Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

lucs01
Moulin de la Vergne – photo J.Y Macé

Rive gauche au fond du val, à deux pas de la Daunière sur la commune des Lucs-sur-Boulogne. A cet endroit, un moulin. Pittoresque, il compose un parfum propre à emplir le flacon des mémoires.

Au commencement était la ruine

Louis et Yvonne Macé, deux nantais en quête de vert, achètent en 1979 quatre murs couverts de lierre au bord de la Boulogne, vestiges d’un moulin jadis florissant. Un arbre a poussé au beau milieu de ce sarcophage pour rouille et les ronces ont de concert occupé le terrain, qu’à cela ne tienne. Le couple se met au travail d’arrache-pied et commence à le libérer des envahisseurs. En somme, un scénario classique. Sauf que, au lieu d’une simple demeure près de la rivière, Yvonne et Louis préfèrent un moulin, avec ses mécanismes et ses meules. Louis, homme que la sagesse et l’esprit ont pris en partage, considère que retirer les appareillages c’est retirer l’âme du lieu, qu’une simple habitation à cet endroit égale une coquille vide. Alors, avec l’aide de personnes expérimentées et d’artisans, les lucquois d’adoption retapent petit à petit le bâtiment. Si bien qu’en 1995, la miraculeuse farine sort à nouveau du blutoir — événement jamais vu depuis une quarantaine d’années à la Vergne — et signe la résurrection.

lucs02
Moulin de la Vergne – photo M. Dannenhoffer

Entre magnétisme et boîte à musique

Selon la légende qui entoure l’acquisition et le destin des lieux, l’édifice aurait échappé aux convoitises d’un magnétiseur et les projets d’une discophile. La providence a décidé en faveur du bonnet blanc : point de marabout à la Vergne, point  et piste de danse ; les voisins ne s’en plaindront sûrement pas. Par ailleurs, comme vous vous en doutez, ce n’est pas le vergne, autrement dit l’aulne, qui a été majoritairement employé pour la fabrication des différentes pièces du moulin. Le chêne et l’iroko ont perdu quelques feuilles  pour construire la roue, l’azobé et le cormier un peu d’écorce pour la confection des dentures et paliers, le frêne et le sapin un soupçon de liber pour le bonheur des menuiseries intérieures. Vergne et peuplier n’ont été utilisés que localement. Pendant que M. Pilard, artisan sans doute davantage xylophile que discophile, travaillait toutes ces essences, Yvonne et Louis jouaient de la brouette, de la truelle et du mortier pour restaurer les accessoires hydrauliques : chaussée, bief, canal de fuite… Ils bivouaquaient sur place, dans
une tente fichée au plancher de l’étage l’hiver (quand la passion vous tient…) et à celui des vaches à la belle saison, avec comme réveil la botte du pêcheur foulant la berge au petit matin.

Attractivité de l’eau

Aujourd’hui, Yvonne est séparée de Louis qui s’en est allé au paradis des meuniers. Soutenue par ses amis, elle accueille chaleureusement près de deux mille visiteurs par an : public des fêtes et animations, groupes divers et duos convolant en noce, attirés ici pour fixer sur la pellicule, du même déclic, leur connivence et le charme du site. Assurément il y a de la gaieté à la Vergne, car Yvonne fait pousser les fleurs aussi facilement que d’autres font pousser les buildings. Aujourd’hui, la canne reste au crochet mais lorsque Louis était là, il n’était pas rare que, le soir, la ligne soit tendue, parfois pour de bon, avec une anguille ou une carpe à l’extrémité. Le poisson actuel est plus difficile à extraire : en effet, dans cette contrée agricole, il arrive que le tracteur dévale le coteau et se jette dans le bief en emportant au passage la barrière, un pan du moulin et la glycine… On a beau dire, la rivière ne donne plus comme avant et, s’agissant de liquide, les crus semblent devenir plus traîtres que les crues.

M. Dannenhoffer – Article paru dans le Monde des Moulins – N°7 – janvier 2004

Voir la fiche du moulin >>

Catégories : Zoom

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *