French Arabic Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hungarian Italian Japanese Lithuanian Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Swedish Turkish Ukrainian

Belgique : Fanny reprend le Moulin d’Odeigne

Sébastien Lépine devrait faire dans la communication tant il a su faire venir la meunière du Moulin d’Odeigne (Belgique) en Ariège. « Viens passer quelques jours de vacances au Carla de Roquefort, il y a un moulin à eau. » C’est ainsi que Fanny Dumont s’est retrouvée au Moulin de Neylis, où elle conta son histoire aux propriétaires.

14-1

Fanny Dumont - Photo DR.

Depuis quelques semaines, elle a pris la suite d’Odon et Ghislaine Dethise, partis à la retraite. Pour pouvoir faire tourner le moulin, la nouvelle meunière, avec le boulanger du village et deux autres personnes, ont créé une fondation privée « la Ferme artistique ». Elle permet l’acquisition des terres, du moulin, des outils de meunerie, du hangar, ainsi que des étables, mais surtout garantit la pérennité de l’usine en la mettant à l’abri de la spéculation, en imposant la continuité de la mouture de la farine par la force de l’eau dans le respect de la règlementation.

Pour reprendre le Moulin d’Odeigne, à Manhay, qui moud sur ses meules de pierre depuis plus de 500 ans (il a été créé en 1600), Fanny Dumont a bénéficié du savoir-faire de l’ancien meunier, qui lui a appris le métier de A à Z. « Il était meunier et il fonctionne à l’ancienne, avec le secret du savoir-faire » dit-elle, avant d’ajouter « qu’il était d’accord pour lui apprendre ce métier. »

Fanny, originaire de Bruxelles, a quitté la ferme bio où elle travaillait, pour s’installer au moulin où elle aura pour voisin le boulanger, qui envisage de s’installer dans les anciennes étables pour y transformer la farine issue de céréales anciennes en pain.

Les fondateurs de la « Ferme artistique » veulent perpétuer le savoir-faire artisanal de meunerie, développer une filière locale de céréales du grain au pain, accueillir toute forme de vie culturelle en s’ouvrant à l’art et rester en accord avec la vie locale. Tout un programme qu’ils présenteront sûrement lors du mois de Mai des Moulins… à moins que Fanny ne revienne en Ariège, en terre d’Occitanie, conter sa belle histoire à d’autres passionnés de moulins.

Patrick Suilhard
Paru dans le Monde des Moulins n°58 - Octobre 2016