Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Le 19 mars, se tenait ce colloque, à l’ Université du Maine au Mans, organisé par l’ Association de Sauvegarde des Moulins et Rivières de la Sarthe.

Informés de cette manifestation et invités par Arsène Poirier, président de l’ASMR de la Sarthe, nous avons souhaité être présents lors de ce colloque tant le choix de la thématique nous est apparu pertinent.
Ce fut en effet un colloque au cours duquel il fut question de la problématique globale de l’eau. A ce titre, intégrer la menace faite aux chaussées de moulin à la réflexion globale sur les véritables menaces de pollutions et de dégradations de la quantité et de la qualité de l’eau, est une démarche des plus judicieuses.
Elle situe mieux les moulins comme sentinelles de la rivière et éléments essentiels dans la protection de la biodiversité de ces sites devenus naturels. Ce colloque fut aussi l’occasion d’inventorier les véritables causes de cette dégradation et des origines des diverses pollutions et de permettre aux différents acteurs de la rivière de présenter leur point de vue et les solutions avancées. Comme le signala Arsène Poirier dans son introduction, il est capital que ces différents acteurs se parlent, afin de rapprocher les points de vue sans désigner des responsables privilégiés
et opposer tous ceux qui vivent, gravitent ou utilisent la rivière. Cette approche, bien dans la lignée de ce qui s’est dit lors des « 5èmes Rencontres Parlementaires sur l’Eau » auxquelles nous avions participé, correspond à la vision que porte la FDMF sur ce problème grave qui dépasse de loin les moulins et les soi-disant obstacles qu’ils génèrent.
Le président de la FDMF et le représentant des membres individuels de notre fédération qui l’accompagnait, ont pu ainsi constater que ce type d’action de fond, venant du terrain, était sûrement une clé supplémentaire pour défendre les moulins de la manière la plus efficace.

La Rédaction

Paru dans le Monde des Moulins n°37 de juillet 2011


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *