Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

C’était la troisième réunion à laquelle la FDMF a participé. Ce fut pour nous l’occasion, une nouvelle fois, de montrer la détermination que nous avons à amener l’ensemble des participants à se positionner sur des propositions concrètes, et non plus sur des échanges généraux reprenant des éléments connus depuis longtemps et que les diverses évaluations (missions du CGEDD en particulier) n’ont pas manqué de relever.
Le temps de parole qui nous était imparti fut consacré à reprendre les conclusions de la mission d’expertise que la FDMF a diligentée par l’intermédiaire d’un cabinet conseil indépendant, concernant 11 moulins en situation de blocage. Ces conclusions permettent d’autre part d’avancer des propositions concrètes.
Notre présence ne se limita pas à ce temps de parole prévu, puisque nous avons pu intervenir en plusieurs occasions, au cours des échanges et de la discussion engagée après les interventions.
Des interventions d’autres acteurs ont montré que la perception de la situation que nous avons concernant les moulins commençait à faire son chemin, puisque le représentant des DDT, celui des EPTB, certains écologistes (mis à part FNE) et des représentants des Agences ont eu des interventions plus nuancées, voire compréhensives, et empreintes parfois de doute sur le bien-fondé de la mise en place de la continuité écologique sur le terrain… Même si c’est encore loin des discours et des décisions dogmatiques constatées sur le terrain, nous espérons que cette évolution se confirmera lorsque nous en serons à la phase de propositions concrètes.
Il nous a été confirmé que, suite à cette dernière rencontre d’exposés et d’échanges, nous entrerions désormais dans une phase d’élaboration de propositions jusqu’en mai 2018, propositions qui seraient par la suite présentées au Ministre qui pourrait s’en inspirer pour prendre des décisions et sortir de cette situation conflictuelle.
Il nous a été indiqué que ces propositions et le consensus trouvé autour d’elles pourraient permettre de proposer à nos organisations de signer une charte. À ce sujet, la FDMF a déclaré solennellement qu’en l’état des discussions une quelconque signature n’était pas envisageable pour nous. Le chemin est encore loin avant d’imaginer un tel aboutissement. Il est des propositions que nous avons faites qui devront être prises en compte : la modification des financements par les Agences des projets d’aménagements qui privilégient les destructions au détriment des aménagements, la limitation des espèces cibles des cours d’eau en Liste 2,
l’application sans restriction de l’article L 214-18-1
sur la production hydroélectrique, la représentativité de droit des représentants des moulins dans le collège des usagers au sein des Commissions Locales de l’Eau (CLE) des SAGE, la représentativité au sein des Agences et des Comités de pilotage locaux et autres lieux institutionnels, les modalités de médiation si blocages, etc.

Alain EYQUEM , Président de la FDMF

Paru dans Le Monde des Moulins N°64 – avril 2018


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *