Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Dans le cadre de ses activités, l’Association des Moulins d’Ile de France a accueilli l’exposition « La Juine, la rivière et l’Homme » réalisée par l’association « Saint-Vrain et son Histoire », à la salle Saint Antoine d’Etampes.
Lors du vernissage le 30 janvier 2009, Alain Eyquem, représentant la FDMF en qualité de secrétaire, a pu souligner la qualité de l’étude menée pour aboutir à cette exposition. Le moulin,
étudié dans un cadre historique, économique au sein de l’écosystème d’une vallée donnait à cette exposition une originalité que chacun a pu souligner.
Un ouvrage en souscription poursuivra ce travail de longue haleine.
Mme Percy, présidente de l’Association des Moulins de l’Ile de France, a accueilli élus, adhérents, représentants d’Associations, un large public dans un cadre chaleureux et convivial.

Mme Percy, Présidente des Amis des Moulins d’Ile de France et A. Eyquem
représentant la FDMF

Contenu de l’exposition

La Juine… qui connaît ce petit cours d’eau long de quelques 52 kilomètres, prenant sa source dans le Loiret, à Autruy, arrosant Etampes et se jetant dans l’ESSONNE à Vert-le-Petit ?

L’association « Saint-Vrain et son Histoire » s’est lancé le défi de faire une étude tant historique qu’économique sur la Juine, les moulins qu’elle alimentait, sur la vie dans la vallée. Cinq années de recherches et deux pour finaliser une exposition de plus de soixante panneaux.

Moteur économique, car d’Etampes à Vert-le-Petit, circulaient jusqu’au XVIIème siècle des bateaux à fond plat lourdement chargés de sacs de blé ou de farine et de barriques de vin.

Moulins à tan, à foulon, mégisseries, lavoirs à laine, filatures faisaient vivre bon nombre de familles bien au-delà de la vallée elle-même. Mais surtout, les moulins « faisant de blé farine » ont représenté un bassin d’emplois très important jusqu’au moment où la concurrence des grands moulins amène les propriétaires à se reconvertir.

Moulin de Graviers à Saclas

Prenons l’exemple du moulin de Graviers à Saclas : il reste à l’heure actuelle une majestueuse roue de 8 mètres de diamètre. La première mention remonte à 1638, date à laquelle le moulin est exploité par Guillaume Fillau. En 1753, Pierre Pinault construit devant les vannes une pêcherie. 1816 : un premier incendie détruit le moulin; il est alors reconstruit et la chute d’eau divisée en deux ; deuxième incendie en 1836 et, après de nombreuses tractations, il n’y aura plus qu’un moulin à Graviers. 1952 : un nouvel incendie anéantit les bâtiments.

A l’heure actuelle, seuls quelques moulins ont heureusement été restaurés par leurs propriétaires. Et si leurs murs épais pouvaient parler, quelles histoires de meuniers n’auraient-ils pas à nous raconter ?

Moulin de Graviers à Saclas

Si vos pas vous mènent un jour vers cette vallée si attachante, n’hésitez pas à vous promener le long de ses rives, le long de ses affluents. Une récente protection de la basse vallée au titre des sites et paysages nous laisse espérer qu’elle échappera longtemps encore aux menaces qui pourraient peser sur elle.

Un ouvrage « la Juine et ses moulins, la rivière et l’homme » est en souscription au prix de 22 € jusqu’au 30 avril (chèque à l’ordre de « la Juine et ses moulins ») plus 6 € 50 de port pour envoi par la poste, à adresser à Madame Percy, 7 rue Badran 91150 Etampes.

Paru dans le Monde des Moulins n°28 d’avril 2009

Catégories : Vie des associations

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *