Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Quelques exemples de moulins et pressoirs de Provence à l’époque antique, visitables depuis longtemps.

Un moulin à eau très original est celui de Barbegal, situé à proximité d’Arles. Les propriétaires, voisins, ont bien accepté les archéologues et admettent que l’on peut le visiter. Des Européens y viennent souvent car c’est le seul site romain de la France qui montre 16 moulins à la fois mis en jeu par l’eau d’un aqueduc et produisant la farine pour Arles. Il y a eu depuis l o n g t e m p s d i f f é r e n t e s restitutions de la cascade des  moulins dont une au musée d’Arles (figl).

arch1

fig 1. Restitution des moulins à farine de Barbegal

Sur la production d’ huile il y a aussi dans ce même musée un exemple de meule qui sert à écraser les olives (fig2). Au-dessus d’Aix, à Entremont, on peut aller dans un ancien village gaulois étudié par les archéologues et voir deux éléments qui montrent bien le travail du moulin à huile (fig3). Dans le Var on trouve quelques éléments d’huilerie à La Garde Saint-Michel près de Toulon et à Nice aux thermes du nord. Plusieurs musées montrent toujours des meules anciennes et donnent des éléments : ainsi à Marseille au Musée d’archéologie, à Istres (B-du-Rh.), à Draguignan au Musée des ATP (Var), à Salagon (Alpes Hte-Prov.) à Puget Rostang (Alpes maritimes).

arch2
fig2. Sarcophage d’Arles (d’après A-L Millin, Voyage dans les départements du Midi de la France. Paris, 1807, Pl.LXI, 4)

arch3

arch4

fig 3. La restitution de ce pressoir romain permet de redonner vie aux seuls témoins que l’on trouve actuellement sur les champs de fouilles : la maie sur laquelle sont posés les scourtins et le contrepoids qui sert à l’amarrage du treuil. Site celtoligure
d’Entremont – photo Ambard, CNRS.

Nouveaux moulins à eau et nouveaux regards depuis 10 ans

II est intéressant de constater que l’on commence à retrouver des moulins à eau complétant ceux de Barbegal. J-L. Paillet et Ph. Leveau ont retravaillé sur ce site jusqu’en 1994 et des articles précis ont été édités récemment entre 1996 et 2000. De nouveaux regards sont apparu sur l’histoire naturelle de la vallée des Baux dont le centre agricole et le climat ont plus changé qu’on ne le pensait au début. Les seize moulins de Barbegal ont été créés au IIème siècle, à l’époque active romaine
d’Arles et ont sûrement fonctionné jusqu’au IVème siècle. Plusieurs personnes et l’ARAM de Provence s’inquiètent de l’absence totale de restauration patrimoniale de ces moulins qui, actuellement, n’ intéressent pas la région PACA . La mairie de
Fontvieille n’a pu acheter les lieux.

Deux moulins hydrauliques ont été retrouvés dans le Var après 1995. A Mesclans, villa remarquable, travaillée dès 1985, J.P. Brun et M. Boreani ont découvert des éléments d’un moulin à eau vertical, dont ils ont trouvé la meule à grain en basalte, le canal et des monnaies permettant de dater ce moulin du IIème au troisième quart du IIIème siècle. Et à Saint Pierre/Les Laurons aux Arcs, après les premières découvertes de 1984, on a retrouvé de nombreux sites du IIème siècle av J-C . Des villas luxueuses du IIème et IIIème siècle ont été mises à jour. Et plus récemment les archéologues ont découvert dans le reste d’un petit canal quelques éléments d’un moulin hydraulique, qui aurait donc alimenté la villa.

Ces interprétations sont intéressantes car elles posent à nouveau des questions sur l’importance des moulins à eau à l’époque romaine. Et du coup sur Marseille, Cl. Varoqueaux et J.M.Gassend ont donné récemment l’interprétation de la roue à eau du Vème siècle et estimé “qu’ il est plus que probable que d’autres aménagements hydrauliques ont existé aux abords même du port et que l’on pourrait encore les retrouver”. Justement des éléments de moulin à eau du Vème siècle ont été découverts en 1996 par H. Amouric avec une voûte de pierre appareillée pour un moulin à grain à turbine à la Calade du Castellet (Fontvieille) (fig4) qu’il compare à certains moulins modernes de Corse et il souligne le fait que le canal avait été ensuite placé plus haut au Moyen Age puis à l’époque moderne, ce qui explique la difficulté de retrouver les moulins anciens.

arch5
fig 4. Restitution du moulin de la Calade par H.Amouric (extrait de Leveau, Saquet 2000)

arch6
fig 5. Carte des lieux des cinq moulins à eau découverts en archéologie

Ces moulins montrent donc qu’à cette époque, il y avait à la fois des moulins à roues verticales et des moulins à roues horizontales.

Découvertes de nouveaux pressoirs à huile depuis 10 ans

Les pressoirs utilisés pour l’huile ou le vin avaient été découverts depuis longtemps et dès le XIXème siècle des éléments romains avaient été trouvés dans certaines régions de Provence. Nous avons pu avec J-P.Brun organiser un colloque international en 1991 sur la production de vin et de l’huile antique et les différentes découvertes des moulins et pressoirs en Méditerranée. Les pressoirs de Provence recensés commençaient déjà à être nombreux, en particulier par les recherches dans le Var de J.P.Brun qui en a fait sa thèse et dans les Bouches du Rhône par P. Leveau qui a encouragé les archéologues dans ce domaine.

Les travaux continuent toujours et de nombreuses éditions toutes récentes permettent de préciser ces dernières trouvailles (Brun 1999 et 2000, Gâteau 1997). Elles donnent des cartes et des listes de travaux sur les communes qui permettent de voir un grand nombre de pressoirs pour le Var et les Bouches-du-Rhône. Dans les villae ou les habitats ruraux, des pressoirs romains ont été mis en valeur. Dans le Var les archéologues ont évalué 164 vestiges de l’époque romaine en 1999 et les recherches se poursuivent. Dans les Alpes de Provence, un atlas récent ( Bérard 1997) montre le petit nombre de moulins à huile et pressoirs à vin. Dans cinq endroits on a trouvé quelques fragments de dolia et contrepoids à partir de 1951. Dans
les Hautes-Alpes, le Vaucluse, les Alpes maritimes, les exemples sont beaucoup moins nombreux car la vigne et l’olivier étaient moins développés.

Comme pour les Bouches du Rhône et le Var, on peut identifier un pressoir par des éléments archéologiques variés : des maies dans une villa précise, et parfois des treuils, des fragments d’arbres, des morceaux de meules, des éléments de cuves, sont trouvés encore en place dans une maison abandonnée, ou utilisés sur un mur, ou écrasés sous une autre construction.

Evolution historique de moulins et pressoirs romains

On peut donc commencer à s’interroger sur les évolutions des moulins de Provence en fonction des dates des éléments archéologiques. 
On constate d’abord l’existence de nombreuses meules. Certaines correspondent précisément au détritage de l’olive, soit cylindriques mola oléaria, soit hémisphériques trapetum. Et on commence donc à pouvoir dresser des listes de meules pour l’époque romaine. Mais on a aussi trouvé des morceaux de meules manuelles rotatives, souvent réutilisées dans des architectures et que nombre de maisons devaient posséder. De plus, des meules peuvent servir à des fabrications artisanales et en particulier pour les moulins rotatifs dans les mines. Il est évident qu’il devait y avoir nombre de meules actionnées par des animaux, moulins à sang, ou activés directement par des hommes ou des femmes. Ces types de moulins ont forcément disparus mais l’illustration du sarcophage d’Arles au Vème siècle montre bien leur importance (fig2).

Nous avons montré au début le développement plus important des moulins hydrauliques et leurs variétés, à roue horizontale ou verticale. D’autre part l’utilisation des canaux était manifestement importante à l’époque romaine mais ils sont moins bien connus encore. On s’interroge donc aussi sur l’évolution des types de pressoirs. Le pressoir à coin pour les parfums  comme à Pompéi, n’a pas pu être découvert en Provence. L’évolution des pressoirs à levier est intéressante. Pour les pressoirs à vis, J.P. Brun estime maintenant que les premiers ont pu apparaître avant le IIIème siècle et que les pressoirs à vis directe, qui évidemment disparaissent facilement, pouvaient être plus nombreux. (Brun 2000 et 2001). L’interprétation d’un pressoir pour l’huile ou le vin est évidemment liée aux cuves de décantation pour l’huile ou les jarres du vin. Et la variété des amphores de vin ou d’huiles, exposées à l’extérieur et souvent en bateaux, posent des questions sur l’importance ou non des pressoirs, ou sur leur diversité.

La Narbonnaise a traversé une crise militaire des années 259-285, puis après l’avènement de Dioclétien une grande partie romaine est dispersée dans la Gaule jusqu’en 476. Mais plusieurs fois des invasions barbares interviennent dès 406. On constate que des moulins et pressoirs sont détruits ou abandonnés au milieu du IIIème et au Vème siècle. L’idée ancienne de la disparition des moulins jusqu’au Moyen Age doit maintenant être changée, ainsi que la crise agraire en Provence au IIIème siècle ( Brun et Congés 1996). Il est certain qu’il y a eu des changements au Vème siècle, et il faut tenir compte de l’histoire sociale : il est possible que les artisans aient quitté les villes mais les grands domaines n’ont pas disparu et les tonneaux de bois se sont développés ( Tchema 1997). Ainsi il y a eu bien clairement des changements sociaux et commerciaux mais aussi des changements techniques. Les trouvailles récentes du moulin hydraulique par H. Amouric et les analyses de J-P.Brun montrent que la crise technique n’est pas à envisager, au contraire. Ainsi pour la connaissance de la situation romaine de Provence, l’évolution des moulins et des pressoirs est intéressante et manifestement les trouvailles d’archéologie sont passionnantes et
indispensables. On se demande si, comme à Arles où à la fin de 2003 les eaux ont envahi la ville, il n’y aurait pas eu des problèmes par l’eau envahissante.
C’est une question.

Marie-Claire AMOURETTI – Article paru dans le Monde des Moulins – N°8 – avril 2004

Catégories : ArchéologieHistoire

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *