Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Nous avons interviewé Lucie Lamy, conseillère d’administration de l’AGAM, propriétaire du moulin à eau de Gajac, afi n qu’elle nous explique en quoi consiste l’entretien d’un tel ouvrage.. Ce savoir faire en ce domaine intéressera sûrement nos adhérents.

Mme Lamy, Pourquoi nettoyer les pelles ?
C’est en fait un entretien qui permet d’aborder les périodes de crues dans de bonnes conditions.

En quoi consiste cette opération ?
En l’enlèvement des débris sur les pelles, en dessous et dans les glissières de côté afin que les mouvements des pelles ne soient pas entravés.

Faut-il le faire souvent ?
Une fois par an, à la période des basses eaux (juillet, août) , le plus tôt possible pour permettre une intervention plus lourde en découvertes désagréables.

Faites-vous appel à une entreprise spécialisée ?
Oui, l’Entreprise Ledoux, à St Médard en Jalles, qui travaille le métal, et qui s’occupe d’autres barrages hydrauliques.

Quels sont les produit utilisés ?
De la peinture pour les parties oxydables, de la graisse pour les mécanismes (engrenages, glissières,…). Les produits sont choisis pour leur résistance à l’eau.

Il faut donc que la retenue soit vidée. Combien de temps faut-il ?
24 heures : l’eau doit s’écouler doucement pour ne pas nuire aux berges et ouvrages en aval.

Combien de temps faut-il donc pour remplir la retenue à nouveau ?
Environ 4 heures.

L’ouvrage est-il particulièrement encombré ?
En fait, beaucoup de choses passent toute l’année. Cette fois-ci nous avons même trouvé un siège de bébé.

Existe-t-il d’autres opérations d’entretien ?
Il est important de vérifier régulièrement les parties maçonnées : déversoir, éperons… Les berges réclament aussi toute notre attention. Elles sont tenues par des vergnes qui doivent être coupés lorsqu’ils deviennent trop importants et risquent de basculer dans la rivière. Le moulin est à cheval sur la rivière et non sur un bras (bief) comme c’est souvent le cas.

Pour toute précision sur le sujet et consultation des revues, contacter : Lucie Lamy (AGAM) , Moulin de Gajac , 62 avenue Montaigne – 33160 St Médard en Jalles.

Paru dans le Monde des Moulins n°23 de janvier 2008

Catégories : Technique

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *