Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Edito

Un rapport moral en guise d’édito…
À l’occasion de la parution de ce numéro du Monde des Moulins, il m’est apparu opportun de faire part à nos lecteurs, adhérents ou non, de l’ « état de santé » de notre Fédération grâce à laquelle vous avez le plaisir de lire notre revue. L’Assemblée Générale de notre Fédération qui s’est tenue lors de notre Congrès annuel a approuvé, à l’unanimité, le Rapport Moral. En voici quelques extraits pour votre information.

« Notre Fédération est toujours en bonne santé physique et mentale : la lecture de plusieurs indicateurs témoigne qu’elle poursuit son développement (le nombre d’associations adhérentes ne cesse de progresser, les abonnements au Monde Des Moulins ne faiblit pas, les adhésions individuelles se maintiennent, des entreprises nous rejoignent, des collectivités territoriales nous sollicitent, les Journées Européennes des Moulins et du Patrimoine Meulier ont acquis une notoriété qui dépasse les frontières et TF1 a couvert l’événement en 2013 et 2014…).
Pour orienter et synthétiser nos actions, nous nous appuyons sur une forme de doctrine simple mais cohérente qui se résume à deux objectifs essentiels : PROMOUVOIR et DÉFENDRE les moulins.
Ainsi, nous avons eu pour priorité de ne pas dissocier les deux objectifs, l’un n’existant que par l’autre. Nous nous sommes évertués à associer moulins à eau et moulins à vent dans une seule dynamique. Il ne faut pas oublier les moulins à vent, tant ils sont porteurs d’initiatives de qualité vers le grand public. Il est primordial de nous appuyer sur la thématique générale des moulins, de leur réhabilitation, de leur animation, de leur protection, de leur défense. C’est répondre aussi aux exigences statutaires de la Fédération.
Nous avons eu raison de tenir ce discours car nous avons bien compris que, dans les menaces que subissent les moulins à eau, l’administration, les pouvoirs publics nous ont tendu un piège en tentant de nous considérer comme un syndicat de propriétaires de moulins défendant des intérêts individuels et catégoriels et présentant le fondé en titre des moulins à eau comme un « privilège ».
Continuons de parler des moulins d’une manière dynamique et globale, en refusant une vision passéiste de ce patrimoine. Il faut démontrer que les moulins ont un avenir et que des perspectives de développement s’ouvrent à eux. Nous avons recensé à ce jour plus de 1200 moulins que l’on pourrait qualifier de producteurs : production de farines, d’huiles, d’hydroélectricité, de papier de luxe, de culture aussi lorsque le moulin devient un lieu culturel et touristique. Parler ainsi de ces niches économiques reçoit un écho favorable auprès des institutionnels, des élus, des professionnels.
Parler de circuits courts, d’agroécologie, de développement durable… fait apparaître les moulins sous un jour nouveau. Ils sont ainsi perçus comme un Patrimoine qui se donne un avenir. Les différentes rencontres en témoignent (Ministères, Sénat, ONEMA…). 
Notre Fédération a comblé ainsi le déficit de notoriété, ce qui lui permet désormais d’être mieux connue, voire reconnue et écoutée. Les fruits de cette approche ont permis de placer, par exemple, le Deuxième Forum National des Moulins Producteurs sous le Haut Patronage du Ministère de l’Agriculture et plus de 1000 visiteurs s’y sont retrouvés…. Parallèlement à cette forme de lobbying que nous avons entreprise, nous maintenons la stratégie pour laquelle le Conseil d’Administration est unanime depuis plusieurs années et qui fait que nous sommes critiques quand il le faut, mais constructifs quand nous en avons l’occasion. Nous avons pu vérifier qu’elle était plus efficace qu’une simple attitude revendicative au niveau national souvent préjudiciable pour l’image des moulins et toujours déconnectée des problèmes rencontrés au niveau local, mettant en porte à faux nos adhérents.
La mise en place de la restauration de la continuité écologique provoque chez les propriétaires de moulins à eau (publics ou privés) des inquiétudes légitimes tant les contraintes semblent disproportionnées, les solutions envisagées souvent inadaptées et exagérément coûteuses. Nous avons à dénoncer les excès de quelques environnementalistes radicaux qui font preuve d’un manque évident de réalisme et de cohérence et qui reçoivent un écho favorable dans des administrations. 
Nous nous y employons dans les rencontres du groupe de travail au Ministère pour la rédaction de la « Charte des Moulins ».
Cette « expertise d’usage », dont nous sommes porteurs, doit devenir incontournable.
Ces difficultés vécues ou annoncées ont pourtant un effet dynamisant puisque l’obligation nous est faite de montrer que le monde des moulins n’est pas une entité inerte, complaisante et défaitiste. Du terrain, où chacun agit auprès des acteurs de la rivière, à notre structure nationale, en contact permanent avec les instances institutionnelles concernées, les points de vue que nous défendons commencent à recevoir un écho favorable auprès du grand public et surtout des élus. Il faut continuer.
Pour être plus forts, il faut être rassemblés. 
Nos démarches en ce sens commencent à aboutir puisque les rencontres au Ministère ont été préparées en amont, fin 2014 et cette année surtout, avec notre fidèle et compétent partenaire France Hydro Electricité et l’autre Fédération. Cette dernière vient de répondre favorablement à notre demande faite en …2009 de constituer un groupe de travail ! Nos contacts avec l’Association des Riverains de France (ARF) et des échanges fructueux avec l’Observatoire de la Continuité écologique (OCE) et Hydrauxois laissent espérer sous peu un avenir collectif.
En 2014, nous avons poursuivi le développement de thématiques non strictement défensives (« Les moulins producteurs », « Destination moulins », « Ouvrons les moulins au grand public »), porteuses d’images positives et dynamiques qui démontrent qu’une vision économique des moulins est pertinente et gage d’avenir.
Je voudrais conclure en ne vous cachant pas que le chemin est encore long et difficile. Continuons cependant avec obstination à nous armer pour mieux convaincre, mieux expliquer, mieux nous faire entendre. Je vous propose cette année de rendre les moulins incontournables dans le paysage économique, touristique, patrimonial. Je veux parler de tous les moulins. Je vous propose d’agir ensemble, avec les autres, et de croire obstinément en leur avenir !

En forme de clin d’oeil, je m’autorise à proposer à notre Ministre de tutelle un « désir d’avenir pour nos moulins »…

Alain Eyquem

 

Découvrez les numéros déjà parus...

S’abonner au Monde des Moulins...

Catégories : Actualités

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.