Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

EDITO
Alain Eyquem, Président de la FDMF

Les raisons de la colère…
Les raisons d’espérer…

Notre fédération n’a pas pour habitude, ni pour principe, de protester, de manquer de discernement, de céder à la démagogie, de ne pas se montrer responsable et constructive. Cependant, la mauvaise aventure que connaissent aujourd’hui les moulins à eau nous oblige à vous faire part de la sourde colère que nous avons exprimée lors de la dernière réunion du Conseil National de l’Eau, en présence des représentants de la Direction de l’Eau et de la Biodiversité du Ministère de la transition écologique et solidaire. Les raisons en sont simples. Le Plan d’Action proposé par le Ministère pour la restauration de la continuité écologique dans le cadre d’une « politique apaisée » ne nous semble plus adapté à la situation que nous connaissons sur le terrain. Les documents en cours d’élaboration, et pour lesquels l’avis des fédérations a été demandé, (sans assurance à ce jour d’être pris en compte), sont essentiellement destinés aux services de l’État ; en outre, la place des usagers dans les guides et circulaires en préparation est plus que négligée. La demande que nous formulons depuis longtemps, qui nous semble un préalable à toute espérance de « politique apaisée », qui consiste à financer à parts égales tout aménagement, n’est toujours pas entendue ! Comment le Ministère peut-il déclarer qu’il développe une politique qui ne vise pas à détruire les chaussées de moulins, et donc de mettre en péril l’existence de ce patrimoine séculaire, quand on sait que les Agences de l’Eau financent à 100 % l’arasement des retenues et seuils et à 60 % (dans le meilleur des cas) l’aménagement d’une passe à poissons, par exemple ! Pour illustrer ce propos, sachez qu’un adhérent de l’Aveyron, propriétaire d’un moulin patrimonial et petit producteur d’hydroélectricité (chiffre d’affaire annuel de 25 000 €) est dans une situation aberrante. Dans le cadre de la restauration de la continuité écologique, la solution d’une passe à poissons, proposée comme aménagement, est évaluée à 400 000 € et subventionnée par l’Agence à concurrence de … 50 %. Soit 200 000 € à la charge du propriétaire, autant dire signer l’arrêt de l’exploitation et la fin des beaux discours sur la transition énergétique !
À l’évidence, nous devons nous poser la question quant à la poursuite de notre participation dans les instances de concertation au niveau national. Il est urgent qu’un signe fort du Ministère nous apporte l’assurance de décisions favorables à la protection et à la promotion du “patrimoine moulins”.
Du côté du monde des moulins, les raisons d’espérer ne manquent pas :
Les actions communes engagées avec l’autre fédération et l’Association des Riverains de France pour inciter les parlementaires à prendre en compte nos propositions d’amendements dans le cadre de la Loi Climat et Résilience, sont gages d’efficacité et de cohérence.
Les Journées Européennes des Moulins et du Patrimoine Meulier se tiendront les 15 et 16 mai 2021. Que les moulins s’ouvrent à nouveau au public est une belle perspective ! Il est à parier qu’au sortir de la pandémie nous prendrons plaisir à nous retrouver enfin au pied des moulins !
Les Huitièmes Rencontres Nationales de la FDMF se dérouleront à Niort les 24, 25 et 26 novembre 2021, rencontres au cours desquelles aura lieu également l’Assemblée Générale de la FDMF.
Nous avons pris aussi la sage décision de renvoyer le Forum des Moulins Producteurs au mois de mai 2022, toujours dans les Hauts-de-France. Chaque numéro du Monde des Moulins présentera un des moulins de cette région et nous préparera ainsi à ce riche moment d’ouverture, offert aussi au grand public. À ce titre, place, dans ce numéro, à la découverte du Moulin des Bois Jolis !

En cette période difficile pour chacun, espérons un avenir meilleur pour nos moulins car, de toute façon, « rien n’est aussi désespérant que de ne pas trouver une nouvelle raison d’espérer1 ».
Pour ma part, je veux croire en l’avenir des moulins avec vous !

1. Machiavel (1469-1527)

Paru dans le Monde des Moulins n°76 d’avril 2021

Catégories : Actualités

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *