Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

En effet, l’année 2005 aura été marquée en Ile-de-France, par un évènement rare à notre époque : la roue et les mécanismes de meunerie du Moulin à eau de Toussac se sont remis à tourner. Cette vallée du Lunain, affluent du Loing, comportait une dizaine de moulins dont la plupart n’ont plus aujourd’hui que le nom puisque la guerre et l’industrie minotière ont eu raison de ces petites “usines”. Mais grâce à des passionnés, certains de ces moulins revivent et c’est ce qui vient de se produire à Paley, petite commune de 300 habitants située dans le sud de la Seine-et- Marne. Evidemment cette réhabilitation a pris du temps, beaucoup de recherches, de la réflexion et du savoir-faire. Vous trouverez ciaprès quelques étapes qui retracent cette belle aventure, née d’un propriétaire amoureux de son moulin, malheureusement sans équipements, et d’un passionné de technique sur les moulins. Grâce à cette restauration, ce moulin du XVème devient un des seuls moulins à eau d’Ile-de-France à produire de nouveau de la farine, comme on la faisait il y a un siècle. C’est pourquoi cette année 2005 restera historique sur le plan molinologique de notre région.

toussac1
Vue du moulin avant les travaux

toussac2
La nouvelle roue à aubes

1. Recherche de documents

Tout naturellement, nous avons consulté les Archives Départementales de Seine-et-Marne situées à Dammarie-les-Lys. C’est là que nous avons trouvé un plan de 1860 qui faisait apparaître la roue sur le pignon du moulin. Une visite des moulins amont et aval, nous a conforté dans la définition de la roue. Nous savions qu’il s’agissait d’une roue à pales.

2. Relevés du site

Les relevés des cotes du gros oeuvre, nous ont permis de retracer l’axe de la roue et de vérifier son débattement. On pouvait commencer à faire l’étanchéité des murs et dégager le coursier qui faisait apparaître une construction en tuiles sur chant.

n17toussac1

3. Recherche de pièces

Avant de commencer les plans, il était impératif de trouver les étoiles. C’est dans le Loiret à Chuelles, dans un parc à ferrailles d’une entreprise de mécanique et sur recommandation, que nous les avons découvertes. D’un coup d’oeil, nous savions qu’elles correspondaient à ce que nous recherchions.

n17toussac2

4. Réalisation des plans

C’est à partir des relevés du site et des étoiles que la roue s’est dessinée avec ses huit bras et quarante pales.

n17toussac3

5. Choix d’entreprise

Après consultations, l’entreprise André Croix et fils a été retenue. Aussitôt, les pièces réutilisables sont transportées en atelier pour les adapter à la configuration retenue.

n17toussac4

6. Travaux de maçonnerie

Pendant la réalisation de la roue, les travaux de maçonnerie vont bon train comme : les ancrages de la nouvelle vanne, la préparation de la fosse pour recevoir le rouet etc…

n17toussac5

7. Livraison de la roue

Du fait de sa dimension et de son implantation, la roue fut livrée en pièces détachées. L’arbre, réalisé en bi-matériau, d’une longueur de 4,50 m.

n17toussac6

Ici, une des palettes de jantes avec ses coyaux, là, des palettes de planches pour les pales.

n17toussac7

8. Mise en place de l’arbre

La mise en place de l’arbre, a nécessité une attention toute particulière du fait de son poids (une tonne et demie) et de l’accès à son emplacement définitif.

n17toussac8

9. Montage de la roue

Avec ses 5,40 m de diamètre pour 1,25 m de large, le montage de la roue (ossature en chêne) a été une opération longue et impressionnante.

n17toussac9

Les paliers d’extrémité comportent un demicoussinet avec sa bague en bronze. Quant au coussinet supérieur, il comporte le système de lubrification.

10. Montage des meules

Le montage des deux paires de meules (plus de 2 tonnes pour une paire de meules) au niveau supérieur du moulin a certainement été l’opération la plus délicate et la plus risquée. Elle s’est parfaitement déroulée par une équipe bien rodée avec l’aide de moyens bien adaptés.

n17toussac10

11. L’enrayure

L’enrayure est une charpente en bois sur laquelle reposent les meules dormantes et permet de régler leur horizontalité. Cette configuration évite de transmettre les vibrations produites par les meules en rotation à l’ensemble de la construction du moulin. Cette enrayure est supportée elle-même par quatre colonnes qui reposent sur la rotonde.

n17toussac11

12. Les mécanismes

A partir du rouet de fosse avec ses dents en cormier, les différents engrenages permettent d’entraîner par l’intermédiaire du gros fer :
• le rouet de volée
• les deux petits fers (axe des meules)
• L’arbre de la bluterie.

n17toussac12

13. L’archure

Une fois l’archure posée, (coffre en bois des meules) surmontée de l’auget et de sa trémie, le positionnement de ceux-ci par des réglages précis, permettrons au grain de s’écouler régulièrement dans l’oeillard de la meule, sous l’action du babillard.

n17toussac13

14. Blutoir

Situé au rez-de-chaussée, le blutoir reçoit la mouture qui, blutée (tamisée) donnera d’un côté la farine et de l’autre le son. Cette mouture vient directement des meules situées à l’étage supérieur.

n17toussac14

15. Monte-sacs

Cet accessoire permet de monter les sacs de grains du rez-de-chaussée à l’étage afin d’alimenter les meules.

n17toussac15

16. Maçonnerie

Les travaux de maçonnerie ont été permanents. Ils ont permis notamment de réaliser un lieu qui permet de voir tourner l’ensemble de la roue sous un angle inhabituel.

n17toussac16

17. Ouverture des vannes

Le 6 avril 2005, Christian actionne la crémaillère de la vanne permettant à la roue de faire ses premiers tours. Emotion et satisfaction sont au rendez-vous !

n17toussac17

18. Epilogue

Les différentes étapes de cette “aventure”, énumérées ci-dessus, se sont déroulées sur une période d’environ 18 mois. Tout au long de ce projet, les professionnels intervenants sur le site, ont effectué un travail de qualité : les amoulageurs, maçons, menuisiers, électriciens, peintres etc …

n17toussac18

Pour marquer cet événement une inauguration officielle s’est déroulée le 16 juillet 2005 en présence de plus de 1000 invités, dont tous les habitants du village de Paley. Espérons que cette restauration fera des émules dans cette vallée du Lunain qui comporte encore un bon nombre d’anciens moulins qui mériteraient eux aussi d’être revalorisés. Rappelons que l’ensemble de ce patrimoine molinologique est à l’origine d’une grande partie de notre industrie actuelle. Marie-Christine et Christian Yon remercient l’Association des Amis des Moulins d’Ile–de- France pour l’aide technique apportée à la restauration de leur moulin. Les propriétaires du moulin de Toussac sont à leur tour remerciés d’avoir ouvert leurs portes pendant toute la durée des travaux. Ceci a permis aux adhérents intéressés de suivre et de voir évoluer une restauration. Cette réhabilitation restera un moment inoubliable. La porte de Marie-Christine et de Christian reste ouverte à tous les amoureux de moulins. Une visite est possible, mais uniquement sur rendez-vous. N’hésitez pas, cela vaut le détour.

Michel Campenon – Article paru dans le Monde des Moulins – N°17 – juillet 2006

Voir la fiche du moulin >>

Catégories : Zoom

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *