Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Propriété familiale de la famille Desgués depuis 1947, on trouve les premières traces écrites de ce moulin en 1443. Moulin à marée en bois détruit par un incendie en 1880, reconstruit en pierre en 1882, il a fonctionné à l’énergie marémotrice jusqu’en mars 1962, à la fermeture totale de la Rance, pour la construction du barrage. Moulin et machines sont restés en l’état depuis 1980. L’activité meunière cesse en 1981.
L’édifice, son mécanisme et sa digue sont inscrits au titre des monuments historiques en 1986.
Alain Masseau, historien et passionné par les moulins de la Rance, a donné, au grand public, durant l’été, des détails précis sur l’histoire du fonctionnement, du rôle du Moulin de Beauchet son évolution, celle de son équipement et de sa place dans le développement économique de la région.

Moulin à marée de St-Subiac. Photo Erwan ar Born

Une initiative de l’Association régionale Tiez Breiz-Maisons et Paysages de Bretagne.
Jean-Michel Doreau, administrateur de Tiez Breiz, a accueilli les visiteurs par un propos sur l’association. Née en 1975, Tiez Breiz se donne plusieurs missions dont l’information. Elle fait de la sensibilisation sur la diversité du patrimoine et ses particularismes. Elle organise des sorties de découverte du patrimoine, des chantiers de restauration, des conférences, des expositions et des ateliers pour les particuliers, des professionnels, des collectivités et du jeune public. Elle organise aussi des formations pour transmettre les savoir-faire traditionnels du bâti ancien. L’association conseille celles et ceux qui s’intéressent au bâti traditionnel breton sur les techniques de réhabilitation adaptées.
« Les formations de Tiez Breiz sont de plus en plus demandées », souligne Jean-Michel Doreau avec satisfaction. « Tous les publics s’y inscrivent, mais aussi des artisans, architectes, maçons qui souhaitent se spécialiser dans la réhabilitation. Il y a de plus en plus de jeunes à s’informer et se former sur ce patrimoine, ce qui devrait permettre d’éviter les erreurs graves de rénovation avec le ciment que l’on a connues », conclut-il.
Yves Desgués, retraité depuis 2002, veille sur ce patrimoine architectural et industriel remarquable qui constitue un témoin de l’évolution de la meule à la minoterie et des techniques. C’est un patrimoine qui nécessite des travaux. La digue, propriété du Département, doit également être entretenue.
Un dossier des travaux nécessaires d’entretien a été déposé auprès des autorités.

Contact : www.tiez-breiz.bzh.

Catégories : Actualités

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.