Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Sébastien Lépine devrait faire dans la communication tant il a su faire venir la meunière du Moulin d’Odeigne (Belgique) en Ariège. « Viens passer quelques jours de vacances au Carla de Roquefort, il y a un moulin à eau. » C’est ainsi que Fanny Dumont s’est retrouvée au Moulin de Neylis, où elle conta son histoire aux propriétaires.

14-1

Fanny Dumont – Photo DR.

Depuis quelques semaines, elle a pris la suite d’Odon et Ghislaine Dethise, partis à la retraite. Pour pouvoir faire tourner le moulin, la nouvelle meunière, avec le boulanger du village et deux autres personnes, ont créé une fondation privée « la Ferme artistique ». Elle permet l’acquisition des terres, du moulin, des outils de meunerie, du hangar, ainsi que des étables, mais surtout garantit la pérennité de l’usine en la mettant à l’abri de la spéculation, en imposant la continuité de la mouture de la farine par la force de l’eau dans le respect de la règlementation.

Pour reprendre le Moulin d’Odeigne, à Manhay, qui moud sur ses meules de pierre depuis plus de 500 ans (il a été créé en 1600), Fanny Dumont a bénéficié du savoir-faire de l’ancien meunier, qui lui a appris le métier de A à Z. « Il était meunier et il fonctionne à l’ancienne, avec le secret du savoir-faire » dit-elle, avant d’ajouter « qu’il était d’accord pour lui apprendre ce métier. »

Fanny, originaire de Bruxelles, a quitté la ferme bio où elle travaillait, pour s’installer au moulin où elle aura pour voisin le boulanger, qui envisage de s’installer dans les anciennes étables pour y transformer la farine issue de céréales anciennes en pain.

Les fondateurs de la « Ferme artistique » veulent perpétuer le savoir-faire artisanal de meunerie, développer une filière locale de céréales du grain au pain, accueillir toute forme de vie culturelle en s’ouvrant à l’art et rester en accord avec la vie locale. Tout un programme qu’ils présenteront sûrement lors du mois de Mai des Moulins… à moins que Fanny ne revienne en Ariège, en terre d’Occitanie, conter sa belle histoire à d’autres passionnés de moulins.

Patrick Suilhard
Paru dans le Monde des Moulins n°58 – Octobre 2016

Catégories : Etranger

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *