French Arabic Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hungarian Italian Japanese Lithuanian Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Swedish Turkish Ukrainian

Carte de France des Moulins    |    Retour    |   

Moulin de Villonne

63700 Durmignat

Description :

Le Moulin de Villonne (Allier) a vu le jour en 1886. Jean Auguste Perronin et sa femme Louise Esmelin, descendants de meuniers depuis de nombreuses générations, décident de construire un moulin, cherchent un site. Ils choisissent celui de Villonne, sur la commune de Durmignat, demandent l’autorisation et les droits d’eau qui suscitent une enquête le 10 septembre 1886 et les travaux commencent.
C’est un bâtiment assez important pour l’époque avec 4 niveaux. Ils installent 3 paires de meules de 1,5 m de diamètre dont 2 pour la farine et 1 pour la "méclaille" ; 3 bluteries assuraient le tamisage, le tout entraîné par une roue de 3,80 m de diamètre sur 1,50 m.
Pendant 20 ans, le moulin a tourné à plein régime, la population était nombreuse : en 1896, il y avait 5 domestiques.

En 1905, compte-tenu des techniques modernes et des besoins de plus en plus importants, ils décident de transformer de fond en comble l’installation et d’en faire un moulin important pour la région : suppression de 2 meules remplacées par 4 appareils à cylindres, un plansichter, une bluterie centrifuge, un nettoyage complet ainsi que 3 silos de stockage et une machine à vapeur pour pallier au manque d’eau. Bien secondé par ses 3 fils (dont un est tué à la guerre en 1915), le père décède à son tour en 1919. Le deuxième fils meurt en 1923. Il reste Jean-Baptiste, seul avec sa mère. C’est lui qui reprendra l’affaire et continuera la modernisation. Il remplacera les chevaux par un camion de 5 tonnes, placera une mélangeuse à farine, en 1924, un diesel et, en 1928, une turbine en remplacement de la roue.

En 1927, il épouse Andrée Peyrin, fille de meunier. Ils auront 2 fils : Georges, l’actuel propriétaire et Paul, qui prendront la suite de leur père et continueront l’activité jusqu’en 1969, date de fermeture définitive.

Georges gardera le moulin, et avec l’aide de ses deux fils, très passionnés (le sang de meunier doit encore couler dans leurs veines), décident de tout restaurer ; mais un moulin sans roue n’est à leurs yeux pas un moulin, c’est ce que les visiteurs recherchent.

Après avoir récupéré du matériel, ils décident de faire un moulin à l’ancienne. Ils construisent un bâtiment à la place d’un hangar, mettent en place 2 paires de meules avec tout le mécanisme nécessaire et fabriquent de toute pièce la roue. De plus, un matériel
exceptionnel est dans le moulin. Et maintenant, tout marche, mais que de passion et surtout de travail !...

Informations complémentaires :

Demander des informations complémentaires à la FDMF

C'est votre moulin...

Vous êtes propriétaire ou gestionnaire de ce moulin et vous souhaitez apporter un correctif, un complément d'information, des photos...

Géolocalisation :