Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

L’éditorial des “Mills News” n°135 résume la réunion printanière de la section des moulins de la “Society for the Protection of Ancient Buildings” (Société de protection d’anciens bâtiments, ou “SPAB” ) en concluant qu’ils sont forcés de constater deux préoccupations majeures : le destin des moulins britanniques, et l’âge grandissant des participants.
“Il n’y a pas de débouché commercial à construire de nouveaux moulins, nous devons donc nous assurer de prendre soin de ceux qui nous restent”.

Simon Potter (Sussex Mills Group) et 3 des meules volées (photo prise en 2008 par B. Petit)

L’âge des membres du SPAB n’est pas un problème en soi, c’est plutôt l’âge des mécaniciens expérimentés dans le secteur de la rénovation des moulins. La solution évidente serait de créer un centre d’apprentissage, ce qui représente, selon le SPAB, un coût d’ environ 1 million de livres (soit plus d’un million d’euros) afin de former cinq experts sur plusieurs années.

Ce magazine, riche en couleur et en voyage, informe sur les restaurations et découvertes récentes, puis consacre quatre pages aux moulins des Açores afin de faire voyager le lecteur sur ces îles atlantiques portugaises, ventées et limitées en énergies fossiles.
Les lettres envoyées par les membres incluent autant des actualités concernant leurs moulins, que des annonces et des dons de mécanismes, ou bien encore, des demandes d’aide pour des identifications diverses. Nous retenons la très belle visite virtuelle proposée par le Moulin de Cranbrook (www.unionmill.org.uk) où il est possible de visiter les sept étages de ce moulin à vent sur vos écrans.

Mécanisme du moulin de Cenarth (Pays de Galles) dessiné par John Brandrick (maquette informatique)

Dans la page d’actualités, entre les bonnes nouvelles, le magazine revient sur le vol, en février, de cinq meules au Moulin à vent Jill Mill en Sussex. Un buisson ayant été découpé pour emporter les meules d’une demi-tonne chacune, la police locale n’a trouvé aucune trace de déplacement de celle-ci, laissant penser que les voleurs étaient équipés d’un camion et d’une grue. Certaines de ces meules étant identifiables, un appel est lancé pour les retrouver. L’une d’entre elles porte la plaque en acier dédicacée à un des fondateurs de l’Association “Jack and Jill Mills Society”, une autre, en lave volcanique gris foncé, porte les inscriptions “oie 1721” (jillwindmill.org.uk).

Un autre article a retenu toute notre attention : c’est l’histoire d’un ingénieur architecte gallois à la retraite qui a acheté une maison et trouvé, en faisant des travaux autour de sa nouvelle maison, des ruines d’un ancien moulin à eau non signalé sur son acte de vente. La passion lui prend, il fait des recherches, rejoint la section SPAB du Pays de Galles, et voilà que John Brandrick concilie son ancien métier et sa nouvelle passion sous forme de maquettes informatiques en 3D, reproduisant, à partir de recherches faites par David Jones, des moulins disparus. Chapeau !

Bridget Petit

Paru dans le Mondes des Moulins n°46 d’octobre 2013

Catégories : Etranger

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *