Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Quand la Fédération des Moulins de France visite le patrimoine du Pays d’Olmes

En voyage d’études en Ariège voici peu, la Fédération Nationale des Moulins de France a fait une halte en Pays d’Olmes. L’occasion de découvrir le patrimoine, de présenter, lors d’une conférence de presse, les objectifs et l’avenir de l’association. L’occasion aussi de rendre hommage à Jean-Claude Marquis.

Une fédération active et qui valorise le patrimoine des moulins
Depuis vingt-quatre siècles, « les moulins occupent une place unique et fondamentale au cœur de l’histoire de l’Europe. Moulin et meunier sont à la croisée de l’économie et de l’industrie ». La Fédération des Moulins de France se bat pour préserver, valoriser et
« donner un avenir moderne à ce patrimoine. En ce début du XXIe siècle, le moulin, utilisateur d’énergies renouvelables, représente toujours la modernité au cœur de notre vie » a souligné Alain Eyquem, président de la FDMF. Des propos relayés par le secrétaire de la fédération, Christian Péron. « D’autres thématiques traversent la fédération, comme le tourisme, les produits bio (huiles, papier de luxe, farines…) Cela nous oblige ».

1217-ariege8
Hommage à Jean-Claude Marquis, en présence de Marc Sanchez, Maire de Lavelanet, ainsi que de Christian Péron, Alain Eyquem, Richard Moretto et Patrick Suilhard – Cliché Loïc Suilhard

Les moulins en Ariège
En 1809, l’Ariège comptait 1081 moulins, dont 1048 moulins à eau et 33 moulins à vent. Présidée par Loïc Bruère (Ndlr : remplacé maintenant par Colette Denier), l’Association des Amis des Moulins de l’Ariège regroupe 21 adhérents propriétaires de moulins ; parmi ces derniers moulins, une dizaine sont actuellement en fonctionnement.
Le soir, après diverses visites en Pays d’Olmes (le musée de Lavelanet, le Moulin de l’Espine de Jean-Claude Marquis à Fougax et Barrineuf, le Carla de Roquefort et le Moulin de Neylis de Patrick Suilhard, Montségur), les membres de la fédération ont été reçus à l’Hôtel de Ville de Lavelanet où Marc Sanchez a tenu à remercier « Patrick Suilhard et Marc Meurisse pour leur engagement ; merci aussi à tous ces bénévoles qui, sans relâche, avec abnégation et passion, œuvrent à la restauration de nos moulins, à leur promotion ». Alain Eyquem et les membres de la FDMF ont rendu hommage à Jean-Claude Marquis, meunier et ancien surveillant général du Collège Victor Hugo à Lavelanet (Marc Sanchez, Patrick Suilhard et Richard Moretto présents lors de cette soirée, l’ont d’ailleurs eu comme surveillant). « Il est très important de rendre hommage à Jean-Claude », a indiqué le président. « En 2002, il a été à l’initiative, avec des gens comme lui, de la création de notre fédération. Tu as été un peu le surveillant de la fédération à un moment.» Fortement ému, Jean-Claude Marquis a glissé : « Je suis dans l’embarras… je ne peux rien dire…» Salve d’applaudissements pour un « grand Monsieur, un passionné », selon les mots du premier édile de Lavelanet.
Nadine Douet / Hebdomadaire Petit Journal

1217-ariege7
Jean-Claude Marquis fait visiter le Moulin de l’Espine, son moulin ! – Photo Patrick Suilhard

Patrimoine & Paysages
Moulins de l’Ariège
RENAISSANCE D’UN PATRIMOINE OUBLIÉ

À la découverte des trésors cachés, après de riches journées du patrimoine, la Fédération des Moulins de France organisait son voyage d’étude en Ariège, et plus particulièrement en Pays d’Olmes, du 22 au 24 septembre. L’occasion pour les passionnés venus de toute la France de découvrir le patrimoine local et pour les Ariégeois de valoriser leur histoire, celle d’hier et d’aujourd’hui !

L’Ariège est une terre de moulins. Au XIXe siècle, on recensait 1000 moulins à eau sur l’ensemble du département. « Un meunier pour chaque village », certains se rappellent encore du temps où on lui portait le grain. Dans les années 1940, le moteur à combustion fait taire les roues des moulins à eau et la plupart des moulins cessent leur activité. Les derniers s’arrêtent vers 1960. Désœuvrés, nombre de bâtiments sont aujourd’hui en ruines. Mais pas tous ! Un groupe de passionnés leur redonne vie et écrit une nouvelle page de leur histoire.

1217-ariege1
André Duval (entre Alain Eyquem et Alain Laffitte), l’un des pionniers de la FDMF, à l’origine de la création de notre Fédération, nous fait visiter son Moulin de Combelongue. Photo Patrick Suilhard

1217-ariege2
L’intérieur du Moulin de Combelongue, ses meules et sa collection de boîtes à farine – Photo Patrick Suilhard

Farine bio et énergie renouvelable
« La sauvegarde et la restauration des moulins ne se réduit pas à la seule vision historique, soutient Alain Eyquem, président de la Fédération des Moulins de France. La conservation de ce patrimoine et du savoir-faire répond aux enjeux actuels ». Les produits de la meule connaissent en effet un regain d’intérêt. Des farines à base de céréales anciennes aux huiles de noisettes, le marché du bio et les circuits courts offrent de nouvelles opportunités. Le métier de paysan-meunier se réinvente dans un contexte où les consommateurs sont en quête de produits sains et authentiques. Et il n’y a pas que du grain à moudre ! Capables de produire de l’hydroélectricité, les moulins peuvent participer, à leur échelle, à la transition énergétique.

1217-ariege5
Les meules au Moulin des Bessous-Photo Michel Lajoie-Mazenc

1217-ariege3
Centrale hydroélectricité d’Alas – Barrage, passe à canoë et passe à poissons – Photo Michel Lajoie-Mazenc

1217-ariege4
Le dégrilloir de la centrale hydroélectrique d’ALAS – Photo Patrick Suilhard

Des hommes et des femmes engagés
Les moulins ont de l’avenir, mais les remettre en état n’est pas une moindre affaire. À ce jour, une quinzaine d’entre eux ont été restaurés dans le département. Les membres de l’Association des Moulins de l’Ariège, qui accueillent cette année la Fédération nationale, décrivent le parcours du combattant. Outre la restauration, les communes et les propriétaires privés sont confrontés à de nombreuses difficultés. « La règlementation sur l’eau s’avère très complexe et il y a parfois des conflits », témoigne Patrick Suilhard du Moulin de Neylis au Carla de Roquefort. Explorer les archives, reconquérir « les droits d’eau », s’accorder avec les autres usagers de la rivière… la route est semée d’embûches.
« Faire revivre le moulin a été une longue aventure, reconnaît Patrick Suilhard. Mais ça valait le coup ! En juillet 2016, la meule a tourné à nouveau. C’était le jour de la Saint-Victor, patron des meuniers ! ». Découvrez les moulins de l’Ariège sur le site de la Fédération des Moulins de France : www.fdmf.fr

Elisabeth Leciak / Mensuel Echo-09

1217-ariege6
Les participants devant le Musée Aristide Berges – Photo Patrick Suilhard

 

Paru dans Le Monde des Moulins 63 – janvier 2018


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *