French Arabic Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hungarian Italian Japanese Lithuanian Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Swedish Turkish Ukrainian

Actualités

Un ancien moulin à eau devient une microcentrale électrique

BOURGOGNE - Cuisery (Saône-et-Loire)

C'est un exemple à suivre... La réhabilitation ou l'optimisation d'anciens sites utilisant la force de l'eau pour produire de l'énergie est encouragée par le Conseil Régional et l'ADEME (l'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) qui proposent d'accompagner les porteurs de projets.

n55cuise1
© France 3 Bourgogne - Conseil Régional de Bourgogne - Ademe.

Produire de l’hydroélectricité en faisant revivre un ancien site, comme par exemple un moulin à eau, c’est possible. Ce n'est pas facile, car il y a des conditions à remplir, des lois à respecter, et des travaux à faire, mais ce genre de projet est vivement encouragé.
La construction de nouvelles unités de production d'hydroélectricité impliquerait l’installation de turbines et la création de retenues d’eau, alors que la tendance actuelle est au contraire de maintenir et de restaurer la continuité écologique des cours d’eau.
Il existe déjà plus de 80 000 obstacles sur les rivières françaises.
C'est pourquoi de nombreux sites existants peuvent être non seulement restaurés, mais aussi spécialement aménagés pour être ensuite raccordés au réseau de distribution ERDF.
Pour cela, une étude de faisabilité doit être effectuée par un bureau d’études spécialisé.
L'installation doit également respecter un contenu déterminé par l’ADEME, la région Bourgogne et la direction régionale Bourgogne-Franche-Comté de l’Onema pour être éligible à des subventions publiques.
C'est ainsi qu'à Brienon-sur-Armançon, dans l'Yonne, une société qui s'est constituée en 2012 a pu réhabiliter une ancienne centrale électrique. Sa puissance a été renforcée et le gain de productivité a été porté à 50 %. Centrale hydro-électrique de Brienon (89)
En Saône-et-Loire, à Cuisery, c'est un moulin du XIIe siècle, qui produit déjà de l'électricité, mais il s'agit de doubler sa capacité de production.
Une étude de faisabilité a été lancée en juillet dernier, prise en charge à 70 % par le Programme énergie Climat Bourgogne. Des années 1920 jusqu'en 1992, une activité de minoterie avait été développée sur place. Micro-centrale hydro-électrique
de Cuisery (71)

n55cuise2
Guide Hydroélectricité & continuité écologique. Guide à destination des porteurs de projets - Réhabiliter ou optimiser un site : www.bourgogne.ademe.frademe.fr
http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne/cuisery-71bourgogne/cuisery-71
Revue de presse du CAUE de la Nièvre.

Prix Patrimoine Rhônalpin 2015

RHÔNE-ALPES - Divonne-les-Bains (Ain)

La Fédération pour la valorisation des patrimoines de Rhône-Alpes a choisi l'Association Divonnelectro pour le Prix Réalisation Rhônealpin du Patrimoine 2015. La remise de prix a eu lieu le 19 juin à l’Ermitage du Mont- Cindre à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or.
À Divonne-les-Bains, une association essentiellement créée par des anciens du CERN en 2004 a restauré la plus vieille usine hydroélectrique de France dans son bâtiment d’origine, datant du milieu du XIXe siècle. Douze ans et quelques 30 000 heures de travail ont permis de restaurer toutes les machines qui fonctionnent comme à leur origine.
Aujourd’hui, les bénévoles de Divonnelectro transforment le Moulin David en musée. À partir de début juillet, des visites étaient possibles quotidiennement par l’Office du Tourisme.
Ouverture le mardi et dimanche matin entre 10 heures et midi, ou sur rendez-vous.

n55ralpe

Communications : Henri Slettenhaar 0645710482 - henri@divonnelectro.fr - www.divonnelectro.fr - Moulin David,
1 Place de Quatre Vents, 01220 Divonne-les-Bains.

2016

2016,
Le conseil d'administration de la Fédération Des Moulins de France,
vous offre à tous, amis visiteurs, adhérents, propriétaires de moulins, bénévoles, un 2016 de solidarité, de tolérance et d'amitié.

Il reste à votre écoute et souhaite la bienvenue à tous ceux qui rejoindront, cette année, la Fédération

Contact@fdmf.fr

Nouveau numéro de téléphone

Le numéro de téléphone de la Fédération Des Moulins de France a changé

05 35 31 57 71

 

LE CŒUR DES MOULINS

L’exposition « LE CŒUR DES MOULINS » du Moyen Âge aux années 1930 évoque un patrimoine largement représenté sur le territoire girondin

Présentée par les Archives départementales en partenariat avec l’AGAM (Association Girondine des Amis des Moulins), le GRAHC (Groupe de recherches archéologiques et historiques de Coutras), E’RASME (coopérative de chercheurs) elle invite le visiteur à pénétrer au cœur d’une économie rurale et de réseaux de sociabilité développés autour de la mouture des céréales et la vente des farines.

L’apparition des moulins dans le paysage s’est faite très tôt avec, sous l’Ancien Régime, une période d’activité dense et riche où le meunier a une place de choix dans la société rurale.

À partir du XVIIIe siècle, les progrès améliorent la productivité des moulins. Puis sous l’impulsion de la Révolution industrielle, l’introduction de la vapeur et/ou des turbines permet de moins dépendre du régime saisonnier des rivières. L’innovation technique sécurise l’approvisionnement en farines des populations.

Cette évolution passe par l’appropriation de l’espace hydrographique, le développement et la transmission des savoir-faire techniques ainsi que la gestion des eaux et des vents, en mettant le meunier au cœur de ce dispositif.

L’approche à la fois sociale, économique et paysagère de l’exposition est rendue possible par une scénographie construite à partir de documents d’archives originaux d’origine publique ou privée, manuscrits mais également iconographiques, audiovisuels et de maquettes.

Du monde au Moulin Pelard de Bois-de-Feugères à Bouville

CENTRE-VAL DE LOIRE - Bouville (Eure-et-Loir)

Du printemps à la Toussaint, nombreux furent ceux qui visitèrent le Moulin du Pelard de Bois-de-Feugères situé sur la commune de Bouville, dans l’Eure-et-Loir. Ce moulin pivot a été construit en 1796, quatre générations de la famille Pelard s’y sont succédées durant un siècle et demi de meunerie, jusqu’en 1941 où le moulin cessa de tourner. Il fut légué à la commune lors du décès du dernier meunier, Léopold Pelard.

n55centr
Le moulin Pelard. Photo l'Echo Républicain

Il fut rénové par l’ARAM Beauce en 1976 et, le 16 août 1977, il fut foudroyé. En 1990, il fut restauré complètement et remis au vent, la pose des ailes eut lieu en septembre 1990, et il a été inauguré en septembre 1992.

www.lechorepublicain.fr du 27 octobre 2015.

Quatorzième congrés de la Fédération Des Moulins de France dans l'Hérault

 

Quatorzième congrés de la Fédération des Moulins de France

Dans le département de l'Hérault

Les 22, 23 et 24 avril 2016.

 

Ouvert à tous
Les participants séjourneront à Lamalou-les-Bains
L'Assemblée Générale aura lieu à Rosis avec le soutien de la commune de Rosis

Date limite d'inscription :  1er avril 2016

pdf-file-format-symbol Programme

pdf-file-format-symbol Inscription

Contact :

Dominique Charpentier
contact@fdmf.fr
09 63 27 96 90

 

 

Le Pavillon de l’Industrie ouvre ses portes

n55pavmanseBOURGOGNE - Le Creusot (Saône-et-Loire)

Samedi 17 octobre 2015, le Pavillon de l’Industrie a ouvert ses portes.
Implanté dans la salle du Jeu de Paume du Château de la Verrerie au Creusot, le “Pavillon de l’Industrie” est consacré à la formidable aventure industrielle du Creusot. “Comprendre hier pour imaginer demain”, c’est la vocation de ce lieu. Les personnages principaux de cette saga sont l’acier et les machines mais il y a aussi, comme dans toutes les épopées, des femmes et des hommes courageux, des inventions de génie, des luttes de pouvoir, des pionniers, des évolutions sociales, des révolutions techniques, de la finance, des guerres, des victoires, des déclins et bien sûr des perspectives enthousiasmantes…

www.pavillon-industrie.frwww.pavillon-industrie.fr
Pavillon de l'industrie - Château de la Verrerie - 71200 LE CREUSOT.

Une nouvelle roue pour le moulin

BRETAGNE - Saint-Nolff (Morbihan)

La roue du Moulin de Gourvineg à Saint-Nolff dans le Morbihan, qui était hors service depuis de longs mois, a été démontée. C'est la Société Croix, près d'Angers, spécialisée dans la restauration de moulins à vent et à eau depuis 1850, qui a pris en main les travaux de démontage.
La nouvelle roue bénéficie d'un axe renforcé et a été mise en place par la Société Croix, qui intervient sur toute la France et qui en assurera le service après-vente. Le montant des travaux de remplacement de la roue s'élève à 19 000 €.

Le Télégramme de Brest des 16 oct. et 14 novembre 2015.

Une pompe à bélier, vieille de deux siècles, restaurée

LORRAINE - Ventron (Vosges)

n55lorr

Francis Chevrier devant la pompe à bélier restaurée. Photo Vosges Matin

Francis Chevrier a récupéré en Bretagne une ancienne pompe hydraulique à bélier pour la remettre en état. Cette machine fonctionne sans aucune énergie, sauf l’eau elle-même.
Le bélier hydraulique a été inventé par Joseph Montgolfier en 1782. Il utilise le principe du “coup de bélier” connu quand on ferme brutalement un robinet. Il faut une légère pente pour que l’eau arrive dans la pompe. Son arrivée déclenche la fermeture d’un clapet qui se soulève et se referme brutalement. C’est le fameux coup de bélier. L’eau pénètre alors dans une cloche de refoulement puis dans un tuyau qui conduit à un réservoir supérieur.
C’est un mouvement perpétuel qui permet d’amener l’eau en hauteur, sans autre énergie que l’eau elle-même. Abandonnée depuis longtemps au profit des pompes électriques, la pompe à bélier pourrait bien revenir sur le devant de la scène. Comme dans l’Ouest de la France où elle amène l’eau aux abreuvoirs par exemple. La pompe à bélier que Francis Chevrier a restaurée est installée devant chez lui pour le moment. Elle fonctionne parfaitement et attend les curieux qui s’intéressent, comme lui, aux techniques simples et efficaces.

Vosges Matin 12 octobre 2015.

Le Moulin de Viry-Châtillon retrouve ses ailes

ÎLE-DE-FRANCE - Viry-Châtillon (Essonne)

Le Moulin des Mathurins, à Viry-Châtillon, vient de recevoir de nouvelles ailes. Seul rescapé des trois moulins de la commune, le monument avait été bâti par des religieux appelés les Mathurins et était rattaché à une ferme, propriété du château local, selon les archives municipales. Démoli à la Révolution, il a ensuite été reconstruit avant d’être délaissé à la fin du XIXe siècle. Menacé de destruction, il est finalement restauré et inauguré en 1972, retrouvant ses ailes qui avaient été depuis longtemps retirées. Un coup de vent les a fait tomber en février dernier.
Le magasin E. Leclerc qui, en s’installant sur les terres du moulin, a reçu la mission de l’entretenir, a donc engagé leur restauration. En juillet, elles ont ainsi été déposées et l’entreprise Croix, charpentier amoulageur depuis six générations, implantée à La Cornuaille (Maine-et-Loire), a été choisie pour en réaliser des neuves.
Si les anciennes ailes étaient en bois exotique, le choix pour les nouvelles s'est porté sur du lamellé-collé de pin sylvestre traité à coeur.

n55viry1
Moulin de Viry - Photo ville de Viry-Châtillon

n55viry2
Moulin de Viry - Photo ville de Viry-Châtillon

n55viry3
Moulin de Viry - Photo ville de Viry-Châtillon

D'après un article de Marie D’Ornellas du 06 Oct. 2015 paru dans le Parisien.fr

Les 20 ans de l’AMBC

MIDI-PYRÉNÉES - Sainte-Alauzie (Lot)

L’Association des Amis des Moulins de Boisse et du canton de Castelnau-Montratier (AMBC) a tenu son Assemblée Générale à
Saint-Alauzie (Lot). Parmi les temps forts de l'année en cours évoqués, les dégâts matériels résultent des vents violents du 30 août dernier, qui ont brisé trois ailes du Moulin de Boisse.
La mémoire de feu Rémi Rochis a été évoquée. Meunier estimé du moulin à eau de Lamothe à Cézac, complémentaire du Moulin de Boisse, propriété de la commune de Sainte-Alauzie, héritier du savoir de la lignée des meuniers Contios, Rémi avait contribué à transmettre l'histoire et la technique de ces moulins. Il participait aux visites commentées et mises au vent. Pour fêter ses 20 printemps, en 2016, l'AMBC mouline pour que ce patrimoine protégé emblématique du Quercy blanc recouvre et déploie ses ailes.

Extrait La Dépêche du Midi 3 oct. 2015.

Des travaux d’entretien sont prévus au Moulin de Pierre

HAUTE-NORMANDIE - Hauville (Eure)

L'Association des Amis du Moulin et le Parc Naturel des Boucles de la Seine normande envisagent révision et entretien des ailes et des meules.
Une belle initiative à souligner : les trois écomusées du territoire de Routot (maison du lin, four à pain et moulin) ont décidé de mutualiser leurs moyens sur le plan communication pour la prochaine saison.

Les Amis du Moulin, tél. 09 67 24 57 32. – Paris Normandie.fr du 2 octobre 2015.

Les Amis des Moulins de l’Ariège…. dans l’Aude

MIDI-PYRÉNÉES - Ribouisse (Aude)

n55arieg

Les Amis des Moulins de l’Ariège, après leur Assemblée Générale annuelle, se sont retrouvés dans un premier temps à Ribouisse, pour visiter le moulin à vent du Coustou où ils furent accueillis par Pierre Massat et sa fille Nadine. Le propriétaire des lieux, récompensé il y a quelques années par la Fondation du Patrimoine pour la qualité de la restauration, rappela l’historique de cet édifice qui fait la fierté de tout un village à la limite de l’Aude et de l’Ariège. Quelques instants plus tard, c’est Robert Senesse qui conta l’histoire du Moulin de Bessous (près de Mirepoix, en Ariège), lequel attire de nombreux visiteurs, notamment lors de la fête de ce hameau. Les défenseurs des moulins du département, après la visite technique du bief, canal de fuite, restèrent un long moment dans l’usine avant de poser pour notre objectif et assister à un cours technique
dispensé par le propriétaire des lieux, en présence de Patrick Suilhard et Marc Meurisse, qui représentaient la Fédération des Moulins de France, le 2 octobre 2015.

Le Monde des Moulins n°54

Edito

C’est la rentrée !
Nous ne manquons pas, comme tout un chacun en cette période de rentrée scolaire, d'évoquer nos vacances passées et les tâches futures qui nous occuperont jusqu’à l’été prochain. Éternel recommencement qui rythme notre quotidien et motive nos engagements au service des moulins. Pour plusieurs d’entre nous, ce furent des vacances studieuses.
Six membres de la Fédération, parmi les onze Français présents, participaient cet été au Symposium de TIMS à Sibiu, en Roumanie, pour découvrir les moulins de ce pays, dont beaucoup se demandaient, avant le départ, à quoi ils pouvaient bien ressembler. Occasion aussi de rencontrer les amis des moulins du monde entier et apprendre ainsi à collaborer, échanger, parfaire nos connaissances sur les moulins des États-Unis, du Japon, d’Australie, du Canada, et ceux de pays du continent européen dont certains méritent soutien et encouragement, comme l’Ukraine, la Pologne, la Grèce, la Turquie et l’Estonie. La vision universelle des moulins nous renforce dans l’idée que ce patrimoine mérite considération, respect, développement et soutien dans notre propre pays.
Le Bureau de la FDMF n’a pas chômé non plus en cette période estivale, puisqu’il a fallu préparer la rédaction de la Charte des moulins à eau qui sera négociée encore au Ministère fin septembre. Ce travail se fait en collaboration entre les deux fédérations de moulins afin de présenter une position commune devant l’administration et les autres interlocuteurs, dont certains sont assurément peu favorables à l’existence des moulins ! Parallèlement, de nombreux échanges entre plusieurs organisations nationales ont permis d’aboutir à une action commune d’envergure pour demander un moratoire concernant la continuité écologique. Enfin, une action négociée en amont et portée par tous ! Nos voeux sont enfin exaucés mais le travail commence. Une réunion fondatrice s’est ainsi tenue le 27 août à Paris et ARF, FDMF, FFAM, OCE et EAF ont constitué un Comité de Pilotage pour lancer et développer cette action. C’est à chacun maintenant de s’engager sur le terrain.
La rentrée, c’est donc aussi se remettre à l’ouvrage pour réaliser les projets et le programme des actions engagées ou prévues. N’oublions jamais que, pour défendre les moulins, il faut aussi et surtout les promouvoir, comme j’aime à le répéter.
Appuyons-nous sur l’extraordinaire dynamisme créatif des associations et communes qui animent les sites de moulins… à vent. Cette union des deux familles de moulins fait et fera notre force !
Dans cet esprit, rendons les moulins au public en nous engageant plus fortement encore dans les Journées Européennes des Moulins et du Patrimoine Meulier, le troisième week-end de mai 2016. Les Journées du Patrimoine de Pays de juin sont aussi une occasion de nous investir, sans oublier les Journées Européennes du Patrimoine, où cette année encore les moulins eurent une belle visibilité en septembre.
La thématique des moulins producteurs, que nous avons lancée, se révèle une piste pertinente, encourageante et prometteuse : le prochain Forum National des Moulins Producteurs est déjà en préparation sous la houlette de l’Association Départementale de Charente-Maritime, puisqu’il se tiendra dans ce département en 2017. Un grand moment se prépare pour les moulins en 2017 ! Le voyage d’étude de la FDMF est pratiquement bouclé : nos amis de l’Association Périgordine des Moulins ont mis au point un programme alléchant pour l’automne 2016.
Autre rendez-vous excitant : le Congrès 2016 se tiendra dans l’Hérault, à Lamalou-les-Bains. Là encore, une équipe n’a pas lésiné, car tout est presque en place. Les prochains numéros du MDM se construisent aussi avec assiduité et persévérance.
Chers lecteurs, je voudrais vous dire aussi combien je suis fier que, derrière tous ces projets, certains d’entre nous s’investissent à plein temps, bénévolement et de façon désintéressée ! Merci à eux qui ne souhaitent pas que je les cite… Fier bien sûr mais un peu inquiet, tout de même, de réaliser que tout ce travail repose sur quelques bras parfois fragiles. Je souhaite que d’autres nous rejoignent et s’engagent auprès de nous en responsabilité pour servir les moulins… Y avez-vous pensé ?

Alain Eyquem

 

Découvrez les numéros déjà parus...

S'abonner au Monde des Moulins...

Vers la renaissance du Moulin de Brabant

LORRAINE - Brabant-le-Roi (Meuse)

En novembre 2013, un incendie anéantit complètement le Moulin de Brabant-le-Roi, propriété familiale de Géraldine François.
Ce site, acheté par son père en 1968, comprenait un corps d’habitation, un préau et un moulin construit avant la Révolution. “Il a passé tout son temps libre à restaurer le moulin, et le jour où il est tombé malade, le moulin a pris feu. Toute une vie partie en fumée. J’ai encore beaucoup de mal à venir ici. Mais j’ai décidé de le faire reconstruire comme à l’époque”, précise sa fille. “Une association ayant été créée, le moulin va être refait à l’identique avec les mêmes matériaux, colombage en torchis et mur de pierre de Savonnière” explique la présidente de l’association, avec sous le bras, tout l’historique du lieu agrémenté des dessins de son père qui avait dû faire de nombreux travaux pendant ses week-ends.
Vers 1 800, après sa construction, le moulin servait à moudre une pierre très friable qui rentrait dans la fabrication d’engrais. Ensuite, il a été recyclé pour faire de la farine. Plusieurs meuniers se sont succédés. Quand il sera refait, Géraldine François a l'intention d'en faire un lieu de rencontre où l’on pourra faire des expositions, des réunions. À dans un an pour que de nouveau le Moulin de Brabant soit debout. En attendant, Géraldine se bat pour obtenir le permis de construire et se faire rembourser par l’assurance, soutenue par une trentaine de membres de son association.

Est Républicain - d'après un article du 1er Octobre 2015

Le moulin des amours a fait battre les coeurs

NORD-PAS-DE-CALAIS - Achicourt (Pas- de-Calais)

Au cours de la Fête du Moulin d’Achicourt, dans le Pasde-Calais, les coeurs à prendre ont été touchés par trois drôles de cupidons. L’histoire ne dit pas s’ils resteront encore longtemps célibataires. À côté du moulin à vent, toujours très visité lors de la fête, les visiteurs ont apprécié le village des artisans qui accueillait un four à pain, des apiculteurs, des sculptures, des confréries, des objets traditionnels du monde. Toujours sur le thème de l’amour, le public a pu applaudir les prestations du Liberty Band et de l’Harmonie Municipale avec un répertoire spécialement dédié à l’amour. Chaque année, la Fête du Moulin demande à Francesca Lebon et Isabelle Quenehen, ainsi qu’aux nombreux bénévoles, un travail considérable : leur implication des semaines auparavant est un atout majeur. Le moulin était le roi de la fête, nul doute que ce dimanche festif et culturel sera reconduit l’année prochaine pour le plaisir de tous.

La Voix du Nord du 28 septembre 2015.

L’âme du Moulin de La Rouquette

MIDI-PYRÉNÉES - La Rouquette (Aveyron)

Une carcasse en ruine, un toit crevé par les arbres et deux meules recouvertes de décombres, c'était tout ce qui restait du moulin du XVIIe. Nul doute qu'il aurait fini en résidence secondaire, comme la plupart des 14 moulins à roudet de La Rouquette, sans la ténacité d'un fils de meunier et d'un charpentier en retraite… Ainsi naît, en 1987, l'Association Rouergate des Amis du Moulin, avec pour objectif la restauration de ce patrimoine extraordinaire, encore en service en 1945.

n55rouq
Une restauration entamée en 1993. Photo La Dépêche du Midi

Une fois son acquisition faite par la mairie, le chantier débute en mai 1993, porté par Maurice Chalhoub, enseignant à l'école des métiers d'EDF de Saint-Affrique, et ses 24 élèves de 1ère. Après nettoyage et restauration complète des façades, plancher, escalier et charpente, débroussaillage du bief d'arrivée d'eau et relevage de la meule, il appartient à André Viala, charpentier spécialiste des moulins et maire de la commune, de fabriquer un nouveau roudet, entreprise éminemment complexe qui vise à remettre l'ensemble du mécanisme en action. Le moulin retrouve son âme en grande pompe le 1er juillet 1994. Vingt ans plus tard, la nouvelle équipe de l'association lui redonne du lustre en s'attaquant aux joints extérieurs.

La Dépêche du Midi du 25 septembre 2015.

Saint-Grégoire

BRETAGNE - Saint-Grégoire (Ille-et-Vilaine)

À l’occasion de la Journée du Patrimoine, la roue du moulin à eau a été inaugurée à Saint-Grégoire, par le maire Pierre Breteau. L’ouvrage affiche 5,40 m de diamètre extérieur et 1,30 m d’épaisseur, déploie deux fois huit bras, 32 aubes en chêne et pèse trois tonnes.

21 Septembre Ouest France.

Protéger le patrimoine naturel sans détruire les ouvrages.

Demande de moratoire sur l'exécution du classement des rivières au titre de la continuité écologique (art. 214-17 Code de l'environnement)

 

Mouvement déjà soutenu par plusieurs dizaines d’associations et institutions

http://continuite-ecologique.fr/formulaire-moratoire/

 

A lire :

Reprise de la brève AFP du 01/12/2015 sur Libération 

http://www.liberation.fr/futurs/2015/12/04/hydroelectricite-les-proprietaires-de-petits-moulins-prets-a-se-battre_1418257