French Arabic Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hungarian Italian Japanese Lithuanian Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Swedish Turkish Ukrainian

Espagne : Les meulières de l’île de Minorque, trente neuf sites industriels d’époque andalouse (X-XIIème siècle)

minorq1
Localisation des meulières de l’Île de Minorque

J.Mascaró Pasarius (1967) a décrit pour la première fois les roues de moulin aux îles Baléares, de la meulière de Punta de Sa Dent (Lluchmajor, Majorque) et ce même auteur, en 1992, a relaté l’existence de 9 carrières
de pierres rondes à Minorque, mais a changé son interprétation d’origine. Il a pensé qu’il ne s’agissait pas de meules mais de pierres rondes pour boucher les silos souterrains.
Effectivement la régularité du diamètre, les marques pour y mettre une manivelle et aussi les volumes d’extraction observés, ne permettent pas d‘assurer que la fi nalité principale de ces pierres ait été de boucher les silos bien qu’elles aient pu en avoir l’usage éventuel.
La datation des meulières a été aussi un problème : jusqu’à l’an 2000, on n’avait trouvé aucun reste de céramique ou de métaux aux environs des premières carrières décrites par J. Mascaró Pasarius. Ce chercheur a publié que ce sont des « monuments historiques ». D’autres auteurs se sont bornés à indiquer que ce sont « des carrières antiques ».

Les prospections faites entre 1997 et 2003 par l’équipe de chercheurs dirigée par Miquel Barceló et Félix Retamero, de l’Université Autonome de Barcelone, dans les zones d’habitation des paysans de l’époque andalouse
(du X au XIIIème siècles) de l’île de Minorque, ont révélé la présence de morceaux de meules. Ces sites, qui avaient été occupés à d’autres périodes, ne permettaient pas de déterminer l’âge de ces meules. Par ailleurs, l’existence de carrières où on trouve des marques d’extraction de pierres de la même composition et grandeur que celles des sites islamiques, a suscité une recherche pour déterminer si l’industrie des meules était locale.
Nous avons commencé la prospection des sites et fait un premier inventaire de 13 meulières et l’étude de 20 morceaux de meules trouvés, avec une lithologie similaire aux morceaux de meules trouvés par F. Retamero (2001). La présence de céramique andalouse dans 3 de ces meulières pourrait indiquer que les meulières datent de l’époque andalouse. La localisation d’un site islamique, avec des morceaux de meules (Sant Joan Gran, Ferreries, Minorque), qui ne présente que de la céramique andalouse, semblait confi rmer ces affi rmations. En analysant meulières et meules, on a établi les premières corrélations entre elles (2005). Dixhuit nouveaux lieux d’extraction ont été décrits ainsi que les compositions, les lithotypes et les niveaux d’exploitation des meulières (2006). Par la suite, on a trouvé 8 nouvelles meulières à l’île de Minorque d’où cette communication.
La première remarque sur les meulières de Minorque, c’est leur localisation : elles sont toutes situées au bord de la mer. On suppose que le transport des meules se faisait par mer. Quelques meulières ont un endroit pour l’approche des petits bateaux et la charge des meules. D’autre part, l’emplacement de la meulière à côté de la mer peut s’expliquer parce que les materiaux où on exploite la meulière sont mieux sédimentés et mieux consolidés que ceux de l’intérieur de l’île. La plupart des meules sont taillées dans des grès. Or, au bord de la mer, les sables qui sont à l’origine des grès actuels, sont lavés, sédimentés et très bien cimentés, ce qui donne une roche dure, stable qui peut être facilement taillée.

minorq2

Sites d’embarcation des meules à Punta de Sa Miloca - Corral Fals. Photo J. Sanchez Navarro


L’apport d’eau avec des sels marins aux  sables en train de se consolider dans un milieu aérien a permis un échange d’ions Ca++ ; Na+ ; Mg++, une légère solution des grains calcaires et une recristallisation aux interstices. L’étude des lames fi nes de roche des meulières a montré que ces roches ont pu avoir jusqu’à 5 phases de sédimentation, ce qui nous rapproche de l’histoire érosion/sédimentation des matériaux. Il faut dire que tous les grès des meulières de Minorque sont des « grès coquilliers » avec une proportion variable de grains siliceux qui peut être liée à la proximité de roches siliceuses aux alentours. La description de chacune des meulières est visible sur http://meuliere.ish-lyon.cnrs.fr/ (chercher « Atlas des meulières européennes », puis cliquer sur « Europe », « Spain », « Illes Balears », et choisir la meulière pour avoir les details, les images, etc.)

MEULIÈRES EN DÉPÔTS ÉOLIENS

Les meulières suivantes sont des dépôts éoliens d’âge quaternaire, produits entre les glaciations RISS – WÜRM. Ce sont de petits dépôts (de 5 m jusqu’à 200 m de longueur) qui fossilisent les paléoreliefs d’âge quaternaire de la côte minorquine. Elles ont toutes des caractéristiques similaires : les roches exploitées sont des grès coquilliers avec une proportion variable de grains calcaires (de 60 à 92% selon le lieu) et siliceux (de 8 à 40%) de moins d’1 mm de diamètre. Les grains sont très bien agglomérés, arrondis, partiellement récristallisés, sans matrice calcaire ou argileuse, et le ciment est toujours calcaire. On trouve, ainsi, de petits morceaux de pierre intercalés à la base des zones de dépôt.
Les grains calcaires sont d’origine biologique : petits morceaux de coraux, foraminifères, et autres produits d’érosion des roches calcaires. Les grains siliceux sont toujours produits par l’érosion des sédiments du Trias inférieur (Buntsandstein), très fréquents au Nord de Minorque, mais les dunes avec une proportion plus forte de quartz sont celles qu’on trouve aux environs de Cala Trebalúger, au Sud de Minorque, suite au transport fl uvial des glaciers quaternaires. Le modèle sédimentaire est celui de la formation des dunes de sable et l’inclinaison visible est d’environ 20º. Cela fait que certaines exploitations suivent ces lignes de discontinuité de stratifi cation pour y adapter leurs travaux d’extraction des meules. La plus importante de ces meulières, qui peut nous servir de modèle de description, est : Punta de Sa Miloca - Es Corral Fals. Le site se trouve à la Punta de Sa Miloca entre Trebalúger et Cala Fustam, dans la commune des Migjorn Gran.
Lat/long/alt: (N 39º55’38’’ - E 3º59’40’’ E - 5m).
Fiche de l’Atlas des Meulières européennes : 315.
C’est l’exploitation la plus importante de l’ÎIe de Minorque. Le site est composé de trois zones d’extraction: celle de l’Ouest, de 85 m de longueur et 11 à 20 m de largeur, avec une épaisseur de près de 3 m. La centrale, plus irrégulière, de près de 150 m de longueur et 20 m de large, où l’extraction n’est pas continue, et a une épaisseur maximum d’1 m. Celle qui est située à l’Est, d’une centaine de mètres de longueur, présente des groupes de 5-20 alvéoles dispersées. Les alvéoles ont entre 80 et 100 cm de diamètre et l’épaisseur d’une meule est d’environ 20 cm. La taille a été faite avec marteau et burin. Les zones de bonne qualité de roche présentent les marques d’extraction en “nid d’abeille”, pour mieux profi ter du matériel. Au Nord, on trouve les déchets de la meulière, des meules ébauchées, et les restes du fi nissage des meules. C’est l’unique meulière de Minorque qui présente ce dépôt, et on a localisé des petits morceaux de céramique andalouse de cuisine (XIIIème siècle).

minorq3
Extraction en “nid d’abeille” de Punta de Sa Miloca - Corral Fals. Photo J. Sanchez Navarro

La fouille de ces restes pourra nous donner une meilleure datation de la meulière.
La surface d’exploitation, les alvéoles et les meules laissées ou ébauchées pendant l’extraction, occupent, à l’Ouest, 1120 m², à la partie centrale, près de 3000 m2, et à l’Est, des centaines de m2. La plupart des meules ont un diamètre de 55 à 58 cm, et on a trouvé une meule de 80 cm de diamètre et 40 cm d’épaisseur. L’alvéole a près de 120 cm et la taille a été faite avec marteau et burin en V ouverte à l’extérieur.
Composition chimique: SiO2 36,60% CaO 63,40% (moyenne des analyses des échantillons de la meulière).
Production : 8000 m3 - entre 16000 et 25000 meules.
Autres meulières, aussi sur dépôts éoliens :
• Cala Caldés
• Cala del Pilar
• Cala Mica
• Cala Morell
• Pas des Mosquits
• Clot de sa Cera
• Codolar de Biniatram
• Còdols dels Dàtils
• Enfonsat de Binisaid
• Maresos de Cala Pudent
• Maresos de Sa Marjal
• Cala’n Turqueta
• Morro de Ponent de Cales Coves
• Penyals de Binideufà
• Platja de Binimellà
• Platja de Trebalúger
• Punta de Son Escudero
• Punta Ferragut
• Punta Fontanelles
• La Vall
• Raconada Cova d’en Sastre
• Son Parc
• S’Olleta
• Sa Reganeta
• Es Canutells
• Sa Torreta
• Ses Pedrissades.

MEULIÈRES EN DÉPÔTS DE RÉCIFS CORALIENS

Presque la moitié de l’Île de Minorque a été formée pendant le Messinien (Miocène – Tertiaire) dans un système complexe de plages et de récifs coraliens. Ces matériaux sont calcaires partiellement dolomitisés (substitution des ions Ca++ par Mg++) et les modèles sédimentaires sont variés selon le lieu du dépôt. Pour y faire des meulières, les artisans ont cherché les niveaux les plus homogènes, à grains réguliers bien agglomérés, d’environ 1-2 mm de diamètre, avec peu de morceaux de fossiles et, de préférence, sans diaclases. Cette recherche nous a amenés à étudier les dépôts de l’extérieur du récif, battu par les vagues et les forts courants, qui déposent, plus ou moins, les morceaux de récifs arrachés aux coraux.

minorq4
Niveau d’exploitation de Caló Tancat – Caló Morlà. Photo J. Sanchez Navarro

A vue d’oeil, ce sont des grès uniformes et on peut voir au microscope qu’une partie importante est constituée de morceaux de coquilles, équinodermes, briozoos, foraminifères, coraux, algues calcaires et d’autres indéterminés. Les analyses montrent un taux de grains siliceux très bas: 1-2%, de grains dolomitiques variables de 60 à 95% et le reste des grains calcaires (5 à 40%). Cette composition fait que les meules produites sont plus altérables et de moindre durée que celles qui ont une proportion plus élevée de silice. Mais de nombreuses meulières ont été extraites de ces matériaux, ce qui voudrait dire qu’elles étaient de bonne qualité. On ne peut pas connaître la durée de ces meules, mais on peut croire que ces exploitations ont été faites parce qu’il n’y avait pas de meilleurs matériaux disponibles.
Les meulières trouvées sont situées à :
• Caló Blanc
• Zona Cap d’en Font
• Caló d’en Fus
• Caló Morlà
• Caló Pla - Est
• Caló Pla - Ouest
• Caló Tancat
• Cap d’en Font - Est
• Cap d’en font - Ouest
• Illot d’en Marçal
• Illot de Binisafúller
• Illot de sa Barca
• Morro Llevant - Ses Anglades - Cap d’en Font
• Na Moix
• Punta d’en Quintana
• Punta d’Enmig
• Biniparratx
• Punta sud de Cala Blanca

minorq5
Meule de S’Arangí. Photo J. Sanchez Navarro

MEULES OBTENUES

La plupart des meules obtenues sont des meules manuelles rotatives de 54 à 56 cm de diamètre. Les exceptions qu’on a constatées sont :
- meules d’environ 45 cm. On a trouvé un morceau de meule à Santa Agueda, des alvéoles à la meulière de Penyals de Binideufà, et des meules en cours d’extraction à Cova d’en Sastre - Son Parc.
- meules d’environ 80 cm. On a trouvé une meule en cours d’extraction, et cinq alvéoles de 100 cm à la meulière du Corral Fals – Sa Miloca ; des meules et ses alvéoles à Cova d’en Satre – Son Parc, et aussi des alvéoles de 100 cm au côté Nord d’Ilôt de Binisafúller.
- meules d’ environ 120 cm. On a trouvé une meule de 120 cm et 20 cm d’épaisseur, en cours d’extraction, à la meulière de Punta Ferragut, et une alvéole de 140 cm à la meulière de Caló Tancat.

On a trouvé aussi des alvéoles de meules monolithes aux meulières de Punta d’en Quintana, Punta sud de Cala Blanca et Platja Trebalúger.

TECHNIQUES D’EXTRACTION

L’étude a permis d’observer les différents stades du processus d’ extraction.
Une première incision avec compas à pointes, après une taille en V ouverte, et levée de la pierre avec incisions chaque 8-10 cm environ de la meule. Les meulières présentent une exploitation échelonnée pour la plupart d’entre elles. La meulière des Corral Fals- Sa Miloca a une colonne d’extraction tout à fait verticale et sans aucun échelon, ce qui fait penser qu’elle a été considérée fi nie et abandonnée, ou bien l’extraction s’est poursuivie aux environs de la meulière principale, en cherchant d’autres sites aptes pour y faire de nouvelles carrières. Au côté Nord de cette meulière, on trouve les déchets de la meulière et de la fi nition, et aussi des meules ébauchées.
Les marques des outils utilisés sont le burin à pointe carrée jusqu’à 30 mm, les poinçons et bédanes fi ns (17 mm à la meule de S’Arangí), pics, maillets, masses, marteaux à manches courtes, et pointeroles..

minorq6

Marques des outils à Morro de Llevant – Ses Anglades. Photo J. Sanchez Navarro

CONSIDÉRATIONS SUR LEUR DATATION

On n’a trouvé aucune référence à ces meulières dans la documentation antique, et cela suggère qu’après la conquête de Minorque par les rois catalans sur les sarrasins, l’exploitation était déjà arrêtée. L’absence de ce type de meules dans les fouilles des sites préromains et romains nous a fait rejeter l’idée de leur utilisation dans ces périodes. Les sites préromains de Minorque présentent des meules à va-et-vient en grès siliceux. Les sites romains ont donné des meules manuelles rotatives et les catilli et metae étant en roches basaltiques d’importation. La présence de meules manuelles aux sites andalous suggère l’exploitation et l’utilisation durant cette période. La présence de céramique du XIII siècle près des meulières de Punta Ferragut, Penyals de Binideufà, Codolar de Biniatram, Corral Fals – Sa Miloca a permis de les dater de cette époque. La récente découverte à Torre den Gaumés d’une cuisine du XIIIème siècle avec tout le mobilier, y compris une meule, indique son utilisation à l’époque andalouse.
Les rois catalans ont autorisé la construction de moulins à partir de la conquête (1287), et ont commencé l’importation de meules de Catalogne, parce qu’à l’île, il n’y avait pas de roches adéquates pour les moulins à eau, à vent ou avec animaux. Mais il faudra attendre les fouilles des meulières pour l’affi rmer.

Joaquin SANCHEZ NAVARRO - Article paru dans le Monde des Moulins - N°33 - juillet 2010