French Arabic Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hungarian Italian Japanese Lithuanian Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Swedish Turkish Ukrainian

Comment cela se passe sur le terrain... pour tendre vers la continuité écologique et éviter une catastrophe ?

Sur le terrain, comment cela se passe pour tendre vers la continuité écologique et éviter une catastrophe écologique ?
En Aveyron par exemple, selon le rapport de Jean-Louis Zerr, président de l’Association Rouergate des Amis des Moulins (ARAM), le projet du classement a été gérée de la façon suivante :
Une personne, au sein de l’Association Rouergate des Amis des Moulins, avait été chargée d’être correspondant juridique. Elle-même avait été confrontée à des problèmes de droit d’eau, de chaussée menacée par un aménagement de prélèvement d’eau potable.
Nous lui avons proposé de participer au stage juridique de la Fédération Des Moulins de France. Ce qu’il a fait.
Une réunion de concertation pour le classement des rivières a eu lieu le 22 octobre 2010 avec indication d’un site sur les projets et la possibilité de donner un avis (site diffi cilement accessible).
Un groupe de travail de l’association s’est réuni pour formuler la position de l’ ARAM.
Le délai de réponse à la concertation étant très court, au cours de la réunion, nous avions mentionné ce délai trop court ainsi que la diffi culté d’accès au site.
Un courriel adressé au responsable classement de la DDT mentionnait ces diffi cultés.
Une lettre au préfet avec accusé réception lui signalait ces anomalies discriminatoires. Le délai de rigueur a été prolongé de quelques semaines jusqu’au 10 décembre 2010.
Le groupe de travail de l’ARAM décida d’avertir les adhérents par courrier pour leur demander de vérifier les informations concernant leur moulin avec une assistance de l’association pour ceux qui rencontraient des difficultés.
Une autre réunion dite de restitution était prévue le 16 décembre à laquelle nous avons été conviés. Sans résultats car aucune proposition n’a été retenue.
La DDT transmet le dossier aux politiques ( Conseil général ).

aime

Une deuxième action fut lancée avec une lettre aux élus pour les alerter des problèmes qu’allait entraîner ce classement et leur donner le point de vue de l’ARAM (ce qui permit une meilleure visibilité de l’association ) Nous avons encouragé les adhérents à prendre contact avec leurs élus. Il y a eu plusieurs réponses dont celle d’une députée qui a posé la question de la continuité écologique et de la problématique des moulins à la ministre de l’environnement .
Des articles de presse ont été initiés suite aux activités de l’ARAM (huile de noix).
Nous avons également profi té des élections cantonales pour faire une opération cartes postales « j’aime » pour sensibiliser les candidats au problème de la continuité écologique et des moulins.
Ces actions ont contribué à sensibiliser pas mal de personnes et à créer une meilleure visibilité de l’association ARAM qui a été conviée aux instances de gestion de l’eau : contrat de rivière, parc naturel, CLE ….. C’est dans ces instances que doit se poursuivre notre action de sauvegarde.

Jean-Louis Zerr - Article paru dans le Monde des Moulins - N°37 - juillet 2011