Le site des Moulins de France
ArabicBasqueBelarusianBulgarianCatalanChinese (Simplified)CzechDanishDutchEnglishFinnishFrenchGermanGreekHebrewHungarianItalianJapaneseLithuanianNorwegianPersianPolishPortugueseRomanianRussianSpanishSwedishTurkishUkrainian

Le meunier Jacques Lacire, propriétaire du Moulin de la Franceule, mettra fi n à son activité l’été prochain. La fi n d’une belle histoire de labeur. La fin d’un moulin ?

Jacques Lacire devant le Moulin de la Franceule qui appartient à sa famille depuis cinq générations. Photo Le Journal de Vitré

Situé sur la Seiche, cette minoterie est sûrement un monument rare par le fait qu’il conserve toute sa mécanique à côté des cylindres avec lesquels la famille Lacire a produit chaque année jusqu’à 7 tonnes de farine panifiable jusqu’en 1990.
Depuis cette date, le moulin ne fait que de la transformation de céréales pour l’alimentation animale. Fin juillet, le moulin arrêtera définitivement de tourner.
Si le meunier reste nostalgique sur le passé de son outil de travail, à 85 ans, il pense qu’il est temps de s’arrêter, mais il souhaiterait bien que le moulin connaisse une nouvelle vie.
Avec son fils, il envisage de remettre la roue à aube et réfléchit sur un projet d’avenir.

D’après un article paru sur « le journal de Vitré.fr » de Cécile Rossin

Paru dans le Monde des Moulins n°44 d’avril 2013

Catégories : Actualités

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.