Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Moulin de Blangy au siècle dernier – Collection Christian Martin

Utilisée depuis l’Antiquité comme force motrice, l’eau vive a fourni à l’être humain une énergie régulière et fiable lui permettant de développer ses activités économiques. La puissance des moulins hydrauliques, exploitée par divers types de roues, puis par des turbines à partir du XIXe siècle, était encore l’une des principales sources de production d’électricité il y a 100 ans. Si elle l’est restée dans quelques rares pays aujourd’hui, le potentiel hydraulique des moulins, troisième patrimoine français, reste, lui, sous-exploité. Renouvelable, non polluante, de technologie simple et maîtrisée, l’hydroélectricité tirant profit de la force de nos cours d’eau a pourtant un rôle majeur à jouer, dans les enjeux actuels de la Transition Climat énergie.

Moulin de Blangy, aujourd’hui – photo Christian Martin

La petite hydroélectricité garante d’une énergie propre et fiable

Une technologie fiable
Les centrales hydroélectriques ont une longue durée de vie. Bon nombre d’entre elles sont en activité depuis plus d’un demi-siècle et fonctionnent toujours efficacement.
Une énergie propre
L’énergie hydraulique est une source continuellement renouvelable d’énergie électrique, non polluante pour l’environnement.
Un faible coût de fonctionnement
Les coûts en combustible de l’hydroélectricité sont nuls et ceux de fonctionnement et d’entretien sont faibles. Elle possède le meilleur taux de retour énergétique de toutes les sources d’énergie.
Un bilan carbone excellent contre le réchauffement climatique
L’énergie hydraulique produite par les moulins représente le meilleur bilan carbone de toutes les énergies productrices d’électricité (GIEC IPCC, SRREN Rapport 2012). L’équipement des moulins doit être une priorité dans la stratégie de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.

Le respect de l’environnement

Un moulin permet non seulement de réguler le débit et le niveau d’un cours d’eau, d’alimenter les nappes phréatiques, mais il est aussi un réservoir de biodiversité à préserver. Le moulin à eau dans son environnement est un écosystème anthropisé complexe, autonome et dépolluant. Tout moulin ayant un impact sur le fonctionnement des cours d’eau, sa gestion doit se faire dans le respect des cycles biologiques et du bon fonctionnement du milieu aquatique, ainsi que dans le respect des usages et des riverains.

L’hydroélectricité, l’avenir des moulins à eau ?

Un patrimoine à restaurer et revaloriser
Identitaire de nos territoires ruraux, le patrimoine des moulins à eau a trop longtemps été mésestimé. Les activités de meunerie, cessant dans les années 1930, puis 1960, ont laissé de nombreux bâtiments à l’abandon. Ils offrent pourtant aujourd’hui de belles opportunités : d’importantes surfaces habitables, des sites naturels de qualité, des volumes atypiques et pittoresques, ainsi qu’une force hydraulique exploitable !
Dans un cadre naturel privilégié, ces bâtiments atypiques deviennent des lieux chargés de mémoire à même de devenir des sites touristiques, culturels, patrimoniaux.
L’hydroélectricité, associée à la création d’hébergements touristiques, d’espaces culturels et de loisirs, contribue à une patrimonialisation du paysage.

Passe à poisson du moulin, avec 30cm d’écart entre chaque niveau du moulin de l’abbaye de Blangy-sur-Ternoise – photo Christian Martin

La petite hydroélectricité, un retour sur investissement pour financer une restauration
Les moulins sont souvent restaurés pour y établir une activité économique, mais cette destination les prive d’une aide de la Fondation du Patrimoine sur le bâti non protégé. Équiper son moulin d’une petite centrale hydroélectrique n’ouvre droit à aucune aide non plus, mais elle permet d’obtenir un retour sur investissement important à partir de 7 ans environ.

Tableau électrique de 1906 du moulin Blangy-sur-Ternoise  – photo Christian Martin

 

L’armoire électrique de l’installation du moulin l’Abbaye à Blangy-sur-Ternoise – photo C. Galvaire

Note de l’auteur : J’ai écrit cet article, avec l’accord de Christian Martin, propriétaire du moulin de l’Abbaye de Blangy-sur-Ternoise, président, par ailleurs, de l’Association « Au fil de l’eau ».

Remise en service d’une turbine et la création d’une passe à poissons au Moulin de l’Abbaye de Blangy-sur-Ternoise.
Cliché Ch. Martin, coll privée

Cameron Galvaire, Moulin Musée Wintenberger de Frévent (Pas-de-Calais)


2 commentaires

REIN Jean Jacques · 23 octobre 2022 à 17 h 13 min

Mon père 91 ans est propriétaire d’un moulin à eau dans la commune de Sarraltroff en Moselle 57 en bord de Sarre
Sur le bord aval de cette rivière existent de nombreux anciens molulins qui sont aujourd’hui désafectés
Cela fait 1 an que j’essaye de trouver un technicien compétent qui pourrai m’aider à réfléchir sur la possibilité de remettre en fonction la turbine électrique qui a cessé de fonctionner en 1994

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.