Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Le Moulin-Brosserie de Saint-Félix est un témoin de notre civilisation matérielle depuis la fin du Moyen Âge en tant que moulin à blé. Il appartient à l’abbaye Saint-Lucien de Beauvais depuis au moins 1533, et une partie de son mécanisme (roue à aubes, rouet de fosse et hérisson) est conservée dans sa version du XIXe siècle en métal et bois (Photo 2 et 3). On peut comprendre là l’importance des travaux de déviation de la rivière, le Thérain, entrepris par les moines pour utiliser son énergie.

Grâce à l’énergie hydraulique et la voie ferrée Creil-Beauvais qui met la vallée du Thérain aux portes de Paris, ce site a connu une succession d’activités industrielles au XIXe siècle.

1- Vue d’ensemble du site de Saint-Félix. Photo Association Les Amis de Saint-Félix

Son évolution depuis la révolution de 1789 (Photo 4)

Le moulin à blé est vendu comme bien national en 1792, et deux industriels du textile de Mouy l’achètent en 1839. En 1843 (Photo 5), ils doublent le barrage, construisent un deuxième moulin à foulon moderne, équipé d’un véritable moteur hydraulique formé d’une roue de côté d’origine anglaise, équipée d’un régulateur à boules de Watt (Photo 6) et entraînant des machines par poulies et courroies, sur la rive droite du Thérain, qui deviendra successivement, une lacetterie, une usine d’effilochage, et enfin une fabrique de brosses de toilette.

2- Roue du moulin à blé. Photo Association Les Amis de Saint-Félix

3 – Mécanisme de la roue du moulin à blé. Photo Association Les Amis de Saint-Félix

4 – Vannes du barrage. Photo Association Les Amis de Saint-Félix

5 – Grande roue avant rénovation.
Photo Association Les Amis de Saint-Félix

6 – Mécanisme de la grande roue, avec régulateur de Watt en premier plan.
Photo Association Les Amis de Saint-Félix

En 1860, une troisième roue en fer, ainsi qu’un bâtiment adossé au moulin à blé sont construits et deviendront une scierie, puis une boutonnerie (Photo 7).
En 1881, des brossiers de Cauvigny, attirés par l’énergie hydraulique et la voie ferrée Creil-Beauvais, rachètent le moulin et construisent les quatre premiers sheds qui abriteront l’usine de brosses ; (Photos 8, 9 et 10). La brosserie est une activité en plein développement avec le progrès de l’hygiène. Les premières brosses à dents françaises auraient été fabriquées dans l’Oise vers 1810 (Photo 11).

7- Roue en fer installée en 1860. Photo Association Les Amis de Saint-Félix

8 – Atelier avec décoreuse en 1er plan. Photo Association Les Amis de Saint-Félix

9 – Ateliers avec scie à os en 1er plan. Photo Association Les Amis de Saint-Félix

10 – Ateliers, avec postes de contre-perçage. Photo Association Les Amis de Saint-Félix

11 – Brosses à dents (et autres) , fabriquées à Saint-Félix aux XIXe et XXe siècles.
Photo Association Les Amis de Saint-Félix

L’usine a fabriqué des brosses jusqu’en 1979. La modernisation de l’usine ne s’étant pas faite suffisamment, la concurrence devient insoutenable et le propriétaire ne trouve pas de repreneur.
En 1991, sous la houlette du nouveau propriétaire, M. Alain Audemar, sont inscrits à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques : le barrage, les trois roues dont celle équipée du régulateur de Watt, probablement unique en France, l’ancien moulin à blé, le moulin à foulon et les quatre premiers sheds de l’usine de brosses.

Le Moulin-Brosserie : un espace bucolique à découvrir et faire découvrir

Le Moulin- Brosserie de Saint-Félix, en plus d’être un témoin vivant d’un passé industriel ouvert au public, est aussi un lieu de conférences, mais il a également un caractère pédagogique pour les nombreuses « classes d’eau »
qui viennent tout au long de l’année découvrir le site.

Le Moulin-Brosserie : un espace de mise en valeur des brosses « made in Oise »

Le Moulin-Brosserie est aussi un lieu de mise en valeur de l’industrie brossière qui a été importante dans l’Oise, où chaque visiteur peut repartir avec des brosses « made in Oise », que ce soient les brosses à dents écologiques ou non de la Française de Beauvais, les brosses à cheveux, les blaireaux, les brosses à bain de Fournival Altesse de Mouy ou les brosses à chaussures de Desjardins à Cauvigny. Le Moulin-Brosserie, c’est aussi une exposition des brosses qui se fabriquaient au Moulin de Saint-Félix, sous la marque « Falconia et Autin » (Photo 12).

12- Brosse à cheveux : montage à la main. Photo Association Les Amis de Saint-Félix

Ce moulin peut devenir aussi une vitrine écologique, ce qui renforce son caractère unique dans le patrimoine industriel de l’Oise.

Un bras de contournement du barrage a été réalisé par le propriétaire, la SCI Le Moulin de Saint-Félix, en collaboration avec le Syndicat Intercommunal de la Vallée du Thérain, conformément aux exigences européennes de rétablissement de la continuité écologique, l’objectif étant de permettre aux poissons de remonter le cours de la rivière.
C’est le seul barrage sauvegardé entre Beauvais et Montataire.

Le moulin aujourd’hui

Le moulin est ouvert au public par une association : « Les Amis du Moulin de St-Félix », créée en 2009, qui s’efforce de le maintenir tournant.
C’est une équipe de bénévoles qui, depuis 10 ans, fait découvrir d’avril à octobre ce merveilleux site de la mémoire ouvrière et du patrimoine industriel de la vallée du Thérain.

Site : https://www.moulin-musee-brosserie.fr/
Facebook : https://www.facebook.com/lesamisdumoulindesaintfelix/

Son histoire depuis 1980

En 1980 : M. Audemar rachète l’usine et ne bouleverse pas sa structure en la laissant en état.
En 1994 : le Musée de la Brosserie est ouvert au public grâce à l’Écomusée des Pays de l’Oise et à l’Association pour le Musée des Brosseries de l’Oise (AMBO), qui a montré l’intérêt de ce site dans l’histoire de l’industrie brossière du département.
En 2003 : le Comité Départemental du Tourisme de l’Oise (CDTO) a repris la gestion du musée jusqu’en 2007.
Tous ont contribué à préserver la mémoire du savoir-faire brossier qui est encore présent dans le département.
En 2006 : M. Audemar constate des désordres sous la grande roue, le musée ferme en 2007.
En 2009 : il fait les travaux de soutènement de la grande roue avec l’aide financière de la DRAC.
En 2010 : avec l’accord du propriétaire, l’Association « Les Amis du Moulin de Saint-Félix », rouvre le site au public.
Depuis ce jour, l’association n’a cessé d’entreprendre les travaux de sauvegarde qui permettent aujourd’hui de dire que le Moulin-Brosserie de Saint-Félix est le seul site dans l’Oise où fonctionnent trois roues à aubes, et où le lien entre la roue et l’usine est encore fonctionnel. En 10 ans et pour ne citer que les plus gros travaux, les bénévoles ont refait à neuf la grande roue, rénové le déversoir, remplacé des vannes, consolidé les ponts permettant la circulation des visiteurs.

En 2014 : l’état de la grande roue nécessitait des travaux d’envergure. Le montant des travaux, établi par plusieurs artisans, nous a décidés à entreprendre nous-mêmes la rénovation complète de l’ouvrage. En partenariat avec un menuisier à qui nous avons fourni des plans laborieusement établis par nos soins, nous avons réussi à faire fabriquer les rayons. De là, nous avons taillé, retaillé, scié, percé, rainuré, raboté, assemblé, et au bout de cinq mois, la roue était pimpante et prête pour une nouvelle vie (Photo 13).

Photo 13 – éléments mis en place sur la grande roue. Photo Association Les Amis de Saint-Félix

Alors que les derniers moulins usines du département de l’Oise sont devenus des logements, ou des friches industrielles, grâce à tous ces acteurs, le Moulin de Saint-Félix, qui témoigne des révolutions énergétiques et industrielles du passé, est maintenu « tournant », et ce site s’est construit une réputation touristique.

Les Amis du Moulin de Saint-Félix

Paru dans Le Monde des Moulins n°78 d’octobre 2021

Catégories : Histoire

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.