Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Martin Eillebrecht a acheté un ancien moulin avec l’idée qu’il produise à nouveau de l’électricité. Il a mis dix ans à le retaper. « Refaire un moulin, y habiter en étant autonome », tel était son rêve de départ. Néerlandais né à Maastricht, il a toujours vu des moulins. Il en a acquis un à Louppy-sur-Chée en 2003.

https://www.gratia-hydro.com/fr/70_contact.html

Un bief détourne un temps la Chée vers la roue de 2,30 m de diamètre. L’électricien de formation a confronté son rêve à la réalité.
Produire sa propre énergie verte, oui ; vivre en autarcie, non : « Je n’y crois plus. Il faut le faire avec les autres. »
Mettre les producteurs en commun aussi : hydro, éolien, solaire pour contrebalancer « la combustion de matières fossiles qui entraîne des émissions de CO2. » Martin Eillebrecht perçoit les rivières comme de formidables atouts. « Plusieurs moulins pourraient être installés. Presque tous les villages sur la Chée, la Saulx, l’Aire ou la Meuse ont un vieux moulin. Mais ça reste cher : 10 000 €
par kilowatt. » Alors, il pense au développement coopératif. Avec un ami, il a créé Gratia-Hydro. La société conseille des projets un peu partout dans le monde : « Je veux partager mes connaissances, pas les garder pour moi. Il est agréable de voir la quantité d’énergie que vous pouvez obtenir de l’eau. » Le Moulin des Hauts-de-Chée développe une puissance de 5,2 kW et peut produire un peu plus de
20 000 kWh par an, soit l’équivalent annuel de la consommation de cinq habitations.

D’après Nicolas Ferrier – Lu sur Opera News : operanews-external@opera.com – 21 avr. 2021

Paru dans Le Monde des Moulins n°77 – juillet 2021

Catégories : Actualités

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *