French Arabic Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hungarian Italian Japanese Lithuanian Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Swedish Turkish Ukrainian

Actualités

Association Maison Sage (Laroque-d'Olmes - Ariège)

La "Maison Sage" est un lieu culturel où, en période estivale, sont proposées des expos de peinture, sculpture… C'est un lieu de partage et de valorisation des savoirs, des savoir-faire et de la culture en pays d'Olmes.
Le contenu des rendez-vous de l'an prochain s'articulera autour du thème "L'eau dans tous ses états", qui viendra s'intégrer au voyage d'étude en Ariège de la Fédération Des Moulins de France, à l'automne, (Marc Meurisse, propriétaire des lieux, est conseiller au sein de la FDMF).
Les moulins, comme ceux qui entourent la Maison Sage, étaient utilisés pour la pierre ou pour le textile, et sont à l'origine de l'essor industriel du pays d'Olmes. Aussi occuperont-ils une place privilégiée à l'occasion de cette manifestation.

Contact au 05 81 29 59 88

Paru dans le Monde des Moulins n°59 - Janvier 2017

Association Moulin Saint-Quentinais (Gironde)

Une cérémonie pour le lancement des travaux de la première phase de restauration du moulin à vent de Saint-Quentin, dans l 'Entre-Deux-Mers, a eu lieu le 29 octobre 2016 en présence du maire, Jack Allais, de conseillers municipaux, du président de la Communauté de Communes du Brannais, des représentants de diverses associations de sauvegarde de moulins de la Gironde, de la vice-présidente de la Fédération et d’une vingtaine de bénévoles de l'association. Un moment convivial et solennel.

1116-vie assos 2

Moulin de Saint-Quentin - Photo Michel Chanaud


Un chantier de longue haleine. Un budget de 400 000 euros !
Le projet est soutenu par la commune de Saint-Quentin-de-Baron, propriétaire du moulin, par le Conseil communautaire et par le député Florent Boudié.
Cette association est membre de l'Association Girondine des Amis des Moulins qui coordonne 31 moulins sur le département et anime des parcours de visites, notamment pour les Journées Européennes des Moulins.
Pour l'heure, avec l'aide des services techniques, les travaux de débroussaillage et de terrassement autour du moulin ont été réalisés, la première phase de restauration peut donc débuter. Elle durera deux à trois mois. "On va s'attaquer à l'empierrage et au jointement du socle". Une souscription pour recueillir des dons sera lancée prochainement, et de nombreuses manifestations sont prévues.
http://www.sadiracetvous.com/index.php/les-monuments/autres-monuments/78-sadirac/301-le-moulin-saint-quentinais

Paru dans le Monde des Moulins n°59 - Janvier 2017

Congrès 2017

Sous la maîtrise de Vincent Houillère, avec la participation de Cécile Clément de l'Office de Tourisme et le soutien de la ville de Sainte-Suzanne, vos conseillers d'administration, Dominique Charpentier et Daniel Mazouin feront un dernier déplacement en Mayenne pour boucler la préparation du congrès 2017.

1116-congres-mayenne

Moulin de Go - Photo www.moulindego.com


Le programme proposé est varié et va nous enchanter sans aucun doute : à découvrir en annexe de cette revue (n°59).
Inscrivez-vous le plus rapidement possible.

 

Paru dans le Monde des Moulins n°59 - Janvier 2017

Le projet du Moulin de l'Arsenal de Rochefort reçoit le soutien de La Fédération Des Moulins de France

Le projet de reconstruction, dans l’Arsenal de Rochefort, d’un moulin à vent conçu pour faire fonctionner une drague permettant de lutter contre l’envasement, comme l’avait conçu en 1806 l’ingénieur Hubert pour la forme de radoub, seule existante à l’époque, est soutenu par la Fédération des Moulins de France. Le site comportait à l’époque deux moulins à vent, un moulin scierie et le moulin à draguer qui actionnait aussi un laminoir à plomb et une machine à broyer les pigments.

1116-rochefort

Moulin à scier, gravure publiée dans Magasin pittoresque (mai 1840) - Transmis par Jean-Pierre Azéma


Ce deuxième grand projet mené à Rochefort, après celui de la reconstruction de la Frégate "L'Hermione", est conduit par l'Association du Moulin de l'Arsenal tout nouvellement créée en septembre 2016. Douze administrateurs composent le Conseil d'Administration sous la présidence de Pierre Gras. Daniel Mazouin, administrateur, représente la Fédération Des Moulins de France et l'Association Départementale des Amis des Moulins de Charente-Maritime. L'équipe se répartit dans quatre groupes de travail (histoire, technique, tourisme, communication et finances). Daniel Mazouin travaillera dans le groupe technique et dans le groupe histoire.
L'association s'est donné la date de septembre 2017 pour présenter le projet abouti devant un comité de pilotage où siègeront La Région, le Département, la ville et la Communauté d'Agglomération.
Le Monde des Moulins prochain, dans un article de Pierre GRAS, Président de l'association, nous donnera plus de détails sur le lancement du projet de reconstruction du moulin à dévaser.

En attendant pour soutenir ce projet économique, écologique, touristique, chacun peut télécharger le bulletin d'adhésion sur notre site www.fdmf.fr.

Contact : Association du Moulin de l’Arsenal de Rochefort (AMAR) - Musée de la Marine 1 place de la Gallissonnière 17300 ROCHEFORT - Email : moulinarsenal@gmx.fr

La Rédaction

Paru dans le Monde des Moulins n°59 - Janvier 2017

Pays- Bas : Beatrix des Pays-Bas inaugure un moulin à vent à Oldebroek

Dans une commune néerlandaise, Oldebroek, située en province de Gueldre, la princesse Beatrix des Pays-Bas a inauguré un moulin à vent qui a été restauré.
Le 21 septembre 2016, la princesse Beatrix, ex-reine des Pays-Bas, s'est rendue dans ce village du centre des Pays-Bas, pour y inaugurer un moulin à maïs fraîchement restauré. Au terme de cinq ans de travaux, ce vénérable édifice, datant de 1853, a retrouvé sa fonction d’origine et ses ailes tournent à nouveau au gré du vent. Outre son intérêt patrimonial, cette restauration va permettre à des bénévoles d’assurer des animations éducatives.
Beatrix est, depuis le mois d’août 2014, la marraine de "De Hollandsche Molen", une association néerlandaise dédiée à la sauvegarde des moulins à vent et à eau des Pays-Bas. Fondée en 1923 dans un but économique, cette structure s’est axée, après la Seconde Guerre Mondiale, sur la valeur historique et pittoresque des traditionnels moulins de Hollande.

1116-paysbas

Photo www.moulindupartegal.fr

D'après un article de Dominique Bonnet, Paris Match de septembre 2016

Paru dans le Monde des Moulins n°59 - Janvier 2017

Le Moulin de Partégal est à l'honneur - La Farlède (Var)

Entre tradition et modernité, ce moulin à huile médiéval, installé dans le Var, concilie savoir-faire ancestraux et équipements à la pointe de la technicité.
Le moulin date du XIVe siècle. À côté de son équipement ancestral, il concentre en son sein des équipements véritablement innovants. Point de jointure entre tradition d'un côté, modernité de l'autre. Deux fabrications : à la meule et avec la presse, pour obtenir la fameuse première pression à froid ; pour la fabrication moderne, le moulin a été équipé en suivant les exigences des normes européennes. Si la fabrication à l'ancienne sert à produire de l'huile de très grande qualité, notamment de la fleur d'huile, prisée par les plus grandes tables françaises, les équipements modernes permettent non seulement de réaliser la production des olives cultivées in situ, mais aussi de fournir des prestations de service aux oléiculteurs locaux. L'outil ancien permettait de produire quelque 350 kg à l'heure. La nouvelle installation permettra un rendement de
2 tonnes / heure.
L'huile du moulin est régulièrement reconnue pour sa qualité.
Un moulin fort intéressant à visiter et une qualité d'huile irréprochable, selon mes derniers achats.

Journal "La Tribune – Provence-Alpes-Côte d'Azur" (Carole Payrau | 25/10/2016). www.moulindupartegal.fr
159, Chemin de Laures - 83210 LA FARLEDE

Paru dans le Monde des Moulins n°59 - Janvier 2017

Sauvegarde du patrimoine : un gâteau pour sauver les norias - Cugnaux (Haute- Garonne)

Une idée originale : la pâtisserie chocolaterie Reulet soutient le projet de sauvegarde du patrimoine cugnalais en vendant son gâteau "la noria".
La Fondation du Patrimoine a lancé en juin dernier, pour le compte de la ville de Cugnaux, une souscription en vue de restaurer les trois norias édifiées sur son territoire. Situées dans le Parc du Manoir, le Parc de Loubayssens et dans un espace vert rue André-Boubes, elles témoignent de l'ingéniosité des aïeux pour gérer les eaux sur Cugnaux. Autour de chaque noria, un chemin permettait à un cheval, une mule ou un âne d'entraîner la machinerie afin de puiser l'eau.

1116-cugnaux 9

Noria - Photo ville de Cugnaux

Ces édifices rares sur le territoire, particulièrement spectaculaires et bien conservés, qui irriguaient, il y a encore 100 ans, les cultures agricoles de la commune, méritent d'être restaurés afin de transmettre ce patrimoine en témoignage aux générations futures.
Particuliers et entreprises sont donc invités à participer et à soutenir cette opération de conservation et de mise en valeur du patrimoine cugnalais, par courrier, en envoyant le bon de souscription disponible en mairie, ou sur le site internet de la ville, accompagné du règlement, par chèque, à l'adresse : Fondation du Patrimoine Midi-Pyrénées, 11 boulevard des Récollets Le Belvédère, 6 B, 31078 Toulouse Cedex 4. Vous pouvez également faire un don en ligne sur le site internet sécurisé de la Fondation du Patrimoine : http : //www.fondation-patrimoine.org/43755. Une partie des dons est déductible des impôts.

Pour plus de renseignements, contactez la mairie de
Cugnaux par téléphone au 05 62 20 76 20 ou par e-mail
à l'adresse : contact@mairie-cugnaux.fr
Lu dans La dépêche du 02/11/2016

Paru dans le Monde des Moulins n°59 - Janvier 2017

Une nouvelle association vient de voir le jour - Pexiora (Aude)

Cette association a pour but d'agir pour la conservation et la restauration de nos moulins à vent. Le but est d'arriver à équiper l'un des moulins de ses ailes et aussi d'entretenir l'espace et de réaliser des animations pour mettre en valeur ce patrimoine. La Fédération soutient cette initiative.
La Rédaction.

1116-peixora

Les deux moulins de Pexiora - Photo PascalCath11 - wikipedia

Paru dans le Monde des Moulins n°59 - Janvier 2017

Le Petit Moulin est devenu un musée - Vaux de Cernay (Yvelines)

Confié par le Département au Parc Naturel Régional (PNR) de la Haute-Vallée de Chevreuse, le Petit Moulin des Vaux de Cernay a été transformé en musée. Ouvert depuis cet été, il vient d’être inauguré.

1116-vaux

Illustration www.parc-naturel-chevreuse.fr


Au cœur du site classé des Vaux de Cernay, où 200 000 visiteurs viennent admirer chaque année un paysage atypique façonné par des phénomènes géologiques rares, le Petit Moulin offre depuis août 2016 une nouvelle activité aux touristes franciliens. Inauguré le samedi 8 octobre, le musée, concocté par le PNR de la Haute-Vallée de Chevreuse, à qui le Département a confié la conduite du projet, est consacré à l’histoire des Vaux, à ses moulins et aux peintres – Corot, Huet, Rousseau, Pelouse et bien d’autres – qui ont fréquenté le site à la fin du 19e siècle.
En présence de nombreux élus – dont Valérie Pécresse et Joséphine Kollmannsberger – l’inauguration a confirmé le succès d’estime que connaît déjà ce lieu qui raconte beaucoup d’histoires. Comme l’explique le site du PNR de la Haute-Vallée de Chevreuse, le musée invite les visiteurs à se plonger dans : "l’histoire des Vaux à travers un voyage scénographie ponctué de multimédias et d’audiovisuels ludiques et interactifs, mêlant toiles originales de peintres-paysagistes, croquis, objets et outils de la vie de l’époque".
Bâti en 1850, le Petit Moulin a été habité par un meunier jusqu’en 1900 avant d’être transformé en auberge. Le Département a racheté cette bâtisse en pierre de grès il y a quelques années, pour la confier au PNR de la Haute-Vallée de Chevreuse qui l’a réhabilitée. Le musée retrace aussi "l’évolution du paysage exceptionnel du site classé des Vaux de Cernay, façonné par des phénomènes géologiques qui remontent à plus d’un million d’années".
L’histoire des moulins traversés par le ru des Vaux est à découvrir sur place, comme celle de l’époque des peintres-paysagistes de la fin du 19e siècle : "Alors que Barbizon et Pont-Aven sont devenus trop fréquentés, des artistes découvrent Cernay, un site naturel qui va leur inspirer de nombreux tableaux. Cernay reçut ainsi la visite de Corot, Huet, Diaz, Kroyer, Quignon, Rousseau et bien-sûr Pelouse, le chef de file de la colonie établie sur place".
Les sentiers derrière le Petit Moulin permettent de compléter la balade en découvrant un vallon atypique où s’écoule le ru des Vaux, avec une flore sauvage de grand intérêt et des vestiges hydrauliques rares : une digue médiévale de 64 mètres, un impressionnant déversoir en pierre de taille.

Conseil Départemental des Yvelines publié le 10/10/2016

Paru dans le Monde des Moulins n°59 - Janvier 2017

Les vestiges d’un moulin retrouvés en plein chantier - Lille (Nord)

À l'occasion des travaux de canalisation en cours, des vestiges du Moulin Saint-Pierre, élément fondateur de l’histoire de la ville, ont été retrouvés en septembre rue de la Monnaie, dans le Vieux-Lille, par l’Association Renaissance du Lille Ancien.
Si les travaux de canalisation en cours ne seront pas perturbés malgré cette découverte, le président de l’association appelle toutefois à la vigilance : "Si les voûtes sont percées, tout le travail archéologique pourrait être mis à mal". Des recherches menées par les chercheurs du Service Régional de l’Archéologie auront lieu dans les jours à venir, pour définir l’époque des fondations retrouvées. Leurs découvertes pourraient contribuer à la reconstruction future du moulin à eau, envisagée par l’Association Renaissance du Lille Ancien.
D'après un article publié dans la Voix du Nord le 20 septembre 2016, par Clément Martinet.

Contact Renaissance du Lille Ancien , 20/22, rue de la Monnaie à Lille, lille.ancien@orange.fr

Paru dans le Monde des Moulins n°59 - Janvier 2017

Le Moulin d’Edmond est à l'honneur - Charbonnières-les-Varennes (Puy-de-Dôme)

Situé à Charbonnières-les-Varennes, ce moulin est dans la même famille depuis huit générations. Passionnée par l'histoire de sa famille, Alexandra Samper, propriétaire des lieux, a commencé par des recherches généalogiques qui lui offrent plein de surprises sur ses ancêtres.
En 2011, elle a décidé de rénover son moulin et de lui donner une nouvelle vie tout en gardant les mécanismes.
Une association, forte de 30 membres toujours prêts à soutenir sa démarche, lui apporte une aide importante pour les différentes journées portes ouvertes (Journées des Moulins et du Patrimoine Meulier en mai, Journées du Patrimoine et des Moulins en juin, Journées Européennes du Patrimoine en septembre).

1116-edmond

Intérieur du Moulin d'Edmond - Photo Alexandra Samper

Un site remarquable au creux d’un écrin de verdure, qui bénéficie du label "Fondation du Patrimoine" pour sa couverture en ardoise naturelle et qui est tourné vers la biodiversité. En effet, le Moulin d’Edmond est un refuge pour la Ligue de Protection des Oiseaux avec la mise en place de nichoirs et de mangeoires, mais aussi refuge pour les chauves-souris grâce à l’installation d’habitations adaptées. Il bénéficie aussi du label "Oasis de la nature" qui récompense le site pour le respect de la nature, sans désherbant. Le dernier label attribué au Moulin d’Edmond est le "Havre de paix pour la loutre". En effet, on recense des loutres dans l’Ambène, rivière qui longe le moulin, et une fois la remise en eau du bief, il sera installé des "catiches", terriers destinés à cette espèce.

Journal "La Montagne" du 06/11/2016
Contact : Alexandra Samper, le Moulin d’Edmond,
impasse du Moulin, 63410 Charbonnières-les-Varennes, Tél. 06.14.47.55.19.

Paru dans le Monde des Moulins n°59 - Janvier 2017

Le Monde des Moulins n°59

59cEdito

Le Monde Des Moulins est un bien précieux...

En cette fin d’année et à l’orée de la nouvelle, j’ai le plaisir de vous exprimer tous les vœux d’espérance au nom de notre Fédération. Je réalise ainsi combien nous avons la chance de pouvoir nous retrouver autour de cette revue qu’est LE MONDE DES MOULINS. Chaque trimestre, elle ouvre des horizons, tout en témoignant d’un passé vivant qui nous aide à appréhender un avenir pour les moulins. Notre revue est un bien précieux que tous les réseaux sociaux ne pourront jamais remplacer. Année après année, numéro après numéro, le MONDE DES MOULINS nous apporte connaissances, découvertes, informations qui justifient son existence et sa pérennité. Peut-être ne savons-nous pas suffisamment combien il est l’œuvre d’un petit nombre de bénévoles qui se consacrent à l’édition au service de nous tous, lecteurs occasionnels ou lecteurs assidus… 15 ans d’existence ! 60 numéros bientôt, des centaines d’articles, des milliers de pages. Une chaleureuse pensée à tous les auteurs ! Un devoir de reconnaissance aux quelques concepteurs qui œuvrent au sein de notre Fédération.

Pour que ce plaisir que nous prenons à l’ouverture de ces pages se perpétue, il convient, en cette période de vœux, de s’engager à participer à cette œuvre collective. Le Monde Des Moulins revêt une importance capitale pour asseoir la notoriété de la Fédération et par conséquent la défense et la promotion des moulins. Combien de fois n’ai-je pas été témoin de la surprise des interlocuteurs lorsque notre revue leur est présentée. Aux Ministères, devant les élus aussi, les journalistes, le grand public, tous montrent leur étonnement devant la qualité de la revue que nous réalisons artisanalement. C’est un formidable outil de promotion et d’introduction dans des lieux institutionnels souvent imperméables. Sans fausse modestie, nous pouvons être fiers de ce que nous avons produit jusqu’à ce jour. Continuons le combat, comme diraient certains ! C’est effectivement un combat de tous les instants : récolter des articles, corriger et dialoguer avec les auteurs, préparer le sommaire, apporter le projet à l’infographiste et délivrer le "bon à tirer" afin que l’imprimeur s’exécute… Fini ? Non, il reste l’expédition qui n’est pas une tâche aisée quand on songe à la mise sous enveloppe ! Bravo donc à chacun ou chacune qui se trouve à un moment donné dans cette chaîne de production !

Période des vœux, disais-je en ce début d’édito, alors engageons-nous à écrire pour notre revue, engageons-nous à trouver des auteurs, engageons-nous au sein de notre association locale pour promouvoir la revue… Les tarifs postaux augmentant,
il faut augmenter le nombre d’abonnés pour que la revue
poursuive sa route à un tarif raisonnable. Sommes-nous sûrs que chaque adhérent est abonné ? Déployons l’opération
"UN ADHÉRENT - UN ABONNÉ". Si vous êtes simplement abonné, peut-être trouverez-vous autour de vous l’occasion de la faire découvrir…

Mon rôle de Président est de vous alerter, de vous solliciter, d’espérer vous convaincre. Tâche ingrate et pas facile, mais que je souhaite assumer : les moulins et leur devenir le valent bien !
Pour conclure, je voudrais rappeler à chacun que la FDMF tente à tous les instants et dans toutes ses actions de ne pas céder à la démagogie et de faire ce qu’elle dit. J’aime à lire et relire ce que Michel de Montaigne a pu écrire en 1580 dans les Essais : "C’est une belle harmonie quand le dire et le faire vont ensemble". Alors, puisque nous avons dit qu’il fallait participer à la revue, engageons-nous à le faire. Je compte sur vous.

Alain Eyquem

 

Découvrez les numéros déjà parus...

S'abonner au Monde des Moulins...

Continuité écologique : position de la Fédération Des Moulins de France (FDMF)

« Continuité écologique : position de la Fédération Des Moulins de France (FDMF)

L’application de la restauration de la continuité écologique des cours d’eau, au-delà des discussions en cours avec les Ministères, suscite une grande perplexité par ce que l’on en juge sur le terrain. La table ronde qui s’est tenue à l’Assemblée Nationale le 23 novembre 2016 , à l’initiative d’OCE, a permis de prendre connaissance du point de vue scientifique  de quatre chercheurs reconnus pour leurs travaux sur la rivière. Il apparait de plus en plus évident, et bon nombre d’élus en prennent conscience, que l’application de ce plan de restauration n’est pas adapté à la réalité du terrain. A ce sujet, il est intéressant de lire le texte publié par OCE, avec qui nous sommes partenaires dans le cadre du moratoire: "Supprimons le classement des rivières?".  http://continuite-ecologique.fr/

La FDMF préconise, comme elle l’a expliqué aux inspecteurs du CGEDD,  une révision des classements des cours d’eau. Nous suggérons qu’il y ait moins de cours d’eau inscrits en liste 2 et que parallèlement moins d’espèces cibles soient prises en compte dans les annexes. Il faut faire preuve de réalisme. Nous préconisons, d’autre part,  une approche au cas par cas, mais il est déterminant que nous soyons écoutés dans les instances de concertation qui ne doivent pas être de "simples chambres d’enregistrement". Enfin il nous parait exigible qu’une étude scientifique, documentée, à laquelle nous puissions contribuer, apporte des preuves indiscutables. »

Alain EYQUEM, président de la FDMF.

Table Ronde à l'Assemblée Nationale

Une Table Ronde,  à l’Assemblée Nationale, le 23 novembre, sur proposition du Président de la Commission du Développement Durable . Le thème  « Quelles rivières pour demain ? Réflexions sur l'écologie et la restauration des cours d'eau. » 

Quatre scientifiques s'expriment sur la continuité écologique

 Ces scientifiques sont de formation et spécialisation diverses (géographie et morphologie, hydrobiologie, sociologie), ils ont abondamment publié, enseigné et/ou travaillé sur l'écologie des rivières, ils sont membres pour certains des conseils scientifiques des Agences de l'eau. Il s'agit donc d'une analyse interne de certains dysfonctionnements de la politique publique de l'eau.

OCE (Observation de la Continuité Ecologique)

 

Le Monde des Moulins n°58

mdm58Edito

« Seul l’arbre qui a subi les assauts du vent est vraiment vigoureux, car c’est dans cette lutte que ses racines, mises à l’épreuve, se fortifient. » (Sénèque – 1er siècle)

Rentrant du voyage d’étude de notre Fédération en Dordogne, je ne puis m’empêcher de vous faire part de ma grande satisfaction d’y avoir participé. Nous avons pu découvrir des sites remarquables, avec des moulins bien en phase avec l’idée que nous nous faisons de leur véritable avenir : producteurs d’huile de noix par exemple, centres culturels témoins d’un riche passé industriel (forges, papeterie), « chemins de meuniers » qui sillonnent le département en liaison avec les structures départementales, plus de 4000 visiteurs à l’occasion des Journées Européennes des Moulins de mai, des élus présents sur tous les sites visités, un accueil au Conseil Départemental où nous avons pu faire part du désarroi des propriétaires de moulins à eau, à l’heure de la restauration de la dite « continuité écologique » (encore une exception française !). Nous avons pu, à ce sujet, constater la grande perplexité des élus qui, de plus en plus nombreux, partagent notre point de vue et s’inquiètent des dépenses qui deviennent effarantes si on globalise les sommes annoncées, alors que les effets escomptés sont loin d’être avérés !
Ce voyage fut l’occasion, pour nous tous, venus des quatre coins de France, de renforcer notre détermination à promouvoir et défendre les moulins en affirmant qu’ils ont bien un avenir. Cela oblige chacun évidement à s’engager dans l’ouverture de ces précieux témoins, à développer l’accueil sur les sites, à professionnaliser les productions, à les insérer dans les politiques territoriales de développement touristique, à s’engager pour certains à produire de l’hydroélectricité et rejoindre ainsi les nombreux producteurs dans le cadre de la transition énergétique, à se rapprocher des DRAC qui nous aident à mettre en évidence la valeur patrimoniale de nos moulins (archéologues et historiens nous sollicitent de plus en plus souvent, en s’étonnant que de nombreux aménagements imposés ne tiennent pas compte du bilan patrimonial des sites). Grande fierté enfin de voir que des associations sur le terrain font preuve de grandes compétences et débordent d’activité. L’Association Périgordine des Amis des Moulins (APAM) en est un bel exemple.

  • Au niveau national, l’activité n’en est pas moindre en cette rentrée :
  • Participation le 10 octobre à la réunion du groupe de travail « Moulin et continuité écologique » au Ministère de la Culture en présence d’un représentant du Ministère de l’Écologie. Nous affirmerons avec force les positions et propositions que nous défendons en demandant des avancées significatives car sur le terrain rien ne s’améliore !
  • Bouclage du rapport de la mission d’expertise que nous menons sur 11 sites en situation de blocage face aux aménagements proposés par l’administration. Le rapport final sera présenté à Madame la Ministre de l’Écologie
  • Dépôt du livre blanc et des signatures récoltées dans le cadre de la demande de Moratoire.
  • Lancement des Journées Européennes des Moulins et du Patrimoine Meulier de mai 2017, pour lesquelles nous venons de recevoir le parrainage de Madame la Ministre de la Culture, Audrey Azoulay. Pour la deuxième année consécutive, ces Journées spécifiques des moulins reçoivent la reconnaissance de notre institution : une belle récompense pour vous tous (plus de 500 sites) qui avez œuvré pour ces Journées, en 2016. Cette année, un nouveau site internet de belle facture les rendra encore plus attrayantes :
  • Préparation des sixièmes Rencontres Techniques de la FDMF, début 2017, en Île-de-France
  • Organisation du Congrès en Mayenne les 2, 3 et 4 juin 2017
  • Préparation, déjà en cours, du 3e Forum National des Moulins Producteurs, en mai 2018, en Charente-Maritime.

Que chacun comprenne que les activités développées au niveau local, en cohérence avec les actions nationales, sont la preuve que les moulins ne resteront pas inertes, et que ceux qui tentent de nous mettre en difficulté génèrent chez nous tous une énergie positive qui nous renforce !

Bonne rentrée à tous.

Alain Eyquem

 

Découvrez les numéros déjà parus...

S'abonner au Monde des Moulins...

Île-de-France - Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) : Des meules datant de l’époque carolingienne ont été découvertes sur le site de fouilles archéologiques de l’îlot du Cygne

De loin, on ne voit guère qu’une pile de larges pierres arrondies, patiemment mises au jour par les archéologues. Difficile de le deviner, mais il s’agit d’anciennes meules, vieilles de plus d’un millénaire. Il faut un peu d’imagination pour se représenter le moulin à eau qui tournait jadis ici, en plein cœur de Saint-Denis, à deux pas de la basilique. La découverte a eu lieu cet été, sur l’îlot du Cygne, cet immense chantier de fouilles, ouvert en 2009 entre la rue des Boucheries et la rue de la République. « Il s’agit d’un moulin très ancien, qui date peut-être de la fin de l’époque carolingienne, vers le Xe siècle », avance Michael Wyss, de l’unité d’archéologie de Saint-Denis. À ses yeux, l’installation, qui fonctionnait probablement avec l’eau des fossés entourant alors l’abbaye de Saint-Denis, est « typique des sites monastiques du Haut Moyen-Âge ».
La trouvaille confirme en tout cas l’importance majeure de ce site archéologique, où l’on a déjà mis à jour les vestiges de cuves de tannerie, des lavoirs, et un fossé carolingien, révélant ainsi par touches le passé de la Cité des rois.

leparisien.fr du 5/09/2016

Hauts-de-France - Cassel (Nord-Pas-de-Calais) : L'Indicateur des Flandres nous annonce une bonne nouvelle

Après les beffrois, les moulins de Flandre pourraient-ils s’ajouter à la liste qui recense les multiples richesses culturelles et naturelles de la planète ?
C’est une idée qui a été lancée au détour d’une visite, mais qui pourrait faire son chemin : inscrire les moulins de Flandre au Patrimoine Mondial de l’Unesco.
Cette proposition surprenante mais pertinente vient de Frédéric Leturque. Le maire d’Arras, conseiller régional et nouveau président du Comité Régional du Tourisme, était de passage dimanche 24 juillet en Flandre. Avant de visiter Cassel, l’élu a fait une halte au Steenmeulen, à Terdeghem où il fut accueilli par notre ami et adhérent, l’intarissable Joseph Markey, meunier passionné « et passionnant ».
Affaire à suivre.

Article paru le 12/08/2016

Hauts-de-France - Cassel (Nord-Pas-de-Calais) : Cassel, le nouvel escalier du moulin vient d’être posé

L’entreprise méterennoise « Charpentier des Flandres » a commencé une première tranche de travaux de rénovation du moulin, fermé pour raisons de sécurité. Avec le nouvel escalier, la municipalité espère pouvoir réaliser une ouverture en septembre... avant d’autres travaux de rénovation. Les derniers gros travaux entrepris au Moulin de Cassel remontent à 1994. L’édifice, emblématique de la cité comme de la Flandre, est fermé depuis décembre 2014 pour raisons de sécurité. Prochaine étape : faire tourner les ailes du moulin.

1016cassel

Information repérée dans un article de Nord Éclair de Christian Taffin du 28/07/2016
Voir aussi : MdM Août 2016-n°56 p7

Pays-de-Loire - Sainte-Suzanne (Mayenne) : Nos adhérents et leurs initiatives : Sainte-Suzanne Chemin des moulins. Place au nettoyage du bief

Cet été, Vincent Houllière a lancé un appel aux membres des associations "Les Amis de Sainte-Suzanne", "Médiéville 53" et "Erve" pour un grand nettoyage du bief du Gohard, envahi par les algues et les mousses.

Lu dans "Les Alpes de Nancelles" article du 03/08/2016
Vincent Houillère nous recevra pour le congrès 2017

Felletin (Creuse) : Un appel à don pour la diamanterie de Felletin

La commune de Felletin a accueilli pendant des dizaines d’années une activité de façonnage de diamants : jusqu’à cinq ateliers distincts ont existé au début du XXe siècle. La force motrice de la rivière Creuse était utilisée.
En 1906, des ouvriers diamantaires se réunissent en coopérative afin de travailler le diamant. Les coopérateurs construisent un bâtiment pour abriter cette activité à proximité du Pont Roby, sur les ruines d’un ancien moulin, déjà utilisé auparavant pour la taille de diamants. La coopérative a cessé son activité en 1982. Ce bâtiment industriel, chargé d’histoire, fait l’objet depuis plusieurs années d’une valorisation par l’Office de Tourisme de Felletin qui organise des visites pendant l’été, mais aussi une journée de la diamanterie chaque année en mai ou juin, avec des visites et des conférences.
La diamanterie se trouve à l’emplacement de l’ancien Moulin des Vergnes ou Moulin Combaudon. L’énergie hydraulique a été utilisée pour moudre du grain mais aussi pour une scierie.
La commune de Felletin est propriétaire du bâtiment depuis quelques années. Aujourd’hui, la sauvegarde du bâtiment devient urgente. La commune, avec l’Association Felletin Patrimoine et Environnement à ses côtés, a donc décidé de lancer un programme de restauration. La première phase de travaux consiste en la sauvegarde de l’édifice, avec des travaux de toiture et de maçonnerie. Dans un deuxième temps, un aménagement intérieur est prévu, afin de recevoir du public de façon permanente. L’idée étant de conserver au maximum l’apparence et l’agencement actuel de l’intérieur de la diamanterie.

Lu dans la Newsletter de la Fondation du Patrimoine