Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Remarque de la Fédération des Moulins de France : si le rôle de la Fondation du Patrimoine et de la Française des jeux fut très important, financement oblige, il est dommage que l’on ait oublié, dans ce projet de longue haleine, les différentes visites au moulin qui ont fait l’objet d’un rapport avec de précieux conseils de la part des bénévoles de la Fédération de France et de Bridget Petit, de l’association départementale.

Moulin de Juffet. Photo Association Forum de Montbazin / André Cablat

Fin juin, le Moulin de Juffet a été inauguré après plusieurs mois de travaux de restauration. Ce moulin a la particularité d’être le plus important de la région. 150 kg de farine ont déjà été fabriqués et ont servi à produire le pain du repas de l’inauguration.
La Fondation du Patrimoine a soutenu le projet dans le cadre de la Mission Patrimoine
portée par Stéphane Bern, à hauteur de 189 000 €, et en faisant appel au mécénat populaire. Le projet date de 2007. Le propriétaire s’est débrouillé un peu tout seul au départ puis, sur les conseils de la Fondation du Patrimoine, il est venu chercher une association du village pour parrainer son projet. L’Association « Le Forum de Montbazin », créée en 1993, s’occupe essentiellement du patrimoine et du développement touristique, ce projet cadrait totalement avec sa mission. Un bail emphytéotique a été signé.
M. et Mme Benau sont propriétaires du moulin depuis 53 ans : « Nous l’avons acheté en 1969. À l’époque, c’était simplement le bâti. Il y avait deux moulins sur le domaine : un moulin à eau sur la Vène, à côté, et le moulin à vent. Le moulin à eau a été détruit à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale : les Allemands, qui y avaient stocké des munitions, l’ont fait exploser en partant. L’explosion a détruit la gentilhommière qui était entre les deux. Seul le moulin à vent a tenu le coup. Avec les dommages de guerre, les propriétaires ont reconstruit ces bâtiments (à côté du moulin) un peu trop proches du moulin. Nous avons dû faire des ailes plus courtes et nous adapter ». M. Benau est ravi : « Aujourd’hui, cette inauguration me fait un plaisir immense, cela fait 15 ans que je suis sur ce projet. Une grande joie. »
Le projet a une vocation patrimoniale : valoriser un bâtiment appartenant au patrimoine local et dont le bâti présente des caractéristiques architecturales et industrielles remarquables, mais aussi une vocation touristique et pédagogique. Le moulin constituera une étape de découverte sur le parcours du circuit touristique local.
Ce moulin a vocation à fabriquer à nouveau de la farine et à développer une filière autour de lui : « Nous allons nous insérer dans le circuit vertueux de la valorisation de céréales anciennes. Pour fabriquer la farine, la meule et le blutoir sont électriques pour atteindre un certain niveau de fabrication. Le système peut également fonctionner automatiquement jusqu’au remplissage de tous les sacs. Un certain nombre d’agriculteurs sont associés à ce projet. C’est un collectif qui va se mettre en place, ainsi que plusieurs initiatives de four de cuisson, dont une à Gigean » explique Philippe Gaffiero, président de l’association..

D’après l’article de Sophie Fages, dans Hérault Tribune du 8 juillet 2022.

Catégories : Actualités

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.