plus d’équité possible. En effet, les guerres continuelles, les pillages des routiers et, pour surcroît de misère, la peste, qui avait ravagé en 1361 tout le Languedoc et la partie montagneuse du pays de Foix , avaient apporté un changement notable dans le fouage ou nombre de feux du Comté et rendaient une révision indispensable.
Il en est de même du rôle des feux du pays de Foix de 1390.
La partie du manuscrit qui a été conservée renferme la nomenclature de cent-cinquante localités et la liste des feux allumants, c’est-à-dire des ménages ou des familles, ainsi que la liste des immeubles assimilés pour l’impôt
« per loflus », aux feux allumants. » (Source 2)

Ce dénombrement est réalisé en 1368 dans le Comté de Foix.
Il est révisé en 1390, malgré quelques pertes ou détériorations (en particulier pour Saurat). Ce manuscrit nous est parvenu et nous en avons tiré les renseignements sur le pays de Tarascon, en particulier les nombres de feux et la population estimée pour 1390, mais surtout les moulins fariniers et les moulines (forges).

Les moulins

59 moulins sont relevés dans le Comté et 23 dans le pays tarasconnais.
4 à Sabart :

  • le moli (moulin neuf) d’André de Niaux
  • le moli de Giffart Batan
  • le moli delbordat de Germa Travessier
  • le moli (moulin de Quié) d’André de Niaux

3 à Miglos :

  • dont le moli de Guilhem Ysarn (seigneur de Miglos)

1 à Mercus :

  • le moli delsenhor d’Arnave (seigneur de Mercus)

et 1 dans chacune des localités suivantes :

  • Alliat : le moli de mossen Sicard

Moulin Alliat

  • Arignac : le moli du senher de Roquefort (seigneur d’Arignac)
  • Arnave : le moli du senhor d’Arnave
  • Aynat : le moli de mossen Corbayran (seigneur de Rabat)
  • Banat : le moli d’en Pyshot (seigneur de Banat)
  • Bompas : le moli du senhor d’Arnhac (d’Arignac)
  • Capoulet : le moli est vacant
  • Gourbit : le moli de mossen Mondoya (seigneur de Capoulet et Junac)

Moulin Gourbit

  • Junac : le moli de mossen Mondoya (seigneur de Capoulet et Junac)
  • Rabat : le moli de mossen Corbayran (seigneur de Rabat)

Moulin Baby

  • Saurat n’est pas cité : le document est endommagé et nous n’avons pas de réponse. À notre avis, 5 moulins fonctionnaient à Saurat.

Les moulines ou forges

11 forges catalanes sont inventoriées dans le Comté.
6 forges sont relevées dans le Pays Tarasconnais :
1 à Arignac :

  • la molina d’Arnhac (ne fonctionne plus en 1786) (Ref : Rapport de Dietrich)

1 à Rabat :

  • la molina de ferr (de Corbayran)

4 à Saurat :

  • la molina de dejos de Saurat d’Arnaut Berno
  • la molina delferr d’amont (comte de Foix)
  • lo moli du ressec (comte de Foix)
  • la molina de fer enfeudada de luy per Johan Travessier.

Durant ces quatre siècles, ces moulins et moulines perdureront avec des hauts et des bas (Source 3)

Moulin du Bout

les moulins fariniers à l’époque de Gaston Phoebus (1390) dans le Pays de Tarascon

Que reste-t-il en 2020 ?

L’arrêt des cultures céréalières a mis fin à l’utilité des moulins à farine.
Aucun moulin n’est en état de fonctionner.
3 moulins : Aynat, Arignac, Rabat ont été transformés en microcentrale électrique.
1 moulin à Saurat façonne des pierres à aiguiser.
5 moulins sont aujourd’hui des résidences principales : Alliat, Banat, Bompas, Gourbit, Junac.
Tous les autres moulins ont disparu à l’exception de celui d’Arnave, qui, après avoir été transformé en usine à plâtre et en centrale électrique, est devenu une ruine aujourd’hui.
Depuis le 19e siècle, les 6 moulines forges ont cessé leur activité.

Sources :
(1) Gaston Febus, Prince des Pyrénées de PierreTricoo-Chala 1993
(2) Rôle des Feux du Comté de Foix de Dufau de Maluquier 1901
(3) 700 ans de plâtre dans le Tarasconnais de Claude Builles 2019

Claude Builles
Histoire et Patrimoine du Tarasconnais

Paru dans le Monde des Moulins n°74 d’octobre 2020


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *