Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Les propriétaires de moulins et les riverains de rivières sont tenus à l’entretien des berges et des diverses installations attenantes aux cours d’eau. C’est dans ce cadre que l’Association des Amis et Utilisateurs de la Claise et de ses Affluents (AAUCA) aide ses adhérents pour certaines interventions.
Ce fut le but de son action, au niveau du clapet, en amont du Moulin de la Roche-Berland à Bossay-sur-Claise. Un enlisement et une usure des vannes des chambres d’alimentation du clapet nécessitaient des travaux de restauration. Déjà, en 2019, plusieurs bénévoles de l’association, dont le président, Jean-Claude Robin, avaient participé au désenvasement de l’appareil. Pendant la semaine du 16 au 22 novembre, les travaux ont repris pour le nettoyage et le changement des vannes pour permettre un meilleur fonctionnement du flotteur.

Les vannes du clapet sur la Claise ont également été restaurées. © Photo Nouvelle République

Celui-ci régularise le débit et permet à la Claise de maintenir son niveau. L’ouverture des vannes, nécessitée par la réalisation des travaux, a asséché pendant quelques jours le bief du moulin. Ceci a permis à son propriétaire, Raoul Guichané, d’effectuer les travaux d’entretien nécessaires au bon fonctionnement des vannes d’arrivée d’eau. Leurs mécanismes permettent de bloquer ou d’entraîner la roue et des engrenages qui lui font suite. Raoul Guichané précise que la législation l’oblige à entretenir les bords de rivière dont il est propriétaire. Il a prévenu les communes concernées, la communauté de communes, ainsi que les propriétaires en amont et en aval de son moulin du changement transitoire de niveau d’eau.
D’autre part, la pérennité du bon fonctionnement de l’ensemble est pour lui essentielle car il pourrait être source de production d’hydroélectricité. Il estime qu’elle représenterait une bioénergie tout à fait appréciable dans le contexte actuel.

La Nouvelle République – Publié le 20/11/2020

Publié dans le Monde des Moulins n° 75 de janvier 2021

Catégories : Actualités

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *