French Arabic Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hungarian Italian Japanese Lithuanian Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Swedish Turkish Ukrainian

Actualités

Musée de la Minoterie

Pour les vacances dans les Alpes-de-Hautes-Provence :

Ça y est   le Musée de la Minoterie et le Musée de la Distillerie et sont ouverts tous les jours jusqu'au 18 septembre inclus !
Vous pouvez désormais contacter un membre de l'équipe :
A La Mure-Argens au 06 79 01 78 25
A Barrême au 04 92 35 20 06
Ou par mail à contact@secrets-de-fabriques.fr
Toute l'équipe sera ravie de vous accueillir de 10-13h et 14h30-18h.

BONNES VISITES !

Archéologie des moulins hydrauliques, à traction animale et à vent, des origines à l'époque médiévale et moderne en Europe et dans le monde méditerranéen

Les actes du colloque international "Archéologie des moulins hydrauliques, à traction animale et à vent, des origines à l'époque médiévale et moderne en Europe et dans le monde méditerranéen" de Lons-le-Saunier sont disponibles.

Cet ouvrage, de près de 900 pages, en 2 volumes, regroupe 56 contributions qui font le point sur l'archéologie des divers types de moulins.

Bulletin de souscription.

Le Musée de la Minoterie ouvre ses portes !

Le Musée de la Minoterie ouvre ses portes !

Le label Secrets de Fabriques et la Communauté de communes du Moyen Verdon sont heureux d’annoncer l'ouverture au public du Musée de la Minoterie de La Mure-Argens le samedi 4 juin prochain !

Après plusieurs années de travaux de réhabilitation et d’études, la minoterie de La Mure-Argens, patrimoine unique à l’échelle régionale, est enfin prête à recevoir des visiteurs ! La minoterie est une grande bâtisse en pierre d’environ 1 000 m2 réparties sur 3 niveaux de planchers. Vous y découvrirez un superbe ensemble de machines dans un état de conservation exceptionnel et présentée dans leur écrin d’origine. Les espaces arrières, autrefois dédiés au stockage, accueillent aujourd’hui une scénographie moderne où la fabrication de la farine et le métier de minotier vous seront présentés, ponctués de nombreuses Manip'ludiques qui permettent à tous de tester et comprendre ces mécanismes. Broyeurs, bluteries, planchisters et épointeuses n’auront plus de secret pour vous.

Le musée propose également une boutique avec des produits variés et notamment de la farine locale ! De nombreuses animations seront proposées tout l’été au musée.

Informations pratiques :

Tel : 04 92 89 02 39

Mail : contact@secrets-de-fabriques.fr / www.secrets-de-fabriques.fr

Ouverture : tous les week-end de juin et de fin septembre. Tous les jours du 1er Juillet au 18 Septembre !

Horaires : 10h-13h/ 14h30-18h

Tarifs : Entrée 6€, réduit 4€ (étudiants, demandeurs d'emploi, pass famille, groupe de plus de 10 personnes, passeport des musées…), gratuit pour les enfants de moins de 7 ans.

Les groupes de plus de 10 personnes sont accueillis toute l’année sur réservation.

Scierie du Lançoir.

Scierie du Lançoir. (Vosges)


Prochaine animation
Du jeudi 5 mai au dimanche 8 mai 2016 :
- Visites guidées de 10h à 12h et de 14h à 17h (durée : env. 1h, accessibilité PMR)
dernières visites à 11h et 16h.
- Photographies sur la "Tornade multi-vortex" du 13 mai 2015.
Projection de photos et de documents d'analyse de cet événement tragique qui a défiguré le Défilé de Straiture.
- Conférence de Quentin COLLE, de "Météo des Vallées" le vendredi 6 mai à 14h. Explication sur ce phénomène de tornade.
Présence de M. COLLE dès 10h pour accompagner la projection photo.

Benoît CHERRIERE
Guide-Animateur - Association Le Lançoir
Défilé de Straiture
88230 BAN / MEURTHE - CLEFCY
Tél.: 03.29.50.45.54
Courriel : lancoir@gmail.comSite: http://lelancoir.free.fr

Meteo des vallees

 

la Science au coeur de l’eau

11 390 Brousses & Villaret

Exposition : la Science au coeur de l’eau

 

 

Du 1er au 31 mai 2016

au Moulin à papier de Brousses

Entrée libre à l’exposition.

Une exposition sur le thème de l’eau au Moulin à papier, rien d’étonnant !

L’eau énergie nécessaire pour faire tourner les roues des moulins de la vallée de la Dure, l’eau mélangée à la cellulose pour créer la feuille de papier.


Réalisée par l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et Centre.Sciences, avec le soutien de l’Institut français, constituée de 24 panneaux richement illustrés,

« L’eau au coeur de la science » s’adresse au grand public, en particulier aux jeunes.


La question de l’eau constitue l’un des défis majeurs du XXIe siècle. Abondante sur Terre, mais inégalement répartie, cette ressource est aujourd’hui menacée par le changement climatique et des risques de surexploitation.

Elle nécessite une gestion solidaire et durable tant elle possède une valeur économique, sociale, environnementale et culturelle.

Améliorer l’accès à l’eau, qui souffre encore de criantes inégalités, est inscrit parmi les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

 


Exposition réalisée en partenariat avec de nombreuses institutions scientifiques : Cirad, CNRS, IRD, Irstea, Université Montpellier 2, AgroParisTech et Mines ParisTech.

 

 

 



Association le Moulin à papier de Brousses
11 390 Brousses & Villaret
Tél / Fax : 04 68 26 67 43
moulin.a.papier@orange.fr
www.moulinapapier.com

Musée Industriel de la corderie Vallois à Notre Dame de Bondeville

Musée Industriel de la corderie Vallois à Notre Dame de Bondeville.

Le dimanche 24 avril, le Musée Industriel de la corderie Vallois à Notre Dame de Bondeville vous propose de découvrir le spectacle "un nœud à la mémoire" par la compagnie Art Scène à 15h et à 16h. (4€ sur réservation)

Vous pourrez également profiter d'une visite guidée du musée à 14h et à 17h.

Le Musée sera également présent à la fête du Parc à Notre Dame de Bliquetuit ce dimanche pour faire connaitre les techniques traditionnelles de fabrication de cordes.

Renseignement : pnr-seine-normande.com

Un noeud à la mémoire

Défendre les ouvrages et les usages de la rivière : 10 propositions pour une autre vision de la continuité écologique

L’Observatoire de la continuité écologique et des usages de l’eau (OCE), la Fédération Des Moulins de France (FDMF), la Fédération française des associations de sauvegarde des moulins (FFAM), l’Association des riverains de France (ARF), l’Union nationale des syndicats et associations des aquaculteurs en étangs et bassins (UNSAAEB), Electricité autonome française (EAF), France hydro électricité (FHE), Fédération nationale des syndicats de forestiers privés (FRANSYLVA), la Coordination rurale (CR) , Maisons paysannes de France (MPF), Vieilles maisons françaises (VMF), la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (SPPEF) portent un appel commun pour demander un moratoire sur la mise en œuvre de la continuité écologique. En sept mois, le mouvement a déjà reçu plus de 1800 grandes signatures d’élus, d’associations, d’institutions et de personnalités de la société civile.

> Le mouvement pour un moratoire sur la continuité écologique est porté par 12 partenaires nationaux et plus de 250 associations et institutions locales, représentant l’ensemble des usagers de l’eau, des propriétaires d’ouvrages hydrauliques et des riverains.

> L’appel à moratoire a déjà recueilli plus de 1800 grandes signatures en sept mois, dont 29 parlementaires et plus de 500 maires ou maires-adjoints.

> Plus de 100.000 adhérents directs au bord des rivières classées au titre de la continuité écologique sont représentés par les associations ou institutions signataires.

icopdf2Retrouvez dans le communiqué les 10 propositions pour une réforme en profondeur de la gouvernance et de l’application des réformes de continuité écologique 

Le Moulin d’Opio vient d’obtenir la marque qualité tourisme-lieux de visites

Provence-Alpes-Côte-d’Azur
Opio (Alpes-Maritimes)

042016opio

Les Moulins de la Brague, situés sur la commune d’Opio, près de Grasse, font partie du patrimoine historique local.
L'histoire de cette famille de mouliniers débute en 1848 lorsque Marcel Authion, jardinier à la ville de Grasse, achète le moulin situé sur de la commune d’Opio à un négociant grassois. Chaque génération investit, agrandit et modernise l’outil de travail pour le pérenniser et devenir aujourd’hui le Moulin d’Opio.
Ce sont sept générations qui perpétuent un savoir-faire dans la tradition d’un art ancestral : la fabrication de l’huile d’olive.
Acteur dynamique dans le tissu économique local, le Moulin d’Opio, modernisé aujourd'hui, travaille avec les producteurs d’olives de la région Provence-Alpes-Côted’Azur.
Le moulin est en passe de proposer des visites avec une guide, d'organiser des dégustations d’huile et d’olives.

Contacts : Le Moulin d’Opio - 2, route de Châteauneuf - 06650 OPIO - Tél : 04.93.77.23.03
accueil@moulinopio.com - http://www.moulin-dopio.com

Ce moulin présente sur place des installations traditionnelles qui méritent d'être sauvegardées.

D'après un article paru dans un communiqué de la CCI de Nice Côte-d’Azur, du 7 janvier 2016

Article Paru dans le Monde des Moulins n°56 - Avril 2016

Raymond Le Golvan a restauré le Moulin de Melin Glaz, à Pluvigner et l’a aménagé en gîte

Bretagne
Pluvigner (Morbihan)

Fils et petit-fils de meuniers, Raymond Le Golvan a restauré le Moulin de Melin Glaz, à Pluvigner (56). Il raconte l’histoire de cet ouvrage du XVIe siècle, mais aussi des premières meules individuelles.

Paru dans la revue Paysan Breton , hebdomadaire agricole le 8 janvier 2016

Article Paru dans le Monde des Moulins n°56 - Avril 2016

Moulin de Cassel : sera-t-il réouvert cet été ?

Cassel (Nord)

La fermeture au public il y a plus d’un an avait été décidée pour des raisons de sécurité.
98 000 € de travaux, pour rénover la rampe de l'escalier, une réhabilitation du tire-sac et de différentes composantes intérieures.
Inscrit au contrat de territoire du Département, le moulin fait partie des priorités en matière de rénovation.
En sachant qu’au moins six mois de travaux seront nécessaires, il paraît difficile d’annoncer une date de réouverture de l’édifice emblématique de Cassel.
Mais la volonté de la ville nous laisse espérer de pouvoir visiter à nouveau ce site emblématique de Cassel dans les meilleurs délais.
C’est la ville, propriétaire du moulin, qui en a la gestion. Le type de fonctionnement pour les visites à venir est en cours de réflexion au sein de l’équipe municipale.

D'après un article d'Hélène Lancial paru le 07/01/2016 dans La Voix du Nord

Article Paru dans le Monde des Moulins n°56 - Avril 2016

La rénovation du moulin "Ondank Meulen", le Moulin de l'Ingratitude, continue

Boeschèpe (Nord)

042016boesh

L'Ondankmeulen (le Moulin de l’Ingratitude) et l’arrière de l’estaminet « De Vierpot » (le pot à braise) à Boeschepe wikepedia


Les travaux devraient se terminer en mars 2016.
Le moulin daterait des années 1800. Racheté par la commune en 1970, il a été l'un des premiers moulins restaurés dans la région Nord-Pas-de-Calais. Fermé pour travaux, la commune a lancé son projet de remise en état, avec recherche de financement (voir Monde des Moulin p 6 / n°54 d’octobre 2015). Le coût de l'opération s’élève à environ 340 000 € HT. La commune paie 120 000 € grâce aux diverses subventions et mécénats obtenus.
Pour célébrer la remise en état de ce moulin, une grande fête populaire est prévue le 5 juin 2016, avec au matin l’inauguration officielle de l’édifice, et toute la journée plusieurs animations.

D'après un article de l'Indicateur des Flandres publié le 11/12/2015

Article Paru dans le Monde des Moulins n°56 - Avril 2016

Les ailes tournent au Moulin La Tourelle d’Achicourt

Achicourt (Pas-de- Calais)

042016achicourt
Moulin d'Achicourt – cliché Pierre Simon – wikipédia

L'association des Amis du Moulin La Tourelle et son président René Lagache prennent bien soin du Moulin Hacquart ou Moulin de la Tourelle qui vient de rouvrir ses portes par une visite privée à l'intention du Maire de la ville. Ce moulin reconstruit plusieurs fois est aujourd'hui propriété de la ville. Lors de sa dernière reconstruction, les vestiges des différents moulins ont été conservés.
Au sous-sol, les fondations des précédents moulins sont toujours visibles : celles du XIVe siècle avec les dés de maçonnerie où reposaient les quatre pieds des moulins en bois, celles du XIXe siècle avec les fondations circulaires du premier moulin en maçonnerie, et les bases des auges des meules qui écrasaient les graines pour en extraire de l’huile (de colza, d’oeillette, de lin). Dans les années 1800, le moulin a été transformé pour produire de la farine jusqu’à sa destruction lors de la première guerre mondiale.
Le moulin est ouvert les vendredis, de 17h à 19h, et les dimanches, de 15h à 18h. Le prix des visites guidées est de 1,80 € pour les adultes et de 0,80 € pour les enfants.
Les visites de groupes se font sur réservation, en mairie d’Achicourt, au : 03 21 71 68 68.
Renseignements : moulin.achicourt@laposte.net et sur http://home.nordnet.fr/rlagache/moulin.htmmoulin.htm

D'après un article de " L’Observateur de l’Arrageois" du 2 février 2016

Article Paru dans le Monde des Moulins n°56 - Avril 2016

Le Moulin d’Halluin dort profondément… encore longtemps ?

Nord-Pas-de-Calais – Picardie
Halluin (Nord)

042016halluin

Crédit : Par User:LimoWreck - Travail personnel, CC BY-SA 3.0, wiquipédia


Inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques, le moulin a été racheté par la ville, avant de sombrer dans un profond sommeil en 2011. Premier volet consacré à son histoire.
Par autorisation du maire de l’époque, le 26 janvier 1877, le meunier Cyrille Hollebeke érigea un moulin à vent au style hollandais avec une galerie circulaire en bois. Au début du XIXe siècle, Halluin comptait cinq moulins de production de farine et d’huile. Le Moulin Hollebeke est donc le dernier à exister aujourd’hui. Il subit des transformations jusqu’en 1914. Quand les ailes s’envolèrent sous une tempête, elles furent rapidement remplacées par un moteur. Au cours de son fonctionnement, il fut vendu à cinq reprises à un marchand de beurre, au meunier Georges Deltour (qui sera le dernier à l’exploiter jusqu’en 1930), à un notaire, à un marchand de légumes, qui transforma le lieu en bâtiment agricole. Mario Margiotta, son dernier propriétaire, a cédé le bien à la ville en 1988.
Une deuxième naissance
Sans toit ni ailes, le moulin est une ruine. Il ne reste qu’une tour de briques, avec à ses côtés la maison du meunier, elle aussi en piteux état. Dans les années 90, la ville finance sa rénovation. La tour est maçonnée, fenêtres et portes remplacées. Le lieu accueille une nouvelle passerelle et un toit posé par une imposante grue. L’intérieur même du moulin est aménagé en salle d’exposition, la maison du meunier en estaminet, suivis de l’installation du hall abrité, pour y accueillir des événements culturels.
Pour sa deuxième naissance, le site du vieux  moulin a accueilli plusieurs associations, dont Les Amis du Moulin, une association qui s’était donné l’objectif de faire vivre l’estaminet pendant les week-ends. Roger Beke, grande figure du tissu associatif halluinois, en était le président jusqu’à son décès en 2011.
En 2010, Jean-Luc Deroo, le maire, projetait de transformer le moulin en éolienne pour alimenter en énergie renouvelable les quartiers alentour. Mais l’idée a été classée sans suite.
Aujourd’hui, la ville met à disposition l’estaminet en tant que salle municipale pour les associations et les particuliers. La Fédération encourage la ville à redonner à ce monument l'animation d'antan.

D'après un article de La Voix du Nord du 29 décembre 2015

Article Paru dans le Monde des Moulins n°56 - Avril 2016

Lo Patrimoine et la Mairie lancent un appel aux dons pour redonner des ailes au moulin à vent situé sur le Causse de Martel, aux confins du Quercy, du Limousin et du Périgord Noir

Gignac (Lot)

042016gignac


Construit au cours de la première moitié du XIXe siècle, ce moulin a fonctionné durant des décennies avant de tomber, dès 1945, dans l’oubli et se dégrader. Aujourd’hui propriété communale, il est sans toit et donc en danger.
D’importants travaux doivent être engagés. Dans un premier temps, il s’agira de mettre en place un toit tournant sur la tour subsistante. Dans un deuxième temps, de l’équiper d’un axe permettant l’installation d’ailes et de mécanismes intérieurs identiques à ceux d’autrefois. Au final, de redonner des ailes à ce moulin qui, restauré à l’identique, ressemblera étrangement à celui de Boisse et
deviendra accessible au public. www.gignacen-quercy.frquercy.fr
Un fonds de dotation « Pour la restauration de Gignac » est par ailleurs en cours de création pour recueillir les dons.

D'après un article de La vie Quercynoise du 15 janvier

Article Paru dans le Monde des Moulins n°56 - Avril 2016

La fée électricité arrive au moulin

Lacabarède (Tarn)

Le Moulin du Rebaut, longtemps nommé Moulin de la Forêt, est propriété de la famille Andrieu depuis sa construction en 1836 (huit générations). Pendant plus d’un siècle, les agriculteurs de Rouairoux, de Lacabarède et des villages environnants y amenaient leur production de céréales, afin de la transformer en farine pour confectionner leur pain et cuisiner tout au long de l’année. L’industrialisation a mis fin à cette activité, le moulin est resté un temps à l’abandon, privé de vie, jusqu’en 1996 où Franck Andrieu a choisi de s’y installer. Les bâtisses de pierre menaçaient ruine, il n’y avait ni eau courante ni électricité.
Courageusement, Franck a entrepris la rénovation, pièce après pièce. Sur la rivière Thoré qui alimentait le moulin en énergie, il a installé une mini-turbine qui lui fournissait un peu d’électricité, juste de quoi alimenter l’éclairage. « C’était mieux que rien, racontet-il, mais d’une part c’était très largement insuffisant et d’autre part, il fallait sans cesse nettoyer, enlever les feuilles et autres végétaux qui obstruaient l’alimentation en eau ».
Amener l’électricité au moulin, lui, sa compagne et leurs deux petites filles en rêvaient.
Mais cela demandait un investissement trop important pour qu’ils puissent l’assumer.
Didier Chabbert, élu à Lacabarède, a contacté le SDET (Syndicat Départemental d’Énergies du Tarn) en charge de l’électrification en milieu rural qui prenait en charge la moitié du coût. Restaient à trouver les 50 % restants.
Les contacts, démarches diverses ont duré une année jusqu’à ce que, finalement, l’élu local obtienne du Département le complément de financement. La liaison entre le transformateur (placé à l’entrée de la propriété) et la maison a été réalisée par Franck, avec l’aide des employés municipaux cabarédiens pour le creusement de la tranchée. Quelques jours avant Noël, par une belle après-midi ensoleillée, la fée électricité a fait son entrée au Moulin du Rebaut où les petites Maëva, Manon et leurs parents avaient déjà installé avaient déjà installé les guirlandes de Noël. Quel ne fut pas leur bonheur quand elles se sont parées de lumières multicolores ! Toute la famille se souviendra longtemps de ce jour du début de l’hiver 2015, et de la joie de pouvoir enfin utiliser sans contrainte le lave-linge, le sèche-cheveux, un convecteur, le four, et tant d’autres choses jusque-là interdites.
Franck Andrieu peut désormais envisager sereinement l’accueil de vacanciers dans les 2 chambres d’hôtes qu’il a déjà aménagées, et poursuivre la rénovation en cours de la troisième.

Contact : 05.63.61.34.78
Encore un bel exemple qui ne peut que nous ravir !

D'après un article du Tarn libre paru le 31 décembre 2015

Article Paru dans le Monde des Moulins n°56 - Avril 2016

De nouvelles dents pour le vieux moulin

Viviez (Aveyron)

Les spécialistes de l'entreprise Censi (l'une des rares sociétés compétentes de toute la région pour les interventions en meunerie) n'ont pas ménagé leurs efforts pour redonner une nouvelle jeunesse au vieux moulin, en remplaçant des dents en bois, sous les meules, dans une basse-fosse froide et humide.
Les Amis du moulin du Haut-Barry sont heureux d'annoncer qu'ils accueilleront les visiteurs, les jours habituels, dès la nouvelle année.

Moulin du Barry-Haut - 9 Rue du Moulin - 12110 Viviez - 33 (0)6 83 68 32 02 - moulindu-barry@laposte.net - http://www.viviez.fr

D'après un article de la Dépêche du 24 décembre 2015

Article Paru dans le Monde des Moulins n°56 - Avril 2016

Blés anciens : le geste auguste du semeur

Midi-Pyrénées - Languedoc-Roussillon
Montbrun-Lauragais (Haute-Garonne)


Le collectif « Grains de Pollen » a proposé à la mairie différentes variétés de blés anciens, grâce à l'aide d'un agriculteur membre du réseau « Semences paysannes », et de l'Association « Pétanielle » qui oeuvre pour la sauvegarde de la biodiversité des blés anciens. C'est ainsi que les agents techniques de la commune, des membres de « Grains de Pollen » et des élus se sont retrouvés un beau matin pour semer, renouant (plus ou moins) avec le geste auguste du semeur. Les graines ont à présent germé et la parcelle s'est recouverte d'un tapis vert tendre, promesse de futures récoltes. Le prochain rendez-vous est donc pris pour la moisson, qui se fera à l'ancienne, évidemment !
Une partie des grains sera conservée pour de nouveaux semis, selon la tradition des « semences paysannes », le reste sera porté au moulin à vent tout proche et sera transformé en farine. « Cette action, espère Violette, l'une des membres du collectif, est peut-être le début d'une collaboration de « Grains de Pollen » avec la mairie, pour créer des « paysages à croquer ».
Belle initiative !

Paru dans la Dépêche du midi le 07/01/2016

Article Paru dans le Monde des Moulins n°56 - Avril 2016

Séverine Perrier, dans Le Populaire.fr, vient au secours de Jean-Pierre Henri Azéma, chercheur indépendant, qui s’intéresse aux moulins à chanvre

Creuse

042016creuse

Jean-Pierre Henri Azéma recherche toutes informations liées à ce moulin de la Ribe en particulier (et aux moulins à chanvre en général), à commencer par sa localisation. La première fois où Jean-Pierre Henri Azéma a posé les yeux sur un moulin, c’était sur une ruine et par obligation. Depuis, c’est la passion qui l’a conduit à de multiples recherches.
Jusqu’en Creuse aujourd’hui.
Quelle eau a donc mené Jean-Pierre Henri Azéma, chercheur aveyronnais, jusqu'aux moulins de la Creuse ? Celle de l'obligation d'abord avant celle de la passion. En tout cas, « une longue aventure », reconnaît-il en souriant.
« On vivait dans un HLM, en 1982, quand on a reçu un courrier nous disant que l'on était propriétaires de moulins dans l'Aveyron et que l'on devait utiliser les droits d'eau. De là, on a découvert qu'effectivement la famille possédait deux moulins : l'un habitable, l'autre en ruine. Après le partage, on s'est retrouvés avec la ruine. Il a fallu défendre le moulin : prouver les droits d'eau pour qu'il soit reconnu comme fondé en titres, c'est-à-dire prouver que le moulin existait avant 1789 ! Il a alors fallu faire fonctionner le canal, défricher, reconstruire.
Et on se prend au jeu. Et on s'intéresse aux autres moulins. Ça vous gagne progressivement. » Docteur en géographie, Jean-Pierre Henri Azéma soutiendra d'ailleurs sa thèse sur les moulins, en 1987, à la Sorbonne. « Je me suis plongé dans le monde particulier des archives. C'est un patrimoine menacé qu'on a envie d'expliquer. »

Deux petites indications qui attisent sa curiosité.
Ce que ce spécialiste en patrimoine industriel a d'ailleurs fait au travers d'une douzaine d'ouvrages ayant trait à l'histoire et au patrimoine de l'énergie et des rivières. Autant de recherches qui n'ont en rien entamé sa passion, bien au contraire : « Ce que je trouve m'apprend ce que je cherche », dit-il en citant Gaston Bachelard. Et il est tombé par hasard sur une vieille carte postale représentant un moulin à chanvre (*).
Sur celle-ci, seulement deux petites indications qui n'ont fait qu'attiser la curiosité de cet infatigable chercheur. « Ce moulin s'appelle le Moulin de la Ribe et la photo est signée d'un photographe d'Évaux-les-Bains, M. Pinthon. Cette carte est d'autant plus intéressante qu'il existe très peu de représentations de ce genre de moulin. Je suis bien sûr venu en Creuse, mais je n'ai pas pu retrouver ce moulin. J'aimerais d'abord le localiser et savoir comment il fonctionne. Peut-être que des gens pourront
me dire s'ils ont entendu parler d'autres moulins de ce type dans le secteur puisque, en faisant quelques recherches, j'ai découvert que ces moulins étaient implantés sur une bande allant de Chambéry à la Creuse. » L'appel est donc lancé… et plus si affinités : Jean-Pierre Henri Azéma ne s'interdit pas une nouvelle publication sur ces moulins à chanvre qui n'ont guère suscité d'intérêt chez les chercheurs jusqu'à présent.
(*) Moulins ayant servi à la préparation de fibres textiles traditionnelles cultivées dans les campagnes.

Renseignements : les personnes susceptibles d'apporter des informations sur la localisation de ce moulin, en particulier sur son fonctionnement, qui ont connaissance d'autres moulins de ce genre sur le département… peuvent contacter Jean-Pierre Henri Azéma au 05.65.47.68.30, par e-mail à : jph.azema@wanadoo.fr ou par courrier à : J.P.H Azéma, Moulin de la Tannerie, 12150 Sévérac-le-Château.

Paru dans Le Populaire.fr / Limousin-Creuse-Guéret / Édition du 21 janvier 2016

Article Paru dans le Monde des Moulins n°56 - Avril 2016

Les vestiges d'un moulin moyenâgeux au pied d'un moulin converti en hôtel ?

Bergerac (Dordogne)

042016berger
Grand moulin (crédit photo Conseil Régional)

À la suite de l'infortune du chauffeur d'un véhicule dont une roue fut prise au piège d'un petit effondrement de chaussée, des investigations permirent de découvrir le plus important ensemble de vestiges médiévaux de la ville, en ressuscitant le Moulin de Pile et le canal de dérivation du Caudeau, au pied des grands moulins (mis au jour en février 2014). Les décideurs l'ont bien compris : la mise en valeur des vestiges entre dans le cadre du projet local de revitalisation de l'économie bergeracoise, où le site des Grands Moulins est appelé à renforcer la vocation touristique de la ville.

D'après un article paru dans le Sud-Ouest du 1er décembre 2015

Article Paru dans le Monde des Moulins n°56 - Avril 2016