Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

dosche10102011« les ailes de doche » . Photo Charpentier

C’était le rêve d’un homme avant de devenir la belle histoire d’une équipe et surtout une magnifi que réussite en trois points : l’idée de base, la construction du moulin, la pérennisation du site avec la grange, le four à pain, la maison du meunier, le jardin, le conservatoire…

Un rêve… de moulin à vent !

Ce moulin a eu la chance de naître d’un zeste de nostalgie, d’une pincée de rêve et d’une once de folie dans la tête d’un compagnon charpentier qui possédait le savoir-faire et l’amour de son métier, le courage et la détermination d’entreprendre avec, en plus, un charisme suffi sant pour convaincre et entraîner son entourage.
Notre région comptait jadis beaucoup de moulins à vent, implantés dans les zones sèches ou traversées de ruisseaux trop petits pour alimenter la roue d’un moulin à eau.
Sans qu’il soit bien évident d’en déterminer le nombre exact, disons qu’il y en eut une centaine vers la fi n du XVIIIème siècle et qu’en 1899, on en recensait encore trois.
Donc, vers 1900, ils avaient pratiquement tous disparu, remplacés par les minoteries industrielles plus rentables.
Cent ans plus tard, à l’aube du XXIème siècle, leur souvenir s’estompait peu à peu. Il restait de très rares cartes postales, des gravures anciennes, des éléments de décor sur des tableaux ou sculptures… et quelques écrits
d’archives.
Pour moudre les céréales en Champagne méridionale, il y avait quelques moulins-tours en pierre, mais la plupart des moulins à vent étaient en bois, du type cage ou pivot.
Le type mixte, avec base en pierre et tête pivotante, ne se trouvait pas chez nous. Il existe dans les pays du nord ou en Allemagne ainsi qu’en Touraine mais légèrement différent.
C’est alors que le compagnon charpentier d’origine néerlandaise, Erwin Schriever, regrettant un peu le bruit du vent dans les ailes des moulins de son pays natal, conçut l’idée d’offrir un moulin à sa terre d’adoption.
C’est donc ce dernier type que le compagnon charpentier allait monter, avec quelques aides extérieures.
Mais comment faire alors qu’il n’y avait aucun plan pour le construire ? Alors que les fonds manquaient pour lancer le projet ?
Comme il ne pouvait pas porter seul le projet, une association, type loi de 1901, fut créée en 2001.

Du rêve à la réalité

Les plans n’existaient pas : qu’importe, le compagnon allait les tracer ! Et notre charpentier partit à la recherche de documents anciens pour s’en inspirer, de moulins existants pour les visiter… ayant pour base de travail la carte postale du moulin d’Origny-le-Sec où fi gurait le meunier dont les descendants lui avaient dit qu’il mesurait 1m65 : l’échelle approximative du moulin était trouvée !
Cette première phase, longue et fastidieuse, fut cependant menée à bien et les plans de base furent tracés.
Un autre obstacle restait à surmonter : trouver le terrain où l’implanter et les partenaires pour accompagner le projet.
La municipalité de Dosches allait se montrer une alliée exceptionnelle en fournissant le site approprié, qui surplombe le village, près d’une ancienne carrière et pas très loin de l’endroit où jadis tournait un moulin similaire à celui du projet…

Quant au premier don reçu, il allait permettre d’acheter… quatre arbres pour tailler les premiers éléments du futur moulin !
D’autres aides allaient suivre (subventions, dons, partenariat), chacune permettant de faire un pas supplémentaire, sans certitude cependant, sur la manière de réaliser la phase suivante.
Le moulin fut entièrement construit et prémonté en atelier, grâce d’une part au travail de bénévoles et aussi de jeunes en diffi culté d’insertion, encadrés par un chef de chantier. Pendant environ 6 années, 300 stagiaires se succédèrent ainsi, acquérant peu à peu la discipline sinon le goût du travail bien fait.
Ce moulin est parfaitement identique à ceux construits jadis dans notre région jusqu’à la fi n du XVIIIème siècle. Au siècle suivant, des améliorations techniques modifi èrent sa conception.
Il est construit tout en bois, de la structure au mécanisme, mais avec différentes essences suivant la fi nalité de chaque pièce.
Toute la structure est en chêne, bois très dur et résistant, de grande solidité, qui se conserve longtemps sans pourrir à l’humidité.
Le bardage de la cage est en Douglas qui résiste bien à l’humidité.
Pour ce qui est de l’engrenage entraînant les meules, la croix est en chêne, les dents en charme, un bois dur et compact à grain fi n et serré, et le tour en orme, un bois tenace, dur et élastique qui résiste bien aux chocs.
Les fuseaux de la lanterne sont en merisier, bois dur, tenace à grain fi n et les plaquettes de freinage en peuplier, un bois tendre, léger et nerveux.
La couverture, ainsi que la face du côté des ailes, sont couvertes de tuiles d’écaille (bardeaux) de châtaigner, bois presque aussi dur que le chêne mais plus souple et plus imperméable.
La structure est entièrement emboutie (tenons/ mortaises avec doubles embrèvements) et non  chevillée car il lui est demandé de « plier » au vent. En effet, lorsque les ailes tournent, les différents éléments de la structure sont soumis à des contraintes parfois énormes qui pourraient casser les chevilles.
De même, il n’a pas de fondations : ses 35 tonnes sont simplement posées sur des blocs maçonnés. Toutes les pièces sont réglables. Son poids lui donne la stabilité dont il a besoin alors que le bois lui donne la souplesse requise pour résister au vent.

dos5999
Intérieur moulin de Doches. Photo Charpentier

Description du moulin

Il est constitué de différents éléments « préfabriqués » en atelier, transportés sur le site en septembre 2006 et assemblés sur place, à l’exception de l’axe moteur, le pivot et le maître sommier, débités sur le chantier même à cause de leur poids.
Le piédestal assemblé pèse 7 tonnes et mesure 7 m de haut. Il comprend une pièce centrale, le pivot, et 8 rangées de liens extérieurs qui soutiennent le contreventement.
Ce piédestal est posé sur huit blocs maçonnés.
La cage du moulin vient en frottement sur le pivot sans s’y appuyer. Elle mesure 8 m de haut et 4,20m de côté. Elle est traversée par une pièce de chêne, le maître sommier, qui pèse environ 2 tonnes. Au milieu de cette pièce, s’encastre le haut du pivot, c’est ce qui permet à la cage de tourner autour du pivot afi n d’orienter la cage face au vent.
La cage renferme l’engrenage, en chêne, entraînant les meules et comportant un rouet de 2,50m de diamètre.
Il y a aussi l’axe moteur de 6,20m de long, percé à une extrémité pour recevoir les ailes et entaillé au milieu pour y installer le rouet. Et, élément bien utile : le frein ! C’est un levier relié à une plaque de tôle entourant le
rouet et frottant sur les lames de peuplier à une extrémité et, à l’autre, à une corde pouvant être tirée de l’intérieur comme de l’extérieur du moulin. On relève le frein seulement lorsqu’on s’apprête à faire tourner les ailes.
Les meules : la meule dormante (inférieure) et la meule tournante (supérieure) sont en pierre reconstituée (pour des raisons budgétaires) et ont été fabriquées aux Pays-Bas. Elles ont un diamètre de 1,50m. La meule
dormante pèse 1,3 tonne et la meule tournante 1,2 tonne. L’entretien des meules, qui s’usent, est fait par le meunier (toutes les 150 heures de travail environ).
Une pièce métallique d’environ 15 kg, l’anille, permet d’effectuer la liaison entre la meule tournante et le gros fer vertical. L’anille montée sur le moulin de Dosches provient du moulin d’Origny-le-Sec qui a brûlé en 1897, et a été donnée par un descendant du meunier, M. Gatouillat.
Cette petite pièce relie symboliquement le moulin de Dosches aux moulins du passé…
Les ailes : il y en a 4, mesurant 10 m de long sur 2 m de large. Elles sont de forme incurvée et obliques par rapport au sol pour éviter de heurter le piédestal du moulin en tournant et aussi contrebalancer le poids du grain entreposé en attente de mouture.
Elles sont habillées de toiles fi xées sur les lattes. Pour mettre la voilure, le meunier doit positionner l’aile verticalement, grimper sur les lattes qui servent d’échelle, dénouer le lien qui attache la toile et la tendre. Il répète
l’opération pour chaque aile. Le moulin ne  peut fonctionner qu’avec ses ailes face au vent, sinon le vent risque de déboîter les ailes de l’axe-moteur en l’endommageant fortement.
Avant de tendre les toiles, le meunier doit donc orienter le moulin correctement en le faisant pivoter manuellement par l’intermédiaire de la queue qui soutient l’escalier.
Le moulin a été inauguré le samedi 23 juin 2007.

doschephotoErwin SCHRIVER, président association moulins Champenois . Photo moulin de Doches

Fin de la première phase et du projet d’origine.

Le moulin existait, il était construit à l’identique de nos moulins anciens mais il était sans vie puisque sans farine et sans meunier…
Allait-on le laisser vieillir ainsi ?
Pour faire vivre le site et continuer à l’aménager, il fallait encore plus d’argent et, pour obtenir des fonds (subventions, prix, dons…), il faut créer l’événement, susciter la curiosité des médias, attirer du monde, beaucoup de monde… et le beau moulin sans vie ne suffi sait pas.

Association des moulins à vent champenois – Article paru dans le Monde des Moulins – N°38 – octobre 2011

Voir la fiche du moulin >>

Catégories : Zoom

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *