Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Comment passer une retraite active quand on a pratiqué pendant de longues années le commerce du grain !

André duval a choisi de restaurer le moulin de Combelongue condamné à l’arrêt en 1910.
Cette ancienne proprièté du clergé, date du XIIIème siècle. 15 ans auront été nécessaires pour restaurer et remettre en service cette petite merveille (uniquement par les soins du propriètaire et sans aide). Aujourd’hui les autorités locales paraissent satisfaites que ce patrimoine soit sauvegardé.
En pénétrant dans l’enceinte du moulin, vous plongez instantanément dans l’univers des meuniers du siècle dernier. Les murs sont ornés d’objets du XIXème siècle récupérés au hasard des brocantes et vide grenier. Vous revivez vraiment la vie du meunier d’autrefois.

combelongue

intérieur du moulin – photo André Duval

Des collections importantes disposées avec astuce : mesures grains (boisseaux), tamis de toutes manières (plus de 100), dont une pièce assez rare : un tamis en crin de cheval, diverses balances romaines, une collections de graines cultivées en Ariège. Le clou de l’exposition réside dans l’impressionnante collection de pots de farine (céramique, bois, fer, émail, porcelaine) qui doit-être unique en France.
De l’égrenoir au blutoir, en passant évidemment par la mouture, c’est un véritable écomusée de la meunerie. Le propriètaire des lieux vous proposera enfin une visite inédite : les soussols du moulin, avec explication du mécanisme. Vous pourrez y admirer des voûtes magnifiques bâties en pierres sèches, qui évitent que l’humidité ne remonte dans le moulin.
Dans la salle des meules, une vitre aménagée dans le plancher permet de voir l’action de l’eau sur le roudet : spectacle impressionnant. Avant de quitter le site allez jusqu’à l’échelle à poissons qui permet au truite de remonter tranquillement le cours d’eau et n’oubliez pas de jeter un coup d’oeil sur la pico-centrale, une merveille.

Article paru dans le Monde des Moulins – N°1 – mai 2002

Voir la fiche du moulin >>

Catégories : Zoom

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *