French Arabic Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hungarian Italian Japanese Lithuanian Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Swedish Turkish Ukrainian
Le ministre d'état François de Rugy, en réponse à la députée Marie-Noëlle Battistel, au cours de la séance publique du 2 avril 2019 à l'Assemblée Nationale, a déclaré :
"Nous sommes de fervents défenseurs de l'hydroélectricité, par le fait que l'hydroélectricité est une part importante de la production en France (environ 12% de l'électricité), le fait que c'est une énergie renouvelable, non polluante - une fois que les vallées ont été nettoyées tout de même, mais cela, ça a été fait - donc cette énergie nous devons l'utiliser au mieux. Je précise que je parle là de l'hydroélectricité produite par les barrages, non de celle qui consiste à bloquer des rivières en empêchant la pêche.»
Cette réponse nous parait totalement en contradiction avec l’esprit des travaux du Groupe de Travail auquel nous avons participé, avec les autres Fédérations au sein du Comité National de l’Eau, pour la mise en place d’une politique apaisée (?) de la restauration de la continuité écologique.