Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Un peu d’histoire
L’Association « Les Amis de Saint-Julien-d’Ance » s’investit dans un projet de restauration et de mise en valeur du Moulin d’Ancette. Saint-Julien-d’Ance est une commune de 250 habitants, située dans le nord-est du département de la Haute-Loire, dans la vallée de l’Ance du Nord. Cette dernière prend sa source à 1345 m d’altitude, près de la Jasserie de Pégrol, sur la commune de Valcivières (Puyde- Dôme) et rejoint la Loire, à Bas-en-Basset (en Haute-Loire). Elle comporte un affluent, le Chandieu. Elle est connue pour la pureté de ses eaux, ce qui explique la présence de moules perlières, notamment dans le bief du moulin qui est un rare lieu de reproduction de cette espèce menacée. Le Moulin d’Ancette est situé à 200 m en contrebas du bourg du village.

Autrefois, la région regorgeait de moulins, et chaque cours d’eau en mettait plusieurs en mouvement ; sur le territoire de la commune de Saint- Julien-d’Ance, on a pu dénombrer 11 moulins et un même bâtiment pouvait regrouper plusieurs meuniers, utilisant le même bief mais imposés séparément. Il ressort de l’exploitation des archives du moulin la présence très ancienne d’un moulin à Ancette. Si la date de sa construction n’est pas connue, sa présence est attestée le 2 octobre 1345, quand Hugues de Villedieu fait un don à Hugues de Châteauneuf, chanoine de Brioude.

Bourg de Saint-Julien-d’Ance – Photo Gérard Triolaire

Ce don est alors composé de seigle, d’avoine et d’argent à prendre, entre autre, sur le Moulin d’Ancette. S’il y a un seul canal et un seul bâtiment dans lequel sont installées les meules, du début du XVIe siècle jusqu’au milieu du XIXe siècle, le bâtiment était divisé en deux, avec deux entrées, et exploité par deux familles de meuniers, Salanon et Odier. Depuis 1470 jusqu’à aujourd’hui, sont connus les noms de tous les meuniers qui se sont succédés au Moulin d’Ancette, soit dans une partie de celui-ci, soit dans le moulin entier.

Bâtiment abritant l’ensemble de meunerie – Photo Gérard Triolaire

Le moulin a été transmis de génération en génération. De 1470 jusqu’au moins 1525, le moulin a été exploité par la famille Dancette, puis a semblé tomber en déshérence, par suite de l’extinction de cette lignée. Ensuite, se sont succédées les familles Blanc, Marconnet, Salanon-Audier, et Salanon. Le dernier meunier, Joseph Salanon, est décédé en 2014. En 2015, des cousins de ce dernier, la famille Bontemps, tombés amoureux du site, ont racheté l’ensemble de la propriété, dont le moulin, sous l’instigation de leur mère Micheline Bontemps, la cousine de Jojo, qui fréquentait le moulin dans son enfance et qui ressent la présence passée de ses ancêtres.

Depuis le XIVe siècle, le bâtiment a été remanié, reconstruit un certain nombre de fois. La dernière modification importante, datant de 1868, a tenu compte de l’unicité de l’exploitation.

Vue d’ensemble de l’intérieur du moulin : les 2 paires de meules
dans leur archure. Au fond : le blutoir rénové – Photo Gérard Triolaire

À l’intérieur du moulin, la meule dont le tour sert à l’orge perlé apparaît comme très ancienne, en tout cas antérieure de plusieurs siècles avant la dernière transformation, et pourrait être un témoignage des premiers temps du moulin.
Le moulin produisait de la farine panifiable, de la farine pour animaux, et de l’orge perlé. Le “cylindre à orge” (meuleton) servait également à “mailler” du trèfle.
En 1926, il y a eu arrêt de la production de farine panifiable.
L’ensemble actuel de meunerie, composé de quatre meules, a tourné professionnellement jusqu’à l’avant-guerre, puis à seule fin domestique (nourriture des animaux de la ferme d’Ancette) jusqu’en 1976.

Une première restauration du moulin en 1991
Consciente de la valeur de ce patrimoine, en 1990, une poignée d’habitants permanents et estivants de la commune de Saint-Julien-d’Ance se sont retrouvés autour de Joseph Salanon, propriétaire du Moulin d’Ancette, afin d’envisager quels moyens pourraient être mis en oeuvre pour sauver le moulin d’une mort certaine, en le réhabilitant et en le faisant connaître au grand public.

Pour ce faire, une association a été créée, « Les Amis de Saint-Julien-d’Ance », dont les statuts ont été officiellement déposés en Préfecture de Haute-Loire en 1991.

L’objet de cette association est de promouvoir, sauvegarder et aménager les sites naturels et le patrimoine de la commune. Parmi ce patrimoine figure en premier lieu le Moulin d’Ancette.

À l’époque, des travaux de base furent :

  • La remise en fonctionnement d’une des quatre meules ; il fut pour cela nécessaire de fabriquer une roue d’entraînement : l’axe métallique de la meule fut reconstitué grâce à l’aide d’un industriel de la région stéphanoise. Un ensemble de cuillères en bois composant la roue horizontale du moulin fut fabriqué (chaque meule du Moulin d’Ancette est entraînée par une roue horizontale, l’eau étant canalisée par un chéneau taillé dans un tronc d’arbre à partir de la chute d’eau située en extrémité d’un bief de 1000 m de long, derrière le bâtiment abritant le moulin).
  • Le blutoir en soie permettant de tamiser la farine fut entièrement reconstruit.
  • Le mur supportant la chute d’eau fut reconstruit et équipé d’une passerelle avec garde-corps.
  • L’installation électrique fut refaite dans les normes par un professionnel.
  • Le plancher en bois séparant le rez de chaussée et le 1er étage fut refait à neuf par les bénévoles de l’association.
  • Une signalétique explicative fut mise en place.
  • Les abords furent nettoyés et aménagés, avec installation d’une table de pique-nique.

Roue à cuillères en bois rénovée – Photo Gérard Triolaire

Une fois l’ensemble de ces travaux terminé, le moulin a été ouvert au public, essentiellement les week-ends ; les visites étant assurées à la fois par le propriétaire et par des bénévoles de l’association.

En 2001, l’association a mis fin à sa collaboration avec Monsieur Salanon qui, âgé, n’a plus souhaité que son moulin fasse l’objet d’une exploitation à des fins touristiques.

De 2001 à 2016 : mise en sommeil du projet
La fin provisoire de cette aventure n’a pas pour autant été fatidique à l’Association des Amis de Saint-Julien-d’Ance qui a continué sa route, en proposant chaque été quelques animations devenues localement incontournables, autour de thèmes liés à la conservation du patrimoine au sens le plus large du terme ; on peut citer par exemple une action menée en faveur de la sauvegarde de variétés anciennes d’arbres fruitiers, au cours des années 2000 ; une action pour une meilleure connaissance du monde des abeilles ; diverses conférences et interventions dans les domaines de la flore et de la faune (orties, papillons, lichens, etc.) ; manifestations culturelles : exposition de peinture, initiation à la peinture, conférence sur les béates du Velay, sur les arts et le théâtre sous le Consulat et l’Empire ; des sorties botaniques commentées, certaines en lien avec le CPIE (Centre Permanent et d’Initiation à l’Environnement) du Velay, autour de la Coulée de lave de Bourianne, qui est le deuxième point d’attraction de la commune de Saint-Julien.

Depuis plus de 15 ans, le bâtiment était à l’abandon et les éléments du moulin se sont détériorés.

2016 : année du renouveau, reprise du moulin par l’association
Après le décès du dernier propriétaire, l’opportunité de conclure un bail de longue durée entre l’association et les nouveaux propriétaires (très actifs et eux-mêmes adhérents de l’association) s’est présentée ; une poignée de bénévoles, dont quelques-uns issus de la génération 1990, se sont retrouvés pour reprendre le flambeau de la rénovation du moulin.
L’objectif de l’association est de pouvoir ouvrir au public le moulin, au printemps 2017, après remise en état de tous ses éléments. Sont en cours de fabrication ou de rénovation : une meule et un meuleton, les vannes et les goulottes d’alimentation en eau, les diverses passerelles d’accès, les abords du moulin, etc.

Meuleton rénové – Photo Gérard Triolaire

Paire de meules à farine sans archure, et courroie à godets sur la droite – Photo Gérard Triolaire

Viendront ensuite d’autres travaux indispensables et que devrait nous imposer la commission de sécurité : sécurisation des accès, mise aux normes des installations électriques, sécurité incendie, …

La Communauté de Communes de l’Ance du Nord analyse les aménagements des berges qui seront à mettre en oeuvre avec les propriétaires, des riverains du canal, pour conserver la qualité des eaux et la préservation des espèces dans ces zones humides.

Le contrat territorial a missionné un bureau d’études pour définir les scenarii possibles pour la mise en conformité du seuil, conformément aux directives européennes de continuité écologique des cours d’eau, au titre de l’article L.214-17CE.

Nous sommes inquiets quant au financement des travaux qui seront imposés.

L’association dispose de moyens financiers limités, émanant de ses adhérents. C’est pourquoi elle a lancé, à compter du 1er juillet 2017, un projet de financement participatif sur le site internet consacré aux associations : Helloasso. Les dons versés ouvrent droit à une réduction d’impôts sur le revenu égale à 66 %, dans la limite de 20 % du revenu imposable, la Direction Départementale des Finances Publiques ayant émis un avis favorable à la reconnaissance de l’association comme organisme d’intérêt général à caractère culturel.

L’association souhaite inscrire modestement son travail dans les actions locales de développement touristique et du territoire ; cet environnement favorable a attiré l’attention du CPIE (Centre Permanent d’Initiation à l’Environnement) du Velay, qui a choisi le bief du moulin pour développer sur les années 2016-2017 un projet de gestion durable des milieux aquatiques (zones humides) en association avec les services de l’État ; DDT43, ONEMA, et la Communauté de Communes de la Vallée de l’Ance. Un journée évènementielle, organisée par le CPIE, est programmée le 17 septembre 2017, sur le site du moulin et de son bief, connu pour une présence de la moule perlière, espèce aquatique fortement menacée, qui bénéficie d’un plan national d’action de sauvegarde.

Le CPIE a formé des animateurs du temps d’activités périscolaires (TAP) pour réaliser des séances d’animation, autour du bief et du moulin.

Dans un autre ordre d’idée, la L.P.O. (Ligue pour la Protection des Oiseaux) Auvergne – Antenne du Puy a choisi la commune de Saint-Julien pour mettre en place, en 2017, la création d’une fiche sentier sur son site web www.lpo-auvergne,org.
Elle a sollicité notre association pour l’accompagner en 2017 dans cette action, prise en charge par le Conseil Départemental ; sentier qui devrait partir d’Ancette, jusqu’à la Coulée de Lave de Bourianne.

Enfin, FR3-Auvergne a réalisé un reportage sur le moulin et sur le travail des bénévoles, travail qui a été diffusé dans son journal du 19/20 le 24 juin 2017, et un reportage sur la disparition de la moule perlière, le 13 juin, tourné en partie sur les berges du canal d’Ancette, consultables en replay sur leur site.

Nous comptons sur vous pour venir découvrir ce lieu exceptionnel et pour contribuer à sa restauration.

Les Amis de Saint-Julien-d’Ance,
Mairie, 43500 Saint-Julien-d’Ance
Gilles Bontemps, propriétaire du Moulin d’Ancette
Page Facebook de l’association :
https://www.facebook.com/LesAmisDeSaintJuliendAnce
Lien de notre site de financement participatif :
https://www.helloasso.com/associations/les-amis-desaint-julien-d-ance/collectes/renovation-du-moulind-ancette-a-saint-julien-d-ance-en-haute-loire-43

Gérard Triolaire,
Président de l’Association Les Amis de Saint-Julien-d’Ance
Tél : 06 79 42 93 05

Article paru dans le Monde des Moulins n°63 de janvier 2018

Catégories : Zoom

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *