Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Des moulins à eau du Moyen Âge ont été découverts à Thervay, à l’occasion des travaux de la future ligne à grande vitesse reliant Dijon à Mulhouse. Les vestiges des installations ont été mis au jour à proximité du lit
du Gravelon, petit affl uent de la rive gauche de l’Ognon, tout près de la grange du Colombier, dépendance de l’abbaye cistercienne d’Acey. Les enjeux de l’intervention sont importants car la meunerie hydraulique du Moyen Âge est jusqu’à présent fort mal connue.

jura2
Pale de roue avec tenon rapporté – inrap – Photo JC. Passerat

Plus de 250 pièces de moulins en bois

La fouille a eu lieu pendant l’hiver 2007-2008, dans des conditions très diffi ciles puisque le terrain a été régulièrement inondé par les débordements du Gravelon. En revanche, l’humidité permanente du lieu, dans un ancien chenal, a favorisé une excellente conservation de bois fl ottés parmi lesquels plus de deux cent cinquante pièces de moulins à grains (froment ?) se répartissant en deux ensembles. Les différents modèles de pales permettent de répertorier au moins six roues hydrauliques distinctes. Pour l’instant, la dendrochronologie (datation par l’étude de la largeur des cernes du bois) fournit des datations placées dans la première moitié du Xème siècle (919-950) ou dans la seconde moitié du XIIème siècle (1130- 1160). À partir de pales et de jantes, il est aussi possible de reconstituer une roue à quatre rayons, d’un diamètre de 2,30 m, qui comportait
vingt-six pales à tenons.

Plusieurs installations de meunerie

La répartition complexe des vestiges, due à l’activité fl uviatile et au courant, laisse envisager l’existence de plusieurs moulins. L’emplacement de l’un d’eux a été mis en évidence dans le chenal. Il se présente sous la forme d’une zone plantée de pieux, de piquets et de poteaux, et d’un aménagement de berge empierrée qui a permis d’accueillir un atelier de rhabillage des meules. L’association d’un marteau de moulin et de nombreux fragments de meules en grès du massif de la Serre situe sans conteste la zone de taille au sud de l’aménagement de la berge.

jura3
Zone de piquets, de pieux et de palplanches – inrap – Photo JC. Passerat

Petits moulins, petits cours d’eau

Les fouilles de Thervay attestent qu’un petit cours d’eau comme le Gravelon pouvait être très bien équipé en moulins hydrauliques, à l’instar de rivières plus importantes développant une énergie potentiellement plus intéressante. Les machines avaient des capacités productives modestes mais probablement bien adaptées aux besoins liés à l’économie locale. Le rôle des moines de l’abbaye cistercienne d’Acey qui possédait une grange à proximité du site, est à prendre en compte dans la persistance de ces petits équipements parallèlement à la mise en place de plus gros moulins. La densité et l’excellente conservation des vestiges font de ce site une découverte unique en Europe, qui occasionnera un renouvellement des connaissances sur la meunerie médiévale sans précédent.

jura1
Jante de roue hydraulique – inrap – Photo JC. Passerat

Gilles Rollier, Archéologue responsable d’opération – Article paru dans le Monde des Moulins – N°33 – juillet 2010

Catégories : Histoire

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *