Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Une dizaine de jeunes du Brivadois ont décidé de remettre sur pied le Moulin de Mazerat-Aurouze, quasi centenaire, qui était à l’arrêt depuis près de 50 ans. En cinq ans, d’un ensemble de rouages centenaires et hors service, l’association, qui compte aujourd’hui 18 bénévoles, a fait un moulin performant, capable de moudre 200 kg de céréales par heure, soit 250 tonnes à l’année. Ce moulin est alimenté par un canal détourné de la Senouire. Le débit fait fonctionner des turbines hydrauliques qui génèrent de l’électricité.
Jean-Michel Tourrette est le meunier en charge du moulin. À l’origine, un moteur diesel prenait le relais lorsque le débit était trop bas. Aujourd’hui, il ne tourne plus qu’exceptionnellement, à l’occasion de manifestations. Les céréales broyées au moulin proviennent de champs à moins de 20 km à la ronde. Ici, on moud, à la meule ou aux rouleaux, de la farine issue de l’agriculture biologique ou conventionnelle pour les professionnels et les particuliers.
Ces chantiers sont financés par donations privées et subventions.
Projet : installer un four à pain à l’automne. Un boulanger viendra occasionnellement faire des animations autour du pain avec la farine produite au moulin, évidemment. Dans les cartons, une huilerie artisanale est également en projet et pourrait sortir de terre, l’année prochaine. Noix, noisettes et colza passeront au broyeur.

D’après article de La Ruche – Publié le 13/04/2021

Paru dans Le Monde des Moulins n°77 – juillet 2021

Catégories : Actualités

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *