Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Petite chronique issue d’une rencontre imprévue lors d’un voyage en Écosse

C’est à Saint Monans, ancien village de pêcheurs situé au nord-est d’Édimbourg, que nous avons découvert un bien curieux moulin à vent.

L’estuaire du Forth1 et la production de sel. Un peu d’histoire

En 1771, Sir John Anstruther et Robert Fall fondèrent la Newark Coal2 et la Salt Works Company3. Neuf marais salants, un moulin « pompe », un bassin de rétention et un canal ont alors été construits. Une voie ferrée transportait le charbon près du moulin ainsi que le sel produit et du charbon, pour l’export, à destination du port de Pittenween tout proche. L’entreprise de Saint Monans est devenue la troisième plus importante société productrice de sel du comté du Fife. Toutefois, elle n’aurait survécu que 50 ans, la production de sel s’étant probablement arrêtée en 1825.
L’estuaire du Forth, avec son abondante production de charbon pour les fours à sel et sa route maritime vers le nord de l’Europe, est resté pendant 800 ans la principale région d’Écosse productrice de sel. En 1614, le sel occupait la troisième place parmi les exportations écossaises, après la laine et le poisson.
La technique écossaise de production de sel par chauffage au charbon tendait à retenir les impuretés et en compliquait la vente. Au XVIIIe siècle, le marché s’est orienté vers le sel évaporé de la baie de Biscay, réputé plus pur.
En Angleterre, le sel gemme a été utilisé comme alternative après la suppression des taxes sur le sel en 1825. Le marché écossais est ensuite devenu saturé par des importations moins chères. La dernière production de sel d’Écosse s’est arrêtée à Prestonpans en 1959.
La maison « chaudron »
Nous avons assez peu d’informations sur les maisons « chaudron », mais les recherches archéologiques et les archives de l’industrie du sel nous donnent une idée de leur fonctionnement.
Ne subsistent aujourd’hui que les fondations. Les fours, situés probablement sous un bassin métallique d’environ 6 mètres par 3 mètres, portaient l’eau de mer à ébullition. Du blanc d’œuf ou du sang de bœuf était ajouté pour enlever partiellement les impuretés. Six à huit tonnes de charbon étaient nécessaires pour produire une tonne de sel. Chaque ébullition durait quatre heures. Le sel était ensuite stocké dans des paniers d’osier.
Un contremaître et deux ou trois assistants travaillaient dans chaque maison « chaudron ». Femmes et enfants assuraient le transport du charbon et du sel. Ce travail en milieu chaud et humide était sale et fatigant. Il demandait de travailler la nuit pour garder l’eau en ébullition. Malgré ce difficile labeur et la nécessité de vivre sur place, les travailleurs du sel semblaient être intégrés à la société de Saint Monans. Certains ouvriers restaient sur place pour exercer d’autres activités lorsque les fours étaient éteints.
À l’extrémité de la rangée de maisons « chaudrons » se situait le « girnel »4, entrepôt sécurisé où le sel était pesé et entreposé par les officiers du sel, qui assuraient également le recouvrement des taxes.

Le moulin à vent

Seul le moulin emblématique du site a survécu.
Un bassin de décantation était rempli d’eau de mer grâce au pompage effectué par le moulin à vent. Cette eau de mer circulait dans des tuyaux en bois. Nous n’avons malheureusement pas d’information sur le principe de pompage dans le moulin. La tour du moulin a été restaurée, un escalier hélicoïdal installé. Elle sert aujourd’hui de point de vue pour les touristes de passage.
Les curieux ont la possibilité de visionner de belles vues aériennes du moulin et de ses environs sur YouTube : St Monans Windmill and Salt Pans.
L’Écosse est un pays sauvage, magnifique et dépaysant. On peut y faire de belles rencontres. Les Écossais sont aussi accueillants que leur accent les rend incompréhensibles. Un pays à visiter absolument !
Merci à notre fils Jean-Baptiste pour ses traductions de l’anglais.

1. Forth : rivière qui coule au nord d’Édimbourg
2. Charbon de Newark
3. Entreprise de production de sel
4. En gaélique écossais : grand coffre pour stocker les repas

012019-etranger-ecosse01

012019-etranger-ecosse02
Panneaux d’information à Saint Monans. Clichés Pascal Cazenave.

 

Élisabeth et Pascal CAZENAVE

Paru dans le Monde des Moulins n°67 de janvier 2019

Catégories : Etranger

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *