Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Section Patrimoine des Amis du CIS, bulletin n° 16

Nous nous permettons de rapporter les écrits de Mademoiselle Paule Roy , membre résidant des Antiquaires de Picardie, qui effectua deux études sue les moulins, d’abord en 1967 sur les moulins à vent puis en 1973 sur les moulins à eaux.

LES MOULINS À VENT :
L’origine des moulins à vent remplaçant l’antique meule à bras est très lointaine puisque les premiers d’entre eux furent construits en France à l’époque des Croisades.
… Pour capter au mieux le vent et obtenir le meilleur rendement possible, le moulin à vent est construit, chaque fois que c’est possible au sommet d’une butte, d’une colline ou en haut d’une côte. …
Deux constructions très différentes s’offrent à nous : celle en matériaux durs et celle en bois.
Le moulin en dur : brique ou pierre (qui n’est en fait que de la craie) est de forme circulaire (Frucourt, Fontaine). Il peut être d’une seule venue, en tronc de cône, mais plus habituellement il décroche légèrement à chaque étage (Frucourt, Fontaine). Le toit couvert en ardoises, formant la pointe du cône, se déplace sur une jante en bois de pommier réputé pour sa solidité. Les toits de nos deux moulins ne sont pas couverts d’ardoises, à Frucourt ce sont des tuiles plates et à Fontaine des écailles de bois…

LES MOULINS À EAUX :
Après avoir présenté les moulins à vent du pays de Somme, il m’est apparu que les moulins à eaux, très différents mais aussi utiles, sinon plus, méritaient également une étude…
L’origine des moulins à eaux est nettement plus ancienne que celle des moulins à vent…. MA de Franqueville a trouvé trace des premiers moulins à eau dans le Nord de la France dès le 8ème siècle…
La construction a la forme d’une maisonnette ou d’une véritable maison bâtie en bordure d’un cours d’eau au courant assez vif. Cette bâtisse renferme tout le mécanisme du moulin, sensiblement semblable à celui du moulin à vent. La roue est placée à l’extérieur, parallèlement au courant et meut l’arbre horizontal de la machinerie…
Dans le cas le plus courant, pour actionner cette roue, le constructeur commence par installer en amont du moulin, un barrage formant retenue d’eau pour obtenir une chute plus rapide. À hauteur de la roue, un muret, parallèle aux rives, resserre le cours de la rivière. Entre le muret et la berge, est construite une écluse où sont pratiqués des pertuis, ouvertures fermées par une vanne ou rostière, plus ou moins soulevée suivant la force du courant dont il est nécessaire de disposer. L’ensemble se nomme la ventellerie. Parfois, est spécialement aménagé un bras de rivière ou canal, appelé également bief et aussi étier ou coursier, qui peut être barré par le procédé ci-dessus, une fosse, dite bouldure, est ensuite creusée sous les roues, pour leur permettre de se mouvoir librement…

Lire la suite (document de 53 pages) : http://rheuh.free.fr/comptesrenduscis/pdf/patri16.pdf

Informations transmises par Eric Charpentier

Les moulins de la communauté de communes d’Hallencourt

Catégories : Inventaires

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.