Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Historique

La construction du moulin de Sannois, appelé moulin Trouillet, remonte à 1759- 1760. Il aurait été érigé par François Roger, vigneron à Franconville et a fonctionné jusqu’en 1866. Le site, qui offre un point du vue sur Paris exceptionnel, est protégé par arrêté du 5 février 1934, mais le moulin n’est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques que depuis le 12 mai 1975. C’est, en dehors des moulins de Montmartre, le dernier moulin sur pivot de la région parisienne. C’est dire son intérêt. Par ailleurs, sa ressemblance extraordinaire avec les plans du moulin reproduit dans l’encyclopédie de Diderot et d’Alembert, lui confère un intérêt supplémentaire. Les moulins de Sannois furent souvent peints par Maurice Utrillo lors de son séjour dans la ville en 1912 et 1913 : il y avait en effet à cette époque deux autres moulins sur la colline. C’est en 1938 que le dernier propriétaire en fait don à la commune dans le but de le sauver. Diverses campagnes de restauration ont été menées, dont la dernière en date remonte à 1976-1979. En 1994 et 1995 la commune restaure la maison du meunier, qui devient un restaurant. En 2004, un vignoble de deux mille cinquante pieds fut planté au pied du moulin, rappelant les vignes d’antan.

trouillet
Le Moulin de Sannois par Maurice UTRILLO – © Jean Fabris 2008

La nouvelle restauration

Depuis sa dernière restauration, le moulin qui n’a jamais fonctionné, se dégrade peu à peu. Le 30 août 1994, sur demande de la ville, une visite approfondie du moulin est entreprise par Jean Bruggeman, puis une deuxième le 27 décembre 1994, accompagné des charpentiers de moulins Peel, débouche sur une étude détaillée des travaux à effectuer pour le rendre vivant. 

Ce n’est qu’en septembre 2003 que l’affaire reprend. L’état du moulin, dix années après la première étude s’est bien empiré, une aile a même été brisée lors de la fameuse tempête du 29 décembre 1999, les autres sont complètement tordues. La solution à l’heure actuelle, doit être radicale : le moulin doit être démonté et restauré de fond en comble en atelier. Les plans exécutés par Jean Bruggeman suivant ses relevés sont transmis à H. Grison, architecte, qui établit le dossier administratif. Trois ans s’écoulent encore, avant d’apprendre, le 18 décembre 2006, que la commune lance enfi n l’avis d’appel à la concurrence. Trois entreprises postulent. C’est l’entreprise belge, Thomaes- Molenbouw, successeur de l’entreprise H. et G. Peel qui obtient le marché, malgré son prix plus élevé, mais plus respectueuse du cahier des charges, et dont la compétence est reconnue. Une première réunion de chantier se tient le 21 mars 2007, pour organiser le chantier et élaborer un planning, elle sera suivie de biens d’autres. Les travaux débutent avec la  démolition de la toiture de la cavette dans la première quinzaine de mai, puis les charpentiers sont à pied d’oeuvre pour démonter le bardage et le 29, la grue enlève la cage qui est couchée sur la plate-forme du camion, ensuite le piédestal, pièce par pièce et enfi n la charpente du toit en morceaux. C’est donc un convoi exceptionnel, encadré de motards de la gendarmerie, qui arrive à Roulers le 1er juin très tôt dans la
matinée.

trouil2
Le Moulin de Sannois. 11/12/2007

Le moulin est complètement démembré, chaque pièce examinée, restaurée, en conservant au maximum les pièces anciennes. C’est un minutieux travail  de chirurgien. En juin, toutes les poutres récupérables sont restaurées. Une équipe de deux ouvriers travaille sur la cage. Les panneaux sont assemblés un à un. Une autre équipe s’attaque au piédestal, qui est achevé en juillet et remonté sur place à Sannois le 6 août sous une pluie diluvienne. La cage assemblée couchée dans l’atelier est sortie le 13 septembre puis redressée au moyen de deux grues. Le nouveau rouet et l’arbre-moteur sont fabriqués en septembre. Ils prennent place dans la toiture en cours de fabrication en octobre et le 25 du mois la toiture est installée sur la cage, pour procéder ensuite à la mise en place des meules et du mécanisme. Dans le même temps, en octobre, la charpente de la cavette est montée par l’entreprise Moro, la couverture par l’entreprise Tempère et la maçonnerie par l’entreprise CCR. Le 5 décembre, la toiture et la cage sont installées sur des platesformes pour le grand voyage. La cage arrive à Sannois vendredi 7. Les ailes dont la partie métallique a été fabriquée par l’entreprise Solespam à Saint-Amand-les- Eaux arrivent le 10, et le 11 c’est le spectaculaire levage de la cage sur son pivot, sous un soleil enfi n éclatant, car la veille il a plu presque toute la journée. La toiture est ensuite posée sur la cage, juste avant la pluie qui retombe de nouveau. Les ailes sont installées le 18 décembre. Après une pause, les fi nitions sont exécutées dans la deuxième semaine de janvier 2008. Ainsi en 8 mois seulement le moulin a été entièrement restauré dans les règles de l’art, résultat d’une bonne collaboration, entre l’entreprise, les maîtres d’oeuvres dont l’ARAM et la commune qui nous a fait confi ance.

trouil3
Le Moulin de Sannois. 11/12/2007

Jean Bruggeman – Article paru dans le Monde des Moulins – N°24 – avril 2008

Voir la fiche du moulin >>

Catégories : Zoom

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *