French Arabic Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hungarian Italian Japanese Lithuanian Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Swedish Turkish Ukrainian

Pays-Bas : des moulins, des tulipes, des oeuvres d'art, et un peu de fromage ... (27 avril au 2 mai 2005)

Proposé dans le n°9 du “Monde des Moulins” paru en juillet 2004, un voyage d'étude aux Pays-Bas a eu lieu du 27 avril au 2 mai 2005, dans le cadre des échanges déjà établis depuis quelques années, entre des amis des moulins du sud-ouest de la France et des membres de “Het Gilde Vrijwillige Molenaars” (littéralement: La Guilde des Meuniers Volontaires mais appelée dans ce qui suit : Association des Meuniers bénévoles).
Ce voyage a été organisé par l'Association Régionale des Amis des Moulins d'Aquitaine et l'Association Départementale des Amis des Moulins de Charente Maritime, en partenariat avec le Département Zuid-Holland de l'Association des Meuniers Bénévoles Néerlandais et avec le concours de Mischa Van Der Plas et Jan Warners. Il a réuni 71 participants venus de diverses régions de France, tous membres de la Fédération Des Moulins de France.
C'est ainsi que le mercredi 27 avril 2005 différents groupes originaires de Carcassonne, Toulouse, Bordeaux, Angoulême sont partis pour la gare Montparnasse alors que d'autres groupes en provenance d'Amiens, Beauvais, Châteauroux et Paris
gagnaient la gare du Nord où était prévu le rassemblement général pour le départ à Rotterdam, en train Thalys. Mais, en raison des embouteillages, le bus de liaison entre les deux gares n'est arrivé qu'après le départ du train, laissant sur le quai les participants venant du sud... Ce rendez-vous manqué nous a donné l'occasion d'apprécier, dès le premier jour du voyage, l'efficacité des organisateurs puisqu'en définitive, les malchanceux sont arrivés, par d'autres trains, avec seulement 1h30 de retard à Rotterdam.
L'hébergement était prévu pour tout le séjour à l'hôtel Olaertsduyn, à Rockanje, près de la côte, à une quarantaine de kilomètres à l'ouest de Rotterdam. Chaque jour, un bus confortable à deux étages conduisait les participants aux différents lieux des visites, pour lesquelles ils étaient le plus souvent répartis en deux groupes, accompagnés par les sympathiques interprètes : Wilhelmina Reinking Jonxis, Mischa Van Der Plas et fort bien accueillis par des membres de l'Association des Meuniers Bénévoles.


Cette association, qui correspond à une initiative particulièrement heureuse de nos amis hollandais, a été présentée aux participants par Petro Van Doorne, l'un de ses responsables, dans le cadre de sa conférence sur les moulins des Pays-Bas, le jeudi soir. Elle a été créée en 1972 avec l'objectif de donner envie à des personnes passionnées par les moulins de consacrer un peu de leur temps pour les faire vivre. Dans ce but, elle organise la formation de meuniers en dispensant un enseignement théorique et pratique. A la fin des cours, qui comportent différents degrés, les apprentis meuniers subissent un examen qui leur confère le titre de meunier bénévole, capable de faire fonctionner un moulin. 10000 apprentis ont déjà passé cet examen!.
L'environnement de ce voyage d'étude était donc particulièrement favorable à des relations chaleureuses et des échanges fructueux.
Le jeudi 28 avril 2005 nous sommes restés dans les alentours de Rotterdam et les premiers moulins que nous avons visités sont les moulins de Kralingen, au nord-ouest dans la banlieue de Rotterdam : les moulins à tabac à priser et à épices “L'Etoile” et
“Le Lys”. Nous avons été tout de suite frappés par la taille de ces moulins, beaucoup plus grands que nos moulins du sud de la France. La forme de leur tour et l'allure de leurs ailes sont également très différentes.

holl1
Les moulins de Kralingen : "L'étoile" et "Le Lys". photo Lajoie-Mazenc


Après cette première visite, nous nous sommes rendus à Delfshaven (ancien Port de Delft sur la Meuse), dans la banlieue sud de Rotterdam. En traversant Rotterdam presque totalement reconstruite après la deuxième guerre mondiale, nous avons aperçu, entre autres, le fameux Erasmusbrug (pont Erasme) ainsi que la tour panoramique Euromast.
A Delfshaven, c'est Wilhelmina qui nous a fait visiter ce quartier, où il reste de nombreuses constructions anciennes caractéristiques, étroites, souvent surmontées du traditionnel pignon en forme de cloche, simple ou double. Pour arriver au moulin à blé
“La Chaudière d'Alambic”, que nous avons visité et qui est situé à l'entrée du canal qui va de la Meuse à Delft, nous avons longé ce canal, où sont amarrés de vieux bateaux à dérives latérales.

En fin de matinée nous avons repris le bus pour Schiedam, petite ville typique jouxtant la banlieue ouest de Rotterdam. Après un déjeuner selon la coutume locale (sandwiches et “croquettes”) au Bistrot & Auberge Hosman Frères, Wilhelmina nous a
fait visiter le centre de Schiedam qui était célèbre dans le monde entier par l'eau-de-vie qu'on y fabriquait : le genièvre, obtenu à partir d'une mouture d'orge et de seigle fermentée à laquelle on ajoutait quelques baies de genièvre. Au milieu du XIXème siècle, on pouvait compter près de 400 distilleries alimentées en mouture par une vingtaine de moulins à vent répartis le long des canaux. De ce passé il subsiste encore beaucoup de bâtiments et entrepôts typiques ainsi que cinq moulins que nous avons aperçus pendant notre balade dans les rues de Schiedam. Nous n'avons visité en détail que celui qui se nomme “Le Nouveau Palmier”, en compagnie de M.Cock Den Uyl, meunier bénévole.

Pour cette deuxième journée, vendredi 29 avril 2005, était programmée une excursion dans les îles du delta, au sud-est de Rotterdam Tout d'abord , nous nous sommes rendus, par un temps un peu brumeux, à Brielle où nous attendait le meunier Jan Senders pour la visite du moulin pivot “Le Cerf Volant”.

A une quinzaine de kilomètres de Brielle se trouve la ville de Hellevoetsluis, petit port sur le bras de mer du Haringvliet. Nous y avons été chaleureusement accueillis à la mairie au cours d'une cérémonie où les personnalités locales et celles de la région Aquitaine ont témoigné de la qualité des liens qui les unissent déjà et ont souhaité les voir se développer.

holl2
Un groupe du voyage devant le moulin "L'Espérance". photo Lajoie-Mazenc


Après ce petit côté officiel, nous nous sommes dirigés vers le moulin à blé "L'Espérance" pour le visiter, accueillis par les meuniers bénévoles Jan Hage et Emmy Middelkoop. Une balade à pieds aux alentours du moulin nous a permis de faire connaissance avec la partie historique du port de Hellevoetsluis où l'on peut notamment visiter la cale de radoub, construite au début du XIXème siècle par l'Inspecteur Général des voies d'eau Jan Blanken.

Vers 13 heures nous avons quitté Hellevoetsluis pour nous rendre à Goedereede en traversant le bras de mer sur le Haringvlietdam. La brume matinale s'était alors dissipée et les champs fumaient sous l'effet du soleil. A Goedereede nous avons été reçus, en raison des contacts déjà établis entre les municipalités françaises et néerlandaises, par un représentant du maire et nous avons déjeuné à l'hôtel “Le Lion d'Or”. Suite à ce déjeuner et après les traditionnels discours et échange de cadeaux, ont débuté, en deux groupes, la visite de la ville et du moulin à blé “Attrape le Vent”.

holl3
Le moulin et le clocher de Goedereede. photo Lajoie-Mazenc


La petite ville de Goedereede possède un grand clocher gothique sans flèche, riche d'un beau carillon, qui a la particularité d'avoir servi de phare et de ne pas être accolé à l'église. Nous avons été particulièrement bien accueillis au moulin à blé “Attrape le Vent” par Win de Vries, instructeur de l'Association des Meuniers Bénévoles, accompagné de son épouse et de son jeune fils. A la fin de la visite, nous avons eu droit à une démonstration instructive de repliement des toiles.

En ce jour de fête traditionnelle de la reine, Samedi 30 avril 2005, c'est vers le nord du pays que nous avons poursuivi notre voyage. Nous avons tout d'abord fait étape dans la ville de Delft pour une promenade en bateau sur les canaux et pour y visiter le moulin “La Rose”.
C'est Hugo Knoock, ingénieur en architecture et archéologue, qui nous a servi de guide pour la visite en bateau de Delf, complétant ainsi de manière heureuse la conférence sur cette même ville, qu'il nous avait présentée la veille au soir à l'hôtel. Entre les eaux sombres des canaux et les ponts aux arches très basses nous avons pu ainsi découvrir, les détails de l'architecture de cette ville.

Des quinze moulins à vent qui existaient à Delft au début du XVIIème siècle, le moulin à blé “La Rose” est le seul qui subsiste. Nous y avons été accueillis par Bart Doom de l'Association pour la Sauvegarde des Moulins aux Pays-Bas, “Le Moulin Hollandais”, créée en 1923 et qui est à l'origine de la conservation de ce moulin.

Toujours en direction du nord, nous avons gagné Leidschendam où nous étions attendus pour la visite du moulin à vent scierie “La Salamandre”, présenté par le meunier bénévole Giel de Graaf dont les propos étaient traduits, en français, par Alan Kluider, lui aussi meunier bénévole qui nous accompagnait pour cette journée et celle du lendemain.

Après cette visite nous avons repris la route puis marqué un arrêt pour le déjeuner à Leiderdorp au restaurant La Ferme des Gâteaux à la Poêle (crêpes), “La Meule de Foin”.

Le voyage vers le nord s'est ensuite poursuivi pour atteindre Hoogmade où nous avons visité l'Entreprise Verbij de construction de moulins. Nous avons été reçus par le propriétaire- directeur actuel Lukas J. Verbij qui, après un rapide tour de l'atelier, nous a présenté un long diaporama sur l'histoire de l'entreprise et sur ses activités actuelles. L'entreprise , qui existe depuis 1868, compte actuellement une vingtaine d'ouvriers plus cinq administratifs. Elle intervient, non seulement aux Pays-Bas mais encore partout dans le monde, pour restaurer ou entretenir d'anciens moulins et assurer également la conception et la construction de nouveaux moulins.
Dans l'atelier nous avons pu voir un petit moulin pivot en construction et surtout nous avons eu la surprise d'y trouver plusieurs parties de l'énorme moulin à vent de Murphy que L. J. Verbij est en train de restaurer pour le Golden Gate Park à San Francisco.

A la suite de cette visite particulièrement instructive, nous avons repris le bus, toujours en direction du nord et vers une destination plus connue sur un plan touristique : le célèbre parc Keukenhof. Situé dans la région où sont traditionnellement cultivées les fleurs à bulbe, ce parc était en fait au départ (1949) une exposition florale permettant aux cultivateurs de présenter leur production aux clients.

holl4
Dans le parc de Keukenhof. photo Lajoie-Mazenc


L'exposition a connu un succès grandissant et elle est devenue un lieu de tourisme connu dans le monde entier. Le parc, où l'on peut admirer les plus belles variétés de fleurs dans des massifs autour de petits canaux et de pièces d'eau, couvre 32 ha. Les amateurs peuvent s'instruire en visitant les nombreuses serres et expositions. A l'extrémité du parc se dresse un moulin à vent à galerie d'où l'on peut découvrir le contraste entre les cultures géométriques des champs avoisinants et les plantations aux formes irrégulières et artistiques du parc.

Pour ce dimanche 1er mai 2005, nous avons changé de paysage puisque nous sommes allés complètement à l'est du pays, dans la région de la Veluwe, où les collines peuvent atteindre 60 mètres.
Notre première visite, après deux heures de route, a été pour le Kröller – Müller Museum à Otterlo au nordouest de Arnhem dans le Nationaal Park De Hoge Veluwe. Ce musée, situé dans un site reposant, sous les hautes futaies de hêtres et de chênes, a été inauguré en 1938 et doit son nom à sa fondatrice qui en a formé les principales collections : plus de 1300 tableaux, pour la plupart modernes et plusieurs milliers de dessins. Van Gogh y est bien sûr représenté par une centaine de toiles de toutes ses époques et on peut aussi y admirer les oeuvres maîtresses des principaux grands noms de la peinture hollandaise et française : Corot, Millet, Cézanne, Seurat, Picasso, Léger, Gauguin, Renoir, etc...
Accessible depuis le musée, le Jardin des Sculptures présente, dispersées sous les ombrages, une vingtaine d'oeuvres d'artistes contemporains comme Bourdelle et Dubuffet, par exemple. La découverte de ces oeuvres, parfois surprenantes, aux détours de la promenade dans le jardin est un vrai jeu.

Après cette matinée, passée très vite et en toute liberté dans cet agréable cadre, nous avons repris le bus pour nous rendre au Openlutchmuseum (musée de plein air) à quelques kilomètres au nord-ouest de Arnhem.
Ce musée, qui se trouve dans un parc de 44 ha vallonné et boisé, évoque l'architecture et la vie d'antan grâce à la transplantation ou la reconstruction à l'identique de très nombreuses fermes, maisons, ateliers et moulins. L'idée est née en 1912 grâce à une association pour la sauvegarde du patrimoine. Il a été ouvert au public en 1918, a failli être fermé en en 1987 et est actuellement géré par une fondation privée. Dès notre arrivée, nous avons déjeuné dans un restaurant à l'intérieur du musée (La Ferme du Château), puis la visite s'est organisée sur place, toujours pilotée par les dévoués meuniers bénévoles, Alan Kuiper et Kees Poppeliers.
Il était, bien sûr, impossible de visiter l'ensemble du musée dans l'après midi, une journée entière n'y suffisant pas, et même simplement de voir tous les moulins. En effet il en existe une douzaine, de toutes sortes et de toutes origines, répartis dans le parc. Pour notre part, nous avons pu en visiter cinq très différents, allant du moulin à vent scierie (photo de couverture) au moulin à papier actionné par l'eau, en passant par le moulin à huile à traction animale.

holl5
Moulin à galerie et moulin girouette de prairie au Musée de Plein Air. photo Lajoie-Mazenc


Nous avons passé cette dernière demijournée du lundi 2 mai 2005 à Vlist, à quelques kilomètres au sud-est de Gouda pour y voir notre dernier moulin et aussi, bien évidemment, goûter, sur place au fameux fromage. C'est la région des herbages où se
pratique l'élevage laitier intensif. Les fermes y sont nombreuses au milieu des prairies bordées des canaux de drainage.
Le moulin à vent de drainage à pivot creux "Le Bachtenaar" a été acquis par les propriétaires actuels, Herman et Esther Oskam, pour 1 florin symbolique à condition de le restaurer et de le faire fonctionner. C'est ce qu'ils ont joliment fait moyennant cinq années de dur labeur !.

holl6
Moulin de drainage "Le Bachtenaar" à Vlist. photo Lajoie-Mazenc


“Koop hier uw boerenkaas” (achetez ici votre fromage fermier).
C'est l'inscription que l'on peut lire à l'entrée de la ferme de la famille Van Diemen que nous avons visitée à Vlist. Nous y avons été tout d'abord accueillis, avec café, gâteaux et dégustation de fromages, dans une salle où se réunit le Ijsclub (club des patineurs à glace) de Vlist. Nous avons ensuite suivi Mr Van Diemen, accompagné de Wilhelmina pour la traduction, au travers de la fromagerie de la ferme. Il ne nous restait plus alors qu'à choisir le morceau de fromage que nous allions acheter à la ferme et à retrouver le bus pour regagner la gare de Rotterdam.
Le voyage de retour vers la France s'est effectué sans problème particulier et les participants ont retrouvé leurs régions avec pour tous, sans aucun doute, la satisfaction d'avoir fait un beau voyage. Bravo et un grand merci aux organisateurs : Dominique et Eric Charpentier, Danielle et Daniel Mazouin !. Ils ont su trouver et mettre en place des conditions privilégiées pour ce séjour tant en ce qui concernait les sites visités que les personnes rencontrées : nous avons passé d'agréables moments et nous avons beaucoup appris.

C'était une belle occasion de découvrir ou de revoir ce pays qui a pensé, bien avant nous en France, à préserver son patrimoine et qui le fait magnifiquement. Les contacts et échanges entre les passionnés de moulins de nos deux pays ne peuvent qu'être enrichissants pour la communauté.

Claudine et Michel LAJOIE-MAZENC - Article paru dans le Monde des Moulins - N°14 - octobre 2005