French Arabic Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hungarian Italian Japanese Lithuanian Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Swedish Turkish Ukrainian

Rochefort (Charente-Maritime) - Des moulins au service d'un arsenal

Aujourd'hui, tout le monde connaît Rochefort en raison de l'extraordinaire aventure de la construction de l'Hermione, réplique de la frégate de La Fayette, et de son voyage aux États-Unis en 2015. Mais ce n'est là qu'une manière de valoriser l'héritage de ce qui est à l'origine de la ville de Rochefort, l'arsenal de la marine royale du Ponant, créé en 1666, sous Louis XIV.
Les travaux commencent en 1666 et vers 1700, l'arsenal est pratiquement complet, avec sa corderie, ses magasins et sa fonderie de canons. Un grand port est né où transitent les eaux-de-vie, le fer, le charbon, les denrées coloniales, entre autres, et malgré la rivalité de La Rochelle. Mais l'activité principale est liée à l'arsenal. Il n'est pas question ici d'en refaire l'histoire qui a déjà fait l'objet de nombreuses études, mais bien plutôt de replacer Rochefort au débouché d'une vaste région, celle du bassin de la Charente d'abord, mais aussi des « pays » alentour qui, longtemps, travaillèrent pour ce port éloigné et commandaient son existence même. Les besoins de l'arsenal avaient été soigneusement étudiés par Colbert du Terron et ses équipes, n'en doutons pas. Rochefort n'est pas sans arrière-pays. On doit y trouver le bois nécessaire à la construction des navires, si possible aussi du fer et des canons, avec la poudre indispensable et le chanvre pour les cordages, sans compter les moyens de subsistance indispensables aux équipages et aux ouvriers d'une ville qui comptait au moins vingt mille âmes au XVIIe siècle (ce qui en faisait une grande ville).
Sachant cela, il paraît dès lors intéressant de savoir quelle fut la part de la seule machine connue alors pour aider les hommes à fabriquer nombre des produits nécessaires, je veux parler des moulins.
Le premier problème à prendre en considération est, sans doute, la capacité à nourrir la population de l'arsenal, y compris les équipages en partance, et en tenant compte des vivres compris dans l'armement des navires. Les farines de blé constituaient certainement la part essentielle de cet approvisionnement. Quelles étaient alors les possibilités de mouture offertes à Rochefort et dans l'arrière pays ?
Sur place, la ville possède ses moulins à vent. Selon Jacques Duguet, à la fin du XVIIe siècle, le marchand Michel Corlieu possédait plusieurs moulins à vent dans le faubourg de Rochefort. Sur le plan de Masse de 1719, les moulins de Corlieu sont mentionnés, au nombre de dix. Ce sont ces dix moulins qui seraient à l'origine de la rue dite des « Dix Moulins ». Robert Fontaine, de son côté, note le « Moulin du Bois » et le « fief du moulin » dans des minutes de notaires. Enfin, le « Moulin de la Prée » est connu aussi et figure sur le plan napoléonien de 1875. Il n'est pas fait mention de moulins à eau à proximité de la ville, mais on connaît l'existence des nombreux « moulins de mer », notamment dans le marais côtier. « Le Moulin des Loges », restauré, témoigne de leur existence à Saint-Just-Luzac). Tout cela est bien insuffisant pour satisfaire les besoins de la marine royale et il faut compter sur les moulins installés sur le fleuve Charente. La carte de Cassini, au XVIIIe siècle, dénombre 720 ouvrages dans ce périmètre. Certes, quelques-uns travaillent pour Rochefort sans doute, mais ils ont déjà fort à faire pour subvenir aux besoins de proximité. D'ailleurs, les nécessités sont telles que, en 1790, le marchand Joseph-Jérémie Tribert1, de Poitiers, écrit dans une demande présentée à l'Assemblée Nationale pour se faire payer ce que lui doit l'État « ...je suis forcé de renoncer à ma patrie, à mon commerce, d'abandonner ma maison, deux corps de moulins économiques, que j'ai fait bâtir à cinq étages, à grands frais, ayant chacun deux roues qui étaient en activité, avec lesquels je fabriquois des farines pour l'hôpital royal de la marine, les vivres du port de Rochefort... ». Colbert avait sans doute compris très vite le caractère aléatoire de cet approvisionnement.
C'est pourquoi il fait acheter, sur la paroisse de Chaniers, les vieux moulins de La Baine (Photo 1), sur la Charente, qui existaient comme moulins à foulons dès le XIe siècle (selon Anne-Marie Bautier)2. Devenus moulins royaux, ils sont réaménagés au XVIIe siècle, avec 6 passages d'eau et 5 roues, et affectés à l'approvisionnement de Rochefort en farines. Il faut en effet absolument assurer la confection des biscuits pour les équipages et nourrir la ville (il existait un établissement pour fabriquer les biscuits à Rochefort).

0917 arsenal1
Photo 1 : Le moulin royal de la Baine - photo A. Floriant


L'un des trois plus grands arsenaux du roi, qui au cours du XVIIe siècle devait mettre en chantier 91 navires (entre 1671 et 1703) et 193 au XVIIIe siècle, avait besoin d'armer ses vaisseaux, ses frégates et ses corvettes d'abord, mais aussi ses flûtes, ses brûlots ou ses galères en y installant nombre de canons. Entre 1670 et 1800, c'est plus de 3200 pièces dont l'arsenal aura besoin. Il faut aussi y ajouter tous les canons qui transitent à Rochefort avant d'être redistribués dans les autres arsenaux. Pour ce faire, il faut du bronze, du fer et des moulins à eau. Le cuivre et l'étain pour le bronze des canons les plus prestigieux, fabriqués dans la fonderie de Rochefort, proviennent de contrées éloignées, voire de l'étranger. Il n'en est pas de même pour le fer, produit par les multiples forges (Photo 2) du bassin de la Haute-Charente et de la Dordogne. Pour obtenir du fer, il faut du minerai, du bois (ou du charbon) et de l'eau courante, car l'air pour attiser le feu des fourneaux est fourni par des soufflets (Photo 3) mus par les roues de moulins. Auparavant, il a fallu préparer le minerai, et, pour briser les morceaux de roche trop gros, utiliser le « bocard » (Photo 4).

0917 arsenal9
Photo 2 : Forge de Forgeneuve à Javerlhac-la-Chapelle-St-Robert (24300) - photo  A. Floriant

0917 arsenal8
Photo 3 : Type de soufflets de forge hydrauliques - Schéma in "Autour d'Ecuras"-Journal d'Histoire locale, monuments, folklore n°6 - avril 1991 - Mme Fils Dumas-Delage

0917 arsenal3
Photo 4 : Bocard de la forge  de Savignac-Ledrier - photo A. Floriant

 

Avec sa roue à aubes, son arbre à cames (Photo 5) et ses pilons, il épargne aux hommes le travail à la main. Puis il faut nettoyer le minerai en le débarrassant de sa gangue terreuse dans le « patouillet » (Photo 6) qui agite les roches dans l'eau grâce à son arbre auquel sont fixés des barreaux de fer, et qui est mû aussi par l'énergie hydraulique.

0917 arsenal2

Photo 5 : Martinet de forge - photo de modele reduit de "moulin-monsite" - photo A. Floriant

0917 arsenal7
Photo 6 : Un patouillet - planche de l'Encyclopédie de Diderot

 

Ainsi donc, l'arsenal de Rochefort peut compter sur les multiples forges du Périgord, du Limousin et de l'Angoumois (Photo 7).

0917 arsenal4
Photo 7 : Forge de Savignac-Ledrier - photo A. Floriant

 

Pendant longtemps, les canons étaient coulés dans un moule, présentant un noyau cylindrique du diamètre du boulet. La grande amélioration due à un fondeur strasbourgeois, Maritz3, fut l'invention des foreries horizontales. La pièce, coulée pleine, est ensuite forée, ce qui lui garantit une âme lisse favorisant l'efficacité de l'arme. Or, il faut faire tourner les appareils d'alésage. La forerie, installée à Rochefort, fonctionnait avec la force animale, en l'occurrence celle des chevaux. Peut-on parler de moulin à sang ? Sans doute. Mais la force hydraulique avait de sérieux atouts et fut employée dans le bassin de la Charente, notamment dans la fonderie de Ruelle. Ce sont donc des centaines de moulins-forges qui se mettent au service de Rochefort. Forges mais aussi fonderies, car les besoins en canons sont énormes. Plus encore que des « routes du fer » vers l'arsenal, ce sont des « routes des canons » qui se mettent en place, au gré des saisons, de la météo et des besoins souvent commandés par la guerre, avec leurs convois terrestres de lourds fardiers tirés par des bœufs, des chevaux et des mulets. Conduits vers la rivière à grand peine, vers le port de l'Houmeau à Angoulême ou celui du Moustiers sur la Vézère, par exemple, c'est sur les gabares que les canons sont conduits à Rochefort par la Charente et la Dordogne, la Gironde et l'océan. Ce sont sans doute plus de 150 forges et fonderies qui approvisionnent ce trafic.
Une forge connut un sort particulier, c'est celle de Ruelle (Photo 8), sur la Touvre.

0917 arsenal5
Photo 8 : Fonderie de Ruelle - Carte postale lib. Barraud, Angoulême

Le marquis de Montalembert4, propriétaire de Forge-Neuve, sur le Bandiat, achète, en 1750, un moulin à papier à Ruelle, qu'il transforme en forge-fonderie pour fabriquer des canons. Il réussit plutôt médiocrement. En 1754, le secrétaire d'état à la Marine, Machault d'Arnouville, fait acheter Ruelle et confie l'établissement au Suisse Maritz. L'endroit est magnifiquement situé, car au XVIIIe siècle, on coule les canons pleins, et les foreries ont besoin d'une force motrice considérable que la Touvre est capable de fournir. Maritz installe donc huit foreries, avec huit roues à aubes sur la rivière. Ruelle est capable de travailler toute l'année, à la différence des autres forges tributaires de cours d'eau capricieux et d'une main-d’œuvre saisonnière. De plus, Ruelle bénéficie de la proximité de la forêt de la Braconne. En 1782, elle et son annexe de Forge-Neuve sont érigées en fonderies et manufactures royales avec privilèges. Bientôt, les autres forges subsistantes abandonneront le forage des canons et se contenteront de fournir le métal dont on a besoin à la fonderie royale. Les routes des canons seront en partie abandonnées.
Colbert, avec la création de l'arsenal de Rochefort, est sans nul doute à l'origine d'un renouveau de la métallurgie en Angoumois, Périgord et Limousin et un nouvel essor pour les moulins. Nos amis périgourdins, passés maîtres depuis longtemps dans l'art de valoriser leur patrimoine, ont créé des associations pour faire revivre l'activité de ces moulins. Notons, entre autres, le « Cercle de Recherche des Fonderies du Pays d'Ans et de la route des canons » (Photo 9), créé en 1996, qui a réactivé l'itinéraire partant de la forge d'Ans jusqu'à l'embarcadère du Moustier (à Peyzac-Le-Moustier) et l'Association « La route des canons et des tonneaux », fondée en 2002, pour la route de Nontron à Rochefort par la vallée du Bandiat et de la Charente.

0917 arsenal6
Photo 9 : Carte de la Charente - A. Floriant


Fabriquer des canons et des boulets pour les vaisseaux et les frégates du roi était primordial, mais il fallait aussi la poudre pour les rendre opérationnels. C'est à ce stade qu'entraient en action les « moulins à poudre », essentiellement ceux de Saint-Jean-d'Angély, sur la Boutonne, au faubourg de Taillebourg (les derniers en aval sur la rivière pour des raisons de sécurité). C'est en 1636 que fut construit le premier moulin à poudre (Photo 10) à la place d'un « moulin à écorce » (moulin à tan), avec une seule roue à aubes.

0917 arsenal11
Photo 10 : Moulin à meules roulantes pour la poudre noire - Encyclopédie Diderot

Au XVIIIe siècle, il y avait trois roues, et la poudrerie, une des plus importantes de France, était liée par contrat avec l'arsenal de la marine à Rochefort. La poudre de guerre se composait d'un mélange de salpêtre, de charbon et de soufre (75% - 12,5% - 12,5%). C'est le charbon qui conditionnait la qualité et, pour cela, on utilisait le bois de peuplier, d'aulne ou de tilleul, distillé à 3500°C. Broyer le mélange soufre-charbon s'effectuait grâce aux pilons mis en mouvement par les roues hydrauliques. L'adjonction de salpêtre ne se faisait qu'à la fin de l'opération et en présence d'eau, par mesure de sécurité. Les manipulations étaient à haut risque et la moindre erreur pouvait tourner à la catastrophe car l'action des pilons pouvait créer une inflammation et une explosion. Le premier accident connu remonte au 4 frimaire an III (24 novembre1794). Le dernier des moulins sur la rivière, le « Sans Culotte » (ancien « St-Jean ») est détruit. Le 27 janvier 1812, le Moulin
« St-Jean » est à nouveau réduit à l'état de ruine, mais le pire advient le 25 mai 1818. Le faubourg de Taillebourg (Photo 11) est alors très peuplé. Il y aura plusieurs morts, tout le quartier est sinistré et l'explosion sera entendue à des kilomètres.

0917 arsenal10
Photo 11 : Moulin à poudre de St-Jean-d'Angély , faubourg Taillebourg - photo Bernard Maingot

L'émoi est tel dans la ville que, après quelques hésitations, on décide, grâce à l'intervention du duc d'Angoulême (le fils de Charles X), de déplacer la poudrerie à Angoulême, non loin de la fonderie de Ruelle (ordonnance royale du 22 septembre 1819). Dès 1826, la nouvelle poudrerie fabriquait de la poudre noire avec quinze moulins à pilons. Les moulins de St-Jean-d'Angély, rétablis, se consacrèrent à la mouture du grain, en toute sérénité.
S'il est un bâtiment emblématique de l'arsenal de Rochefort, c'est bien la corderie royale. La plus belle et la plus grande corderie du royaume était le premier fournisseur de cordages pour la marine. Construite dès le début de la création de la ville, en 1666, elle était opérationnelle en 1668. Pour son approvisionnement en chanvre, Rochefort avait recours à la Guyenne et à l'Auvergne essentiellement, même si l'on avait mis en culture les friches de la région. Les besoins s'évaluaient en milliers de quintaux et, régulièrement, la corderie connaissait des pénuries de matière première. Aussi le chanvre provenait-il également de l'étranger, en particulier de Riga et de Saint-Petersbourg5. Sachant que les « moulins à chanvre » pouvaient consister en « mailleries » pour marteler les tiges fibreuses et séparer la « chenevotte » de la filasse, mais aussi en broyeurs qui, à l'aide de meules, écrasaient les fibres pour les assouplir, on peut supposer que de lointaines « usines », avec leurs roues hydrauliques, travaillaient pour l'arsenal, peut-être même sans le savoir.
L'histoire ne serait pas complète si l'on n'évoquait pas les deux moulins en bois du
XIXe siècle, de type hollandais, imaginés par l'ingénieur Hubert et érigés au bord de la Charente à Rochefort. Le moulin à draguer la Charente, notamment à hauteur des avant-formes, plus encore que le moulin-scierie, était d'une grande originalité et sans doute unique en France et au-delà. Quant à scier le bois pour les navires, le problème était récurrent depuis longtemps. En témoigne le projet du sieur Macar6 qui, sous le règne de Louis XV, propose de construire près de l'arsenal, entre autres lieux, des moulins à marée pour scier le bois, tels qu'il en existait aux Pays-Bas.
Dès le XIXe siècle, avec l'apparition de la machine à vapeur dans tous les secteurs de l'industrie, l'aventure des moulins arrivait à sa fin. Les navires cessèrent bientôt de remonter la Charente et le port de Rochefort s'endormit peu à peu, mais tous les amoureux des moulins ne peuvent oublier cette histoire. Le projet de reconstruction du moulin de M. Hubert, lancé par la nouvelle association : « Moulin de l'Arsenal de Rochefort » créée en octobre 2016, soutenue par l'ADAM17 et la FDMF, relance l'intérêt pour les moulins. On ne peut que s'en réjouir.

Alain Floriant
Vice-président ADAM17


1 « Précis des demandes du sieur Joseph-Jérémie Tribert, négociant à Poitiers», présenté à l'Assemblée Nationale en 1791. Gallica.
2 « Château, ville et pouvoir au M.A. » - La Baine. A. M. Flambard Héricher, J. le Maho. éd. Du CRAHM, Caen.
3 Maritz Jean : membre d'une célèbre famille de fondeurs suisses. En 1750, il dirige les fonderies de Strasbourg, Lyon et Douai. Inventeur de la machine à forer les canons qu'il installa à Rochefort et à Ruelle, il fut nommé Inspecteur Général des Fontes de la Marine et demeura jusqu'en 1760 à Ruelle.
4 Montalembert Marie, René, marquis de : d'une famille noble de l'Angoumois, officier et ingénieur, il créa la fonderie de Ruelle qui devint manufacture royale.
5 « Observations sur divers moyens de soutenir et d'encourager l'Agriculture principalement dans la Guyenne. » 1756.
« Gazette du commerce de l'agriculture et des finances. Année 1766 » Paris. 1763.
6 « Projet de moulins à marée pour La Rochelle et Rochefort » (milieu du XVIIIe s.) proposé par M. de Savignac d'après arch. Nat. Q1-123 in : Archives Historiques de la Saintonge et de l'Aunis – vol LXVII – Saintes, 2017.
Pour le Moulin de l’Arsenal de Rochefort : cf aussi le Monde des Moulins n°59 (p7) - n°60 (Couverture) – n° 61 (p17)

Paru dans Le Monde des Moulins n°62 - Octobre 2017