Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

L’Ukraine est le deuxième plus grand pays d’Europe. Sa superficie (environ 604 000 km²)
est souvent comparée à celle de la France métropolitaine (environ 544 000 km²). Depuis l’Antiquité, l’Ukraine était une terre agricole. Elle est riche en terres noires fertiles et présente une large gamme de climats favorables à la culture des diverses variétés de céréales : blé, seigle, orge, millet, avoine et maïs. Avant la Première Guerre mondiale, les agriculteurs ukrainiens et les riches propriétaires terriens récoltaient plus de 40 % de l’orge, 20 % du blé et 10 % du maïs produits dans le monde. À cette époque, l’Ukraine était appelée “le grenier de l’Europe”. Les moulins étaient donc une composante essentielle des paysages ukrainiens. Les moulins à vent, les moulins à eau, les moulins-bateaux et les moulins entraînés par des chevaux étaient tous très fréquents en Ukraine.

Figure 1. Les moulins à vent dans le village de Kerelivka, aujourd’hui Chevtchenkove, région de Tcherkassy. Photographie de Grygoriy Chevtchenko, 1907-1908, de la collection de Mykola Babak

Moulins à vent

Les moulins à vent ukrainiens étaient construits en bois, au moyen de rondins ou de charpentes garnies de planches. Ils avaient un ou deux étages. Leurs toits étaient recouverts de chaume, de bois ou, plus tard, de tôles métalliques. Ils avaient de 4 à 8, plus rarement
10 ailes, et étaient de différents types : moulins à pivot, moulins à pivot creux, moulins paltrok, moulins-tours, etc. On trouve les premières mentions de moulins à vent sur le territoire de l’Ukraine dans les documents du XVIIIe siècle.
Des informations intéressantes ont été trouvées par l’auteur de cet article au cours de son travail pour la réédition du livre d’Alexandre Afanassiev-Tchoujbinsky “Sketches of the Dniepr” (1861). Cet écrivain et ethnographe longea, en 1856–1859, le Dniepr, le plus grand fleuve ukrainien. Il mentionne tous les types de moulins : moulins à vent, moulins à eau et moulins-bateaux, sans aucune mention particulière, simplement en tant qu’éléments du paysage. Cela signifie que tous ces types d’usines étaient très courants. Plusieurs dialogues entre ce chercheur et les habitants ont montré que les villageois ukrainiens de cette région n’étaient pas en mesure de construire eux-mêmes des moulins à vent. Ils ont dû demander à des Allemands de colonies mennonites voisines de le faire pour eux, et ils appelaient les moulins à vent “machines allemandes”. On peut donc supposer que les moulins à vent ont été introduits par des Allemands arrivés au XVIIIe siècle, lorsque l’impératrice de Russie, Catherine II, les a invités à s’installer sur les terres vacantes du sud de l’Empire russe (aujourd’hui le sud de l’Ukraine). Ces terres ont été abandonnées par les Kozaks après que Catherine II eut annulé leur autonomie et envoyé une armée qui ruina leurs forteresses. Les études sur la terminologie des moulins à vent en Ukraine confirment également l’origine allemande des technologies utilisées dans ces moulins.

Figure 2. Le moulin à vent du village de Vilchana, dans la région de Kharkiv, du début du XXe siècle, dans le Musée National de l’Architecture Populaire et de la Vie Rurale de l’Ukraine à Kyiv. Photo Olena Krushynska

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les moulins à vent sont de plus en plus nombreux en Ukraine. Il était tout à fait normal de trouver pas moins de 20 moulins à vent pour un grand village, et certaines villes et villages étaient connus pour avoir 50 ou même
120 moulins à vent. Le nombre de moulins à vent a augmenté jusqu’à ce que le pouvoir soviétique arrive en 1917 et commence à terroriser pour forcer à la collectivisation.
La photo ancienne de la figure 1 montre un ensemble de moulins à l’époque où ils fonctionnaient encore, tandis que les photos des figures 2 et 3 montrent des moulins à vent que l’on peut encore voir de nos jours en Ukraine.

Figure 3. Au premier plan, le moulin à vent du village de Popivka, dans la région de Poltava, du début du XXe siècle, et à l’arrière, le moulin à vent du village de Yaroslavets, région de Sumy, de la fin du XIXe siècle, dans le Musée de l’Architecture Populaire et de la Vie Rurale du pays du Dniepr Central, dans la ville de Pereyaslav. Photo Olena Krushynska

Moulins à eau

Les moulins à eau, sur le territoire de l’Ukraine, datent de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle. Au cours des XVIe et XVIIe siècles, ils se répandent largement en remplacement des moulins à main utilisés auparavant. En plus des moulins céréaliers, il y avait aussi des moulins scieries, des moulins à fouler, des moulins à huile, des martinets et des moulins utilisant l’énergie hydraulique pour d’autres applications. L’architecture des moulins à eau correspondait aux traditions locales de construction. Ainsi, les moulins à eau, dans les montagnes des Carpates, étaient construits en rondins de bois ; les moulins à eau dans le centre et l’est de l’Ukraine étaient, pour la plupart, bâtis en charpentes et, dans les régions où il y avait moins de forêts, ils étaient bâtis en maçonnerie.
Il existe encore actuellement plusieurs moulins à eau archaïques en Transcarpatie (“Zakarpattia” en ukrainien), la partie la plus au sud-ouest de l’Ukraine, située dans et sous les montagnes des Carpates. Le moulin à eau traditionnel transcarpatique, mesurant environ 4 x 8 m, était construit en bois, la plupart du temps en rondins, avec un soubassement bâti en pierre sans mortier. Il était équipé d’un mécanisme très simple et d’une paire de meules. Les engrenages et les roues hydrauliques étaient habituellement en bois. Généralement, les moulins avaient une ou deux roues hydrauliques. Les roues à aubes alimentées par dessus et les roues à aubes alimentées par dessous étaient également fréquentes. Dans les années 1930, la Transcarpatie comptait 756 moulins à eau et autres entreprises. Aujourd’hui, il n’en existe plus que 10.
Une autre région ethnographique riche en moulins à eau était la Podolie (“Podille” en ukrainien), qui occupe le bassin du fleuve Pivdenny Boug (Boug Méridional, Boug Sud) et la partie du bassin du Dniestr située sur sa rive gauche. Le Pivdenny Boug et le Dniestr sont respectivement le second et le troisième fleuve les plus longs du pays après le fleuve Dniepr. Les moulins ont été construits sur les cours d’eau ou sur des canaux de dérivation, et ils étaient généralement équipés de roues alimentées par dessus. Pour assurer la retenue des eaux, les rivières étaient dotées de barrages en terre. Des centaines d’étangs sont ainsi apparus et ils font depuis lors partie intégrante des paysages pittoresques de Podolie.

Figure 4. Le moulin à eau reconstruit dans la réserve d’état de Polissia, région de Jytomyr. Photo Olena Krushynska

Les historiens ukrainiens apprécient beaucoup la carte et la description des territoires ukrainiens faites par l’ingénieur fortificateur français Guillaume Levasseur de Beauplan dans ses ouvrages : “Description des contrées du Royaume de Pologne, contenues depuis les confins de la Moscowie, jusques aux limites de la Transylvanie. Par le Sieur de Beauplan” (première édition, 1651), et “Description d’Ukranie, qui sont plusieurs provinces du Royaume de Pologne contenues depuis les confins de la Moscovie, jusques aux limites de la Transylvanie” (deuxième édition révisée, 1660). Les rues de quatre villes ukrainiennes portent le nom de Beauplan. Sur sa carte sont marquées les chaînes d’étangs dans le cours supérieur des rivières Mourafa et Mourachka (dans le bassin du Dniestr), sur sept affluents de Pivdenny Boug et sur les affluents des rivières Dniepr, Teteriv, Sloutch et Ros. De nos jours, cette région est encore parsemée d’étangs, bien que de nombreux moulins aient disparu.

Figure 5. Le moulin à eau de Pylypets, Transcarpatie, au Musée National de l’Architecture Populaire et de la Vie Rurale de l’Ukraine à Kyiv. Photo Olena Krushynska

Figure 6. Le moulin à eau en fonctionnement dans le village de Lukovo, Transcarpatie. Photo Olena Krushynska

Dans les années 1870 est survenue une véritable “révolution industrielle” dans laquelle était impliquée la Podolie : les machines à vapeur ont été rapidement intégrées dans les techniques de meunerie, les anciens moulins à eau ont été équipés de broyeurs à rouleaux modernes, de turbines et d’autres équipements importés d’Europe occidentale. Selon les statistiques publiées en 1869 par Tikhonov,
2693 moulins fonctionnaient dans les limites de la province de Podolie. Selon Gouldman en 1889, il y avait 639 moulins à eau et à pilons sur le Dniestr et ses principaux affluents, et 1025 sur le fleuve Pivdenny Boug et ses plus grands affluents. Les historiens d’aujourd’hui, comme Grygoriy Denysyk, estiment qu’il y avait, à la fin du XIXe et au début du
XXe siècle, 1767 moulins à eau dans toutes les rivières de la province de Podolie.
Les photos des figures 4,5,6,7,8 montrent des moulins à eau qu’il est encore possible de voir aujourd’hui en Ukraine.

Figure 7. Le moulin à eau de la rivière Rostavytsia dans le village de Pavolotch, dans la région de Jytomyr, de 1863, initialement équipé de roues hydrauliques, puis de turbines. Photo Olena Krushynska

Figure 8. Le moulin à eau de la famille Branytsky, de 1908 dans le village de Gorodychtche-Poustovarivske, région de Kyiv (région ethnographique de Podolie). Photo Olena Krushynska

Les moulins de nos jours

La plupart des moulins ont disparu durant la période soviétique. La lutte contre la propriété privée était l’une des pierres angulaires de l’idéologie communiste. Les moulins insérés dans les “kolkhozes” (fermes collectives contrôlées par l’État) n’étaient pas bien entretenus. Après la seconde guerre mondiale, l’électrification des villages a rendu les moulins à vent inutiles pour les kolkhozes et ils ont été abandonnés. La plupart des moulins à eau ont été reconstruits pour fonctionner à l’électricité.
Cette année, en préparant la liste des moulins de la branche ukrainienne pour le concours photo international “Wiki Loves Monuments”, nous avons recensé plus de 150 moulins à vent (environ 30 dans les parcs ethnographiques) et 360 moulins à eau (7 dans les parcs ethnographiques). Certains moulins à eau fonctionnent à l’électricité, mais rares sont ceux qui sont en état de fonctionner avec leur équipement hydraulique d’origine. Seuls 4 moulins à vent sont en état de marche. Une gamme de moulins est conservée dans les musées de plein air. Le Musée National d’Architecture Populaire et de la Vie Rurale de l’Ukraine à Kyiv possède une collection de 25 moulins. Le Musée de l’Architecture Populaire de Pereyaslav en compte 15, tandis que les autres musées de plein air en comptent jusqu’à 5 ou 6.

Figure 10. Une paire de meules du moulin à vent de Poustovity . Ces meules proviennent de la Société Générale Meulière de la Ferté-sous-Jouare en France. (cf aussi la photo de dernière de couverture du MdM 71, paru en janvier 2020). Photo Olena Krushynska

Les amateurs de moulins essaient de joindre leurs efforts pour trouver, recenser et étudier des moulins dans l’espoir de les restaurer. Un des exemples heureux est une restauration complète du moulin à vent de type hollandais dans le village de Poustovity, dans la région de Kyiv, réalisée en 2017 par un bénévole local, Volodymyr Ignatenko. Les photos des figures 9 et 10 montrent des vues de l’extérieur et de l’intérieur de ce moulin.
Ses ailes qui tournent nous inspirent pour continuer notre travail !

Figure 9. Le moulin à vent industriel de1902 redevenu opérationnel en 2017, dans le village de Poustovity, région de Kyi. Photo Olena Krushynska

Traduit de l’anglais par Michel Lajoie-Mazenc
Cf aussi le MdM 71 p 34, pour le Journal Ukrainien n°2, publié par l’Association Ukrainienne de Molinologie, sous la responsabilité d’Olena Krushynska

Olena Krushynska, Ph.D., membre de TIMS et membre de l’Association Ukrainienne de Molinologie – Kyiv, Ukraine
krushynska@ukr.net

Paru dans le Monde des Moulins n°72 d’avril 2020

Catégories : Etranger

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *