Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Curieux que nous sommes de l’histoire des moulins, nous savons combien les cartes sont un support et un vecteur de connaissances important pour situer les moulins géographiquement. Des cartes IGN au 1/25000, précieuses de nos jours, aux cartes plus anciennes, elles permettent de situer les moulins dans l’espace et… dans le temps.
Les ingénieurs géographes que furent Cassini et Belleyme nous sont bien connus et permettent d’identifier moulins à vent et à eau de la deuxième partie du XVIIIe siècle. Nous apprenons cependant que, dès la fin du XVIIe, Claude Masse fut un cartographe qui tint une place importante dans l’histoire de la cartographie. Les nombreuses cartes réalisées donnent des indications sur tous les territoires s’étendant du sud de la Loire jusqu’aux Pyrénées. Parmi les renseignements que la lecture de ces cartes nous apporte se trouvent bien sûr les moulins.

Naissance et contexte politique

Né en 1651 en Savoie, Claude Masse a passé la majeure partie de sa vie à La Rochelle, avant de mourir en 1737 dans le Nord, à Charleville-Mézières. Ingénieur militaire du roi Louis XIV, il sera missionné par ce dernier pour découvrir la côte Atlantique et en faire un descriptif précis. Il faut comprendre qu’à cette époque la France est aux prises avec son ennemi, l’Angleterre « reine des mers », qui représente une menace. Il s’agit pour Claude Masse de faire l’inventaire des sites susceptibles de permettre l’arrivée de la flotte anglaise et des sites qui lui seraient inaccessibles. Il y avait donc un intérêt stratégique à cartographier ces zones littorales. C’est la période où les projets de fortifications (Vauban) sont nombreux. Nous pourrions dire aujourd‘hui que son travail avait une portée géostratégique !

Fig 1 – Claude Masse (1651-1737)
Collection A. Eyquem

La cartographie, une discipline en plein développement à la fin du XVIIe siècle

La fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle représentent une époque charnière pour l’évolution de la cartographie. La production cartographique est en plein progrès. Les méthodologies évoluent et Claude Masse sera le précurseur des cartographes modernes.

De nombreuses cartes du sud de la Loire aux Pyrénées

Claude Masse agit sur la côte atlantique du sud de la Loire et il cartographie tout ce territoire jusqu’aux Pyrénées. Localement, si on s’intéresse plus particulièrement au département actuel qu’est la Gironde, nous lui devons des cartes du Médoc, du Blayais et Nord Blayais, de l’Entre-Deux-Mers et de la région bordelaise. C’est une source riche en informations si l’on prend comme focale les moulins. En effet, il dessine en général les monuments et en particulier les moulins. Il commence à réaliser des cartes dès 1688 (avec les côtes du Médoc) et cela bien antérieurement à Cassini et Belleyme.
Le Conservatoire Patrimonial du Bassin d’Arcachon (www.conservatoirepatrimonialbassinarcachon.fr) a fait une étude remarquable sur Claude Masse et ses travaux concernant le département de la Gironde. Nous apprenons qu’il a fait plusieurs levées, de 1688 à 1701, lui permettant de réaliser la carte générale du Médoc, du Pays de Buch et des environs de Bordeaux. L’estuaire, les étangs et en particulier celui de Lacanau sont ainsi cartographiés.

Fig.2 – Étangs de Lacanau et de Carcans – Collection A. Eyquem

Fig.3 – La Teste de Buch (moulins à vent visibles) – Collection A. Eyquem

Une méthodologie de travail innovante

C’est un homme de terrain qui travaille accompagné de trois ou quatre assistants dans des conditions climatiques souvent très difficiles, en particulier l’hiver. On apprend également, par ses écrits, qu’il connaît des difficultés pour financer ses travaux et payer ses assistants. Il pratique la triangulation1 à partir des points hauts. Relevés, mesures, arpentage, prise de notes lui permettent de travailler par la méthode des carrés pour dessiner les cartes. Chaque carré représente une carte au 1/28000 (proche donc des cartes au 1/25000). Les cartes sont accompagnées de nombreux commentaires et d’observations, ainsi que de légendes et de plans en coupe et élévation. Il emploie un code de couleurs pour désigner différents éléments du paysage (vignes, bois, marais…). De la technique de l’aquarelle employée pour dessiner les cartes, il résulte aujourd’hui un vrai « bonheur des yeux » que de les consulter ! Certains carrés sont accompagnés de « mémoires » riches en détails. Parmi ses assistants se trouvaient des copistes.
Cette approche méthodologique moderne sera reprise par ses successeurs.

Fig.4 – Triangulation. Illustration tirée du Traité de Hulsius sur le quadrant et son application en topométrie – Collection A. Eyquem

Claude Masse, ingénieur militaire

Il a pour rôle et obligation de faire des cartes destinées à faire des repérages afin de localiser les lieux où l’ennemi pourrait débarquer. Il fait donc la description des côtes atlantiques pour vérifier si elles sont abordables ou non ; il indique routes, bourgs, bâtiments. Il s’attarde en particulier sur les bâtiments militaires et les sites fortifiés. Il dessine, par exemple, le Château Trompette et le Château du Hâ à Bordeaux, comme les sites fortifiés de Bayonne, Socoa, Navarrenx, etc.

Claude Masse, historien de l’environnement

Ses dessins, ses commentaires permettent de connaître l’histoire de la « fabrique » du territoire. Il y a là source à mieux comprendre l’évolution des paysages. En décrivant les dunes, il parle de « montagnes qui marchent ».
Il témoigne aussi de l’évolution du trait de côte en signalant que « la mer sape les parties avancées ». Il indiquera l’évolution du vignoble dans le Médoc et l’Entre-Deux-Mers et la présence de marais desséchés ou « à dessécher ». Son observation et la mise en carte des îles de l’estuaire de la Gironde présentent un réel intérêt aujourd’hui pour apprécier l’évolution de ces espaces fluviaux.

Claude Masse, économiste

Dans ses mémoires ou commentaires, il se permet de faire des préconisations à la lueur de ses observations sur le terrain. Il propose par exemple le creusement de canaux, l’amélioration de l’état de routes tant elles sont en piteux état puisqu’il les emprunte dans ses déplacements. Il témoigne de la prospérité, de la richesse de certains territoires et terroirs (Sud Blayais) et de l’extrême pauvreté d’autres (Nord et Est Blayais). Il apporte des informations sur la vie économique des régions traversées.

Claude Masse, ethnologue

Dans ces mêmes mémoires il décrit les coutumes, les pratiques, les croyances, les niveaux de langage des habitants qu’il côtoie quotidiennement. On y trouve, par exemple, de savoureux passages sur la comparaison entre la Saintonge et la Gascogne, entre Gascons et Saintongeais…

Claude Masse, historien de l’Art

Il dessine et décrit, dans ses mémoires, des monuments qui sont maintenant reconnus comme de véritables œuvres d’art comme, à Bordeaux, et en particulier les quartiers du centre, la cathédrale et la flèche Saint-Michel, et surtout les magnifiques dessins du phare de Cordouan que nous pouvons toujours admirer aujourd’hui !

Pour conclure, nous citerons les travaux de l’historien Yannis Suire2 qui définit Claude Masse comme « une sorte de guide de connaissances, comme témoin d’un territoire qu’il a cartographié » en ajoutant qu’il fut un précurseur dans le domaine de la cartographie.

 

  1. Triangulation : technique permettant de déterminer la position d’un point en mesurant les angles entre ce point et d’autres points de référence dont la position est connue.
  2. Major de sa promotion de l’École des chartes, titulaire de deux doctorats, Yannis Suire est l’auteur d’une thèse sur le marais poitevin et de plusieurs ouvrages sur le même sujet publiés par le CVRH. Conservateur à l’inventaire du patrimoine de la région Poitou-Charentes, puis de la région des Pays de la Loire depuis 2017, il garde ainsi un œil sur une partie de son sujet de prédilection.

Sources

  • « Le Médoc, Arcachon, les Landes et le Pays basque vers 1700 : cartes, plans et mémoires de Claude Masse, ingénieur du roi » (parution : 23/11/2017)
  • Le Conservatoire Patrimonial du Bassin d’Arcachon (www.conservatoirepatrimonialbassinarcachon.fr)

Alain Eyquem

Paru dans le Monde des Moulins n°76 d’avril 2021

Catégories : Histoire

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *