Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Le département de la Dordogne développe à travers différents plans une découverte “douce” de la Dordogne à pied (PDIPR), à vélo (Plan Vélo), en canoë (Schéma nautique). Parmi ces plans, on peut citer le PDIPR (Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée), soit 9000 km de chemins ruraux inscrits au Plan et 95 % du territoire départemental maillé (boucles / liaisons) avec comme objectif la préservation et la sauvegarde des chemins ruraux pour maintenir un accès aux espaces naturels, tout en assurant un réseau de voies de communication entretenues et balisées.
Cette valorisation du PDIPR se fait par :

  • La valorisation numérique avec les traces GPS sur le site rando.dordogne.com,
    ou sur les applications de randonnée via Itiaqui (application régionale). Les principales applications de randonnées nationales viennent chercher les données pour alimenter leurs contenus dans l’appli Itiaqui.
  • La valorisation format papier avec les plans-guides édités par le CDT (présentation du réseau par communauté de communes ou par canton) et le document “Histoires de Randonnées” qui s’attache davantage à sélectionner des parcours pour leur intérêt thématique ou pour leur spécificité (parcours connu par les VTT ou les cavaliers, parcours sportif ou ludique, etc.).

Cette introduction pour expliquer pourquoi le département de la Dordogne, conscient de l’intérêt de valoriser un patrimoine meunier oublié ces dernières années, a aidé et suivi les activités de l’APAM depuis plusieurs années, via la Direction de la Culture pour le fonctionnement de l’association (l’APAM bénéficiant d’une aide financière pour ses actions de valorisation), la Direction de l’Environnement et du Développement Durable sur l’ensemble des enjeux de conservation et de préservation des moulins, dans le contexte complexe des obligations de la Loi sur l’Eau, et du Tourisme sur les chemins de meuniers.

Le moulin de Lagorce sur le chemin de meuniers de Valojoulx
Illustrateur Robert H. Trubert

Ces chemins de meuniers bénéficient du savoir-faire du Service Tourisme pour la réalisation de fiches rando, de cartes… Pour donner de la visibilité à ces chemins, un guide rando spécifique “Chemins de meuniers” a été publié dans la collection “Histoires de Randonnées”. Cette collection permet, à travers les chemins de randonnée, de découvrir différents aspects du Périgord.

Depuis 2013, les moulins de Dordogne sont mis à l’honneur à travers différents parcours. Ils ont été sélectionnés de façon à avoir une implantation homogène sur le département et pour montrer les différents aspects du patrimoine meunier :

  • les mécanismes du moulin
  • les meules et les carrières de meules
  • les moulins à vent
  • les moulins à eau
  • les moulins ayant pris ou tenté de prendre le virage industriel.

Le moulin du Trel sur le chemin de meuniers de Vézac – Illustrateur Robert H. Trubert

Des explications sont données sur chaque aspect de ce patrimoine, avant de proposer au randonneur de découvrir “in situ” les moulins et leurs spécificités avec une carte, la description détaillée du cheminement, et ce qu’il y a à découvrir sur le chemin.

Des liens sous forme de QR Code ou d’URL raccourcie permettent de télécharger gratuitement, sur son smartphone ou son GPS, la trace du parcours et d’écouter ceux qui font vivre ce patrimoine meunier.

L’APAM œuvre depuis plusieurs années, non seulement pour la défense des moulins, mais également pour la valorisation et la promotion de ce patrimoine mal identifié. Parmi les chantiers de valorisation, les parcours considérés comme des « chemins de meuniers » sont au nombre de 30 :

  • 21 chemins réalisés par l’APAM sur des boucles PDIPR avec l’accord du service départemental du tourisme
  • 9 parcours en provenance du service du tourisme qui attendent d’être labellisés Chemins de meuniers, en fonction des contacts en cours avec le département, les collectivités locales et les offices de tourisme.

Et certains vont encore voir le jour dans les mois à venir.

Ces parcours calés sur le PDIPR vont permettre à celles et à ceux qui nous rendent visite de découvrir que le Périgord est non seulement une terre de randonnées, mais une terre riche d’un patrimoine meunier qui demande à être déniché et visité. Ces chemins balisés sont équipés de panneaux explicatifs sur la meunerie ; pour certains il existe une application numérique, ou des stations ludiques et interactives. La plupart proposent des fiches énigmes pour les enfants.

Les deux brochures “Histoires de Randonnées”, éditées par le département en association avec l’APAM, permettent de faire connaître ces parcours au grand public, tout en offrant aux propriétaires des moulins pédagogiques ou en fonctionnement un vecteur de communication original.

La dernière brochure ‘’Chemins de meuniers en Périgord’’ invite les passionnés de moulins et les amoureux de la nature à venir les arpenter aux quatre saisons. Une initiative qui vient appuyer la campagne de communication lancée sur le thème « Offrez-vous une randonnée, venez découvrir un moulin ! ». Un dépliant, édité par le département de la Dordogne, offre 170 sites à visiter gratuitement, dont 10 sites molinologiques.

Forte de son expérience dans ce domaine, si vous souhaitez créer un parcours sur votre territoire, l’APAM propose les services de son équipe de prestataires composée d’un photographe-illustrateur et d’un imprimeur, coordonnés par un référent en contact avec les différents acteurs (OT, collectivités territoriales, historien…).

Une balade sur le chemin de meuniers de Sainte-Mondane – Cliché Jean-Claude Grégory

Sachant que nous serons copiés, le prochain objectif de l’Association Périgordine des Amis des Moulins sera de porter un projet de valorisation du patrimoine meunier, territoire par territoire, en s’appuyant sur :
La marque d’un territoire, en mettant en avant l’identité meunière de chaque partie du Périgord, d’où la création de l’Association des Moulins du Périgord Noir (AMPN).
La valorisation d’un patrimoine bâti et paysager exceptionnel en favorisant la découverte de notre industrie molinologique sur l’ensemble des rivières de notre département et sur les moulins à vent. C’est ce que nous avons fait fin octobre avec une exposition à la Maison du Tourisme, à Périgueux, et une conférence animée par l’Association du Moulin de Citole.
La transmission d’un savoir-faire acquis avec le temps grâce à un engagement pédagogique s’accompagnant d’expositions itinérantes avec un matériel ludique : maquettes et jeux pour les enfants. D’où notre présence sur le terrain avec un accompagnement pour visites aux moulins et lors des balades sur les parcours.
La volonté d’intégrer la population, grands et petits et en particulier les scolaires, pour qu’ils deviennent des ambassadeurs de l’environnement en s’appropriant l’histoire des moulins. Ce qui explique notre souhait d’être intégrés au projet de Maison Numérique de la Biodiversité.

Ne fait-on que du tourisme en visitant un moulin ? Après avoir réalisé en 2018 un voyage d’études aux Pays-Bas, l’APAM a accueilli en septembre 2019, pendant les Journées Européennes du Patrimoine, des ‘’meuniers’’ du Grand-Duché du Luxembourg, pour un projet de contrat novateur de coopération inter-
territoriale, afin de démontrer que le moulin a bel et bien une valeur patrimoniale et culturelle en Europe. C’est ce que nous allons faire avec la prochaine brochure qui sera consacrée à des parcours insolites, autour d’une “Route des moulins” qui va permettre à tout un chacun d’aller de moulin en moulin pour découvrir les curiosités naturelles et architecturales de notre département, et de faire des arrêts gourmands. Une initiative conçue en association avec nos amis luxembourgeois, en complément de la Route des moulins, réalisée en 2017, afin de conduire le visiteur de moulin en moulin.

Cette ouverture européenne s’inscrit en appui à la démarche de notre fédération (Le Monde des Moulins n°68 d’avril 2019) où, sous la plume du président fédéral, nous lisons que « La FDMF, depuis plusieurs années, s’est engagée dans une ouverture culturelle à l’échelle européenne (…) afin d’ouvrir une nouvelle page pour construire l’avenir des moulins à l’échelle européenne. Il est permis de rêver d’une Europe culturelle où les moulins ne seraient pas négligés. Les bénévoles que nous sommes ont également besoin de projets peu ordinaires pour aborder le quotidien avec enthousiasme ».

Saint-Exupéry disait : « Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve une réalité ». À l’APAM, nous complétons cette expression par : « Il n’y a que deux conduites avec la vie : on la rêve et on l’accomplit ».

Jean-Claude Grégory
Référent Chemins de meuniers

Paru dans le Monde des Moulins n°76 d’avril 2021

Catégories : Vie des associations

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *