Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Ecomusée des Forges de Pyrène

  1. France
  2. »
  3. Occitanie
  4. »
  5. Ariège
  6. » Ecomusée des Forges de Pyrène
Ecomusée des Forges de Pyrène
Ecomusée des Forges de Pyrène
Ecomusée des Forges de Pyrène
Address:
9330 Montgaillard, Ariège, Occitanie, France
Description:

Plus d'infos : http://www.grands-sites-ariege.fr/forges-de-pyrene/detail/9/pr-sentation-2

Article du "Monde des Moulins" en relation :

La forge de Pyrènes a été créée pendant la révolution sur un site ancien de moulin à fer. C'était alors une forge à la catalane, technique traditionnelle aux Pyrénées. Cette forge catalane s'est arrêtée vers 1860, mais l'activité métallurgique s'y est  maintenue par la création d'une taillanderie pour fabriquer les outils. Cette taillanderie qui comptait 32 ouvriers en 1952, ne s'est arrêtée que récemment, elle n'employait alors plus que 4 ouvriers.
Le bâtiment de la forge est comme toutes les forges très sombre, avec comme particularité qu'à l'emplacement de la roue, le mur s'incurve vers l'extérieur pour loger la roue, et que cet écart qui n'est pas couvert par la toiture forme un puit de lumière. L'équipement principal de la forge est bien entendu le martinet, entraîné par une roue proche de celle de scierie de Ressec, type de roue qui était de rigueur pour les forges de cette région. On peut encore voir ce type de roue au martinet à cuivre de Durfort dans le Tarn (qui fonctionne encore, la roue est en pierre) et au martinet du Lezert en Aveyron, récemment restauré par des bénévoles. L'eau est canalisée dans une conduite verticale, qui est malheureusement en inox, puis reste canalisée dans un carter qui enserre la roue jusqu'à l'évacuation de l'eau. La tête du martinet pèse 120 Kg, portée par un manche en frêne, utilisé pour sa souplesse. Le travail du martinet nécessite 2 personnes : le taillandier qui travaille assis sur un siège suspendu, et le goigne (l'apprenti) qui règle l'arrivée d'eau suivant les  mouvement de tête du taillandier. A l'origine, la forge comportait un deuxième martinet dont la roue était située à l'extérieur. L'outillage est complété par de nombreuses machines outils : presses, cisailles, meules, qui sont entraînées par une turbine en sous-sol.
Le bâtiment voisin est converti en petit musée du fer, qui rappelle l'histoire de l'extraction du fer et de sa fabrication dans les forges catalanes, sans oublier l'histoire des hommes. On y découvre une curiosité : une roue à chien relié au soufflet d'un ancien atelier de cloutier. L'atelier d'o¹ elle provient possédait une roue hydraulique, mais la roue à chien servait en période de manque d'eau. Seuls les plus petits ateliers ne possédaient que la roue à chien. On en trouve une deuxième dans le musée des métiers installé à l'entrée du site. Les amateurs de traction animale peuvent encore découvrir sur le site un manège à cheval entraînant une noria, et un manège à boeufs mobile qui servait pour actionner les batteuses. C'est donc un site très intéressant ou l'on pouvait passer l'aprèsmidi pour ceux qui avaient le temps.

Article paru dans le Monde des Moulins - N°5 - juillet 2003

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *