Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

De l’origine des temps à nos jours, l’humanité a toujours été animée par la volonté d’utiliser toutes les ressources de la nature pour rendre sa vie plus facile ou plus agréable. Le vent constitue avec l’eau la première source d’énergie mécanique d’origine naturelle et la plus ancienne à avoir été exploitée par l’homme.

On a exploré le monde à l’aide de navires avançant grâce au vent bien avant l’invention du moteur. La propulsion d’embarcations au moyen de voiles a sans doute été la première utilisation de l’énergie éolienne. En effet, les premiers bateaux à voile datent de 3000 ans avant Jésus-Christ. Les moulins à vent sont également une invention d’origine très ancienne. Certains historiens de l’éolienne ont ainsi avancé que les moulins à vent existeraient depuis plus de 3000 ans. On pense que des roues rudimentaires fonctionnant à l’énergie éolienne furent utilisées en Perse dès le VIIème siècle, voire avant. Dès leur avènement en Occident, ils furent considérés comme un instrument de libération par certains paysans, car les seigneurs taxaient l’utilisation des rivières qui coulaient sur leurs terres. Ces moulins étaient principalement employés pour le pompage de l’eau abreuvant le bétail, l’irrigation des terres, mais aussi pour subvenir aux besoins quotidiens des éleveurs et cultivateurs.
On les utilisait également pour pomper de l’eau de mer, scier du bois, fabriquer du papier, de l’huile ou encore pour le meulage de divers matériaux. Le moulin à vent à axe vertical a été le premier moteur dans plusieurs contrées et aussi l’objet de multiples inventions au cours des siècles. Vraisemblablement inventés en Perse vers l’an 700 avant notre ère, il s’agissait probablement d’une extrapolation des voiles de bateaux qui sillonnaient les fl euves de ces régions et qui inspirèrent les inventeurs de ces nouveaux moulins. Un tronc d’arbre portait quatre à huit cloras horizontaux eux-mêmes reliés par un ensemble de pales verticales faites de roseaux, de toile ou de cuir.
La bâtisse construite de torchis faisait face au vent dominant par une ou deux chicanes. Le vent s’engouffrant à l’intérieur faisait tourner les pales de ces moulins rudimentaires.
Les plus anciens moulins attestés se trouvent dans la région de Sistan (région aride d’Iran et d’Afghanistan). Ces moulins, en usage dès le VIIème siècle, étaient à axe vertical et entourés d’une maçonnerie dirigeant le vent vers la pale descendante et protégeant du vent la pale montante. Le moulin tournait grâce à la différence de poussée entre les deux pales. Ce type de moulin n’était donc pas orientable et était adapté au vent dit « 120 jours » qui souffl ait continuellement dans la région.

hisven1

Moulin à vent traditionnel, Khâf, Sistan.

Le moulin à vent s’est généralisé en Europe vers le XIIème siècle, d’abord sur les côtes maritimes des pays du nord comme notamment la Grande Bretagne et les Pays Bas, puis dans les pays de la bordure atlantique et de la mer Baltique. Bien qu’il existe encore beaucoup de moulins à vent en France et en Grèce, le Danemark et la Hollande sont en Europe les seuls pays qui ont véritablement fait survivre la culture de la technologie éolienne et ce n’est pas un hasard s’ils sont aujourd’hui les leaders dans le domaine de l’industrie éolienne. Il faut dire que le pompage de l’eau hors des polders, en Hollande, était une question de survie et jusqu’à récemment, ce sont les moulins à vent qui ont été chargés de cette tâche. L’intérêt actuel pour l’énergie éolienne provient du besoin d’élaborer des systèmes d’énergie propre durable auxquels on peut se fi er à long terme. La crise pétrolière de 1974 a surtout été un point de départ pour les pays riches qui les a notamment incités à investir dans le secteur des énergies renouvelables permettant la protection de l’environnement et assurant une partie de leurs besoins énergétiques.
La renaissance des moulins à vent, sous forme d’aérogénérateurs destinés à transformer l’énergie du vent en électricité via une génératrice, est due à plusieurs facteurs notamment car c’est une source d’énergie renouvelable et inépuisable non polluante ayant un faible impact sur l’environnement.
Une éolienne ne produit aucun rejet nocif pour la santé et l’environnement, ni pour les riverains, ni pour les générations futures et enfi n elle permet de créer de l’électricité « propre ». Cependant il existe des avis plus réticents au développement de cette technologie. Ces derniers soulignent que l’utilisation des éoliennes est essentiellement variable dans le temps. Les petites installations autonomes assurant le stockage de l’énergie sous forme d’accumulateurs sont très chères si on veut avoir de l’électricité en permanence. D’autre part, certains affi rment que le développement des fermes éoliennes nuit au développement du tourisme. Les détracteurs des éoliennes dans les pays industrialisés avancent souvent le fait qu’elles polluent le paysage, sont bruyantes et que leur production ne suffi t pas à couvrir les besoins énergétiques.

hisven2
Cet étrange mur de moulin à vent a été bâti pour résister au fameux vent des 120 jours du Sistan.

Hoda Sadough, “ La Revue de Théhéran ” – Article paru dans le Monde des Moulins – N°39 – janvier 2012

Catégories : Histoire

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *